Polynésie française – LES MARQUISES

La Polynésie française

Sorry, this time only in French.
Ideal opportunity to test/train your French. Or just apply your imagination: “pictures speak a thousand words” J

English text again for our Skandinavia trip later this year.

 

Sur un territoire grand comme l‘Europe s’étendent les 5 archipels de la Polynésie française.
Si l’on place Papeete, capitale de Tahiti au niveau de Paris, l’île de Nuku Hiva aux Marquises se trouverait à l’emplacement de Stockhholm.

 

LES ÎLES MARQUISES

Les îles Marquises forment l’un des 5 archipels de la Polynésie française.
La population marquisienne, forte de 100’000 habitants en 1800 a frisé l’extinction.
Suite à l’invasion des Européens (Anglo-Saxons puis Français) et de leurs bactéries, elle n’était plus que de 2000 en 1924. C’est la tuberculose qui a fait les plus grands ravages.
Grâce à l’intervention du Dr Louis Rollin, envoyé aux Marquises en 1923, et qui a amélioré significativement les conditions de vie et d’hygiène de la population, les naissances ont commencé à dépasser le nombre de décès et la population a pu ainsi augmenter à nouveau pour atteindre les 6500 personnes aujourd’hui sur l’ensemble des 6 îles habitées.

Départ de Montagny à 04h40 ce mardi 11 avril pour aller prendre le train afin de nous rendre à l’aéroport de Bâle-Mulhouse d’où un vol EasyJet va nous emmener à Amsterdam.

De là, nous devons prendre un avion qui, après une escale à Los Angeles va se poser à Papeete. 20h30 de vol effectif sont nécessaires pour rejoindre l’île de Tahiti.

Tout se passe bien jusqu’à Amsterdam. Mais là, une mauvaise surprise nous attend. Lors du check in, il nous est signalé que même pour une escale de courte durée sur le sol américain, un visa est nécessaire.

Nous essayons d’en obtenir un via internet mais le temps qu’il soit octroyé, l’avion était déjà parti.

Commence alors une course contre la montre pour retrouver un vol qui nous amène à Papeete si possible aujourd’hui encore.

Après une partie de « saute-guichets »,nous tombons sur une employée de KLM qui réussit à faire des miracles pour nous trouver un siège sur un avion déjà affiché complet, qui va nous amener à Paris, et depuis là à LA et finalement nous atteignons Papeete à la même heure que prévue initialement, c’est-à-dire 05h30 du matin.

Ouf ! On a eu chaud !

Gino vient nous chercher à l’aéroport et nous amène chez Luc et Laurence qui tiennent un très joli Airbnb du nom de Fare Rea Rea (La maison jaune en tahitien).

Après avoir pris connaissance des lieux, un café s’impose suivi d’un saut dans la piscine. Une fois rafraichis, nous nous rendons en ville de Papeete pour y découvrir le marché et son lot coloré de fruits et légumes et aussi beaucoup de produits artisanaux.

13.04.2017
Réveil à 05h00 pour aller prendre le vol Air Tahiti à destination des îles Marquises.
Le port de Papeete vu d’avion.

Avant d’atteindre les îles Marquises, on survole les Tuamotu.

A 11h30 nous atterrissons sur l’aérodrome de Hiva OaFrida nous attend avec son taxi.

Elle nous amène directement au port ou nous rejoignons Angie et Reto à bord de leur catamaran SHE-SAN, un Fountaine-Pajot Belize de 43 pieds (13 mètres).

Nous allons passer deux semaines avec eux à découvrir cet archipel polynésien. En milieu d’après-midi nous nous rendons à Atunoa, capitale de l’île Hiva Oa pour y effectuer les formalités douanières et aussi visiter le cimetière qui accueille les tombes de Paul Gauguin et de Jacques Brel.

La pluie fait alors son apparition et nous empêche d’aller voir celle de Jaques Brel. Dommage!

14.04.2017
Ce matin, 2 navettes avec le dinghy et 10 estagnons de 30 litres seront nécessaires pour faire le plein du réservoir de diesel de SHE-SAN plus la réserve.

Ceci fait, nous mettons en route pour une jolie anse du nom de Hana Moe Noa sur l’île toute proche de Tahuata. Eau turquoise, plage de sable blanc et palmiers bordent la rive et tout de suite le relief monte et étend sa verdure luxuriante jusqu’aux nuages ceignant les crêtes. Ce spectacle paradisiaque nous invite tout de suite à la baignade dans une eau à 29°C. Nous allons rester là pour la nuit qui s’annonce des plus tranquilles.

Notre premier coucher de soleil à bord de SHE-SAN.

15.04.2017
Le jour à peine levé, nous plongeons dans la mer et rejoignons la plage à la nage. Nous nous dirigeons vers une hutte que nous avons aperçue sous les arbres et là, nous rencontrons Charlotte et son neveu Norbert qui y passent une partie de l’année avec pour mission de faire du copra (pulpe de noix de coco séchée). Norbert nous fait une démonstration et propose à Michel de faire de même. Le coup de main n’est pas là et l’expérience se solde par un échec. Réto passe 2 heures dans l’eau en tenue de plongée à racler les mollusques attachés à la coque du bateau.
En début d’après-midi, Helen et Martin, couple Hollandais voyageant à bord du voilier Acapela nous rejoignent pour partager un brunch et papoter un moment.
En milieu d’après-midi, une forte averse tropicale tombe du ciel et nous en profitons pour récolter l’eau de pluie afin de compléter le plein du réservoir.

16.04.2017
Baignade, p’’tit déjeuner et départ pour notre prochaine destination. Toujours sur l’île de Tahuata, c’est dans la baie Hana Tefau que nous jetons l’encre ce matin. Le vent se lève malheureusement dans la mauvaise direction et le clapot se lève sur notre mouillage, ce qui nous empêche de mettre le dinghy à l’eau pour aller à terre. C’est donc bière et brunch au programme en attendant que ça se calme. Dan et Christina, jeune couple américain, voyageant également autour du monde, nous rejoignent à bord pour un apéro qui durera jusqu’à la nuit. C’est ainsi que se termine cette journée.

Lundi 17 avril.
Dès 05h15 ce matin, nous levons l’ancre afin de parcourir les 45 miles (83 km) qui nous séparent de notre destination suivante, l’île la plus australe des Marquises, Fatu Hiva.

C’est dans la Baie des Vierges que nous jetons l’ancre. Cette baie, en vertu de sa configuration rocheuse s’appelait précédemment la Baie des Pénis, mais les missionnaires ont demandé aux Polynésiens d’en changer le nom, car pas admissible pour l’esprit catholique.

Après la traditionnelle bière d’ancrage, nous nous rendons à terre pour inspecter les environs. Nous découvrons un petit village de 400 habitants du nom de Hanavave et sommes accueillis avec le sourire par des autochtones des plus aimables.

Les maisons sont souvent cachées sous la verdure pour garder un peu de fraîcheur.

On y trouve même un mini supermarché.

En cours de chemin nous faisons la connaissance de Rodolfo et Véronica qui nous demandent si nous serions intéressés par des fruits.

Ici, la règle c’est le troc.
Angie et Reto proposent d’échanger une vielle ancre dont ils voulaient se séparer contre une brouettée d’un mélange de fruits divers. Le marché est conclu et nous reviendrons demain pour le réaliser.
Sur le chemin du retour au port, nous nous arrêtons encore dans une petite église pour assister à la messe et écouter leurs merveilleux chants polynésiens.

Il a beaucoup plu cette nuit et ce matin, nous attendons un peu que le soleil se remette de la partie pour quitter le bateau.
Au programme, une randonnée vers une cascade et au retour, passer chez Rodolfo et Véronica pour effectuer notre échange.
La montée vers la cascade nous fait traverser des paysages de végétation luxuriante et d’arbres constellés de fleurs de couleurs vives. Magnifique !!!

Après une heure de marche, nous atteignons notre but.

Au retour, comme prévu, nous passons vers Rodolfo et Véronica et après un accueil chaleureux qui verra Véronica nous offrir une pleine assiette de pomélo frais pour étancher notre soif, nous surprenons Rodolfo en pleine cueillette de Pomelo (pamplemousses).

La cueillette terminée, Rodolfo nous présente avec fierté la brouette de fruits qu’il a préparée pour nous.

C’est le moment pour Reto de lui remettre l’ancre en retour et c’est avec un plaisir non dissimulé qu’il pose pour la photo.

Mercredi 19 avril
Dès le petit déjeuner terminé, nous quittons le bateau et nous rendons à terre pour notre randonnée du jour avant que le soleil ne soit trop violent. Une croix domine le village à une altitude d’environ 500 mètres et nous en faisons notre but. De jolis points de vue s’offrent à nous tout au long de la montée qui nous fait bien transpirer.

En cours de chemin, nous rencontrons Moeta et Cathy, deux Polynésiennes qui font cette montée tous les jours pour garder la forme. Après un petit brin de causette nous continuons notre progression et atteignons la croix après 1 heure de marche.

En revenant au village, nous nous arrêtons vers Rodolfo et Véronica qui nous accueille avec une citronnade bien fraîche.
Rodolfo nous fait une démonstration de la manière polynésienne de préparer du lait de coco frais.

Il enlève d’abord la fibre extérieure.

Un coup machette pour ouvrir la  noix.

Il nous propose de boire l’eau de coco et d’en goûter aussi la pulpe formée avant la croissance du cocotier.

C’est le moment de passer au grattage de la pulpe qui se fait au moyen d’une griffe montée sur un morceau de bois.

Reto participe à l’action en apprenant à râper la noix pour en extraire la chair avec les conseils de Veronica et l’œil averti de Rodolfo.

C’est maintenant le moment d’extraire le lait de la pulpe.
Traditionnellement cela se faisait en utilisant la fibre entourant la noix comme démontré par Veronica.

Mais aujourd’hui on utilise plutôt un tissu.

Ce soir ce sera cocoda de thon (poisson cru mélangé avec lime, dés de carottes, oignons, concombres et lait de coco) avec le lait de coco fraîchement extrait.

Nous quittons maintenant le village de Hanavave et l’île de Fatu Hiva et allons profiter du vent d’Est annoncé pour remonter vers le nord et retrouver l’anse de Hana Moe Noa sur l’ile de Tahuata.
La moitié des 45 miles à parcourir pourront se faire sous GV et Génois avec un vent d’Est 3bf comme annoncé mais par la suite Éole nous lâche et c’est au moteur que nous terminons notre navigation. Dans l’après-midi, un grain fait son apparition et Michel en profite pour prendre une douche d’eau de pluie bienfaisante. La journée se termine par un bon curry préparé par Angie.

Vendredi 21 avril On passe la journée à Hana Moe Noa avec le snorkling comme activité principale. Le corail n’est pas très abondant mais de beaux poissons peuplent les fonds près de la falaise. Après un majestueux coucher de soleil, Reto sort sa guitare et c’est en chanson que nous finissons la journée.

Samedi 22 avril
Dès 10h00, nous quittons Hana Moe Noa pour nous rendre dans l’anse de Vaitahu, toujours sur l’île de Tahuata, où il semble avoir une possibilité de connexion internet à la poste du village. La connexion existe mais elle n’est pas assez bonne pour que nous puissions réserver notre vol de retour vers Papeete.
De la poste, nous avisons un énorme manguier qui croule sous les fruits. Nous nous rendons vers la maison de son propriétaire qui nous accueille avec gentillesse et nous offre trois énormes mangues que nous rapportons fièrement au bateau.
A 13h00, nous remettons en route pour atteindre l’anse de Hanamenu sur l’île de Hiva Oa, distante de 15nm (28km).
Arrivée à 16h00 et tout de suite, nous trinquons à l’ancrage avec la désormais traditionnelle bière.
Angie nous prépare un succulent cocktail de chirimoya et rhum blanc.

23.04.2017
Reto doit changer les filtres diesel des deux moteurs avant d’appareiller.
C’est par conséquent à 12h30 que nous mettons en route et quittons l’anse d’Anamenu sur Hiva Oa pour une traversée de 75 nm (140km), cap au nord pour rejoindre la petite ville de Taiohae sur l’île de Nuku Hiva. Les deux lignes de pêche sont mises en service et n’attendent plus que le poisson.
En milieu d’après-midi, un vol d’une dizaine de Fous de Bassan s’approche du bateau et Reto s’écrie : Y a du poisson ! Il n’a pas fini sa phrase que la ligne de pêche tribord se manifeste par le fil qui se déroule du moulinet malgré le frein serré et quelques secondes plus tard, c’est au tour de celle de bâbord. Branle-bas de combat, on s’élance sur celles-ci pour les prendre en main et ramener le poisson qui s’avère de bonne taille au vu de l’effort à fournir.

Ceux-ci sortis de l’eau, nous avons le plaisir de constater que ce sont 2 magnifiques thons bonites de 5,5 kg pour 70cm de long chacun.
Angie s’occupe d’en soutirer les filets et les petits morceaux seront transformés en cocoda pour le repas du soir.

L’heure d’arrivée à Nuku Hiva est prévue à 4h00 demain matin et nous organisons les quarts pour la nuit. Michel prend le premier tour jusqu’à 23h00 et descend ensuite se coucher mais se sent soudain peu bien.
En fait, il s’est blessé à un tibia il y a quelques jours en montant sur le dinghy et la plaie prend une allure inquiétante. La nuit sera douloureuse et exempte de sommeil.

24.04.2017
Par bonheur, le seul hôpital des Marquises se trouve dans la ville que nous venons d’atteindre, Taiohae.
Nous nous y rendons dès 8 heures du matin et le diagnostic du médecin déclare une infection avancée avec 38,4° de fièvre. La doctoresse suggère que la meilleure manière de faire face à cette agression bactérienne est de rester hospitalisé pour 2 ou 3 jours.
Ne pouvant presque plus marcher, Il est conduit en chaise roulante jusqu’à la seule chambre à un lit qui est climatisée.

Perfusion mise en place, la lutte commence à coup d’antibiotiques, antidouleurs etc.

27.04.2017
Michel sort de l’hôpital et aujourd’hui nous louons une voiture pour faire une visite partielle de l’île.
De magnifiques points de vue se présentent tout au long de la route qui longe la côte est de l’île. Le ciel est cependant gris et il pleut de temps à autre ce qui ne donne pas toute sa splendeur au paysage.

Visite d’un site archéologique dont l’emblème en est le Tiki.
Statues originaires des Marquises, les Tikis sont les représentants des dieux et des génies et sont là pour protéger les habitants ou éloigner les mauvaises énergies.

Point de vue et Pique-nique au sommet.

28.04.2017
Michel à rendez-vous à 08h00 dans le cabinet Laurent, infirmier, pour changer son pansement.
Un petit passage dans la quincaillerie pour acheter une griffe à coco pour Reto et un peu d’huile moteur et nous prenons gentiment le chemin de l’aéroport.
C’est maintenant le moment le plus triste du voyage.
Nous devons quitter Angie et Reto qui nous ont permis de passer deux merveilleuses semaines de découverte des îles Marquises.
Encore un grand merci à eux pour leur joyeuse compagnie et tous les petits plats succulents préparés par Angie.

Surprise, après une bonne demie heure que nous nous sommes fait nos adieux, les voilà qui reviennent !
Un éboulement a bloqué la route et Gérôme, habitant de Moorea ayant construit un accrobranches, s’est retrouvé empêché de rejoindre l’aéroport pour prendre son avion. Il a traversé l’éboulement à pied et demandé à Reto s’il était d’accord de l’amener à bon port. C’est ainsi que nous avons fait connaissance et voyagé de concert jusqu’à Moorea.
C’est chez Fréderic et Isabelle (Airbnb) que nous logeons pour les trois jours à venir. Fréderic vient nous chercher avec sa Méhari turquoise à l’arrivée du Ferry et nous amène à Maharepa, village principal de l’île où se trouve le logement.

29.04.2017
Nous découvrons ce matin la maison d’Isabelle et Fréderic.
Juste magnifique ! Mélange de style Polynésien et Asiatique (les deux ont partagé leur temps entre Bali et Moorea), la maison est au milieu d’un écrin de verdure, jardin paradisiaque ou se mélangent palmiers, bananiers, fruits de la passion etc… Une infirmière vient à domicile pour refaire le pansement de Michel et nous voilà prêts pour la journée.

Nous allons à pied jusqu’au centre du village de Maharepa, réservons une voiture pour demain, donnons un coup d’œil à l’hôtel Manava Beach et ses bungalow sur la lagune et revenons à notre domicile afin d’y passer la fin de l’après-midi tranquilles.
A 18h00 nous retournons au Manava Beach car ce soir, il y a spectacle traditionnel tahitien.

30.04.2017
Nous récupérons la voiture peu avant 10 heures et entamons notre tour de Moorea. Ambiance belles plages de sable fin et lagon ravissent nos yeux tout au long de cette journée ensoleillée.

En chemin nous nous arrêtons à la sortie d’une église où toutes les femmes ont revêtu leur habit traditionnel.
Nous sommes invités à les accompagner au repas commun qui suit le culte mais sommes malheureusement obligés de décliner par manque de temps.

Lundi 1er mai
Il est temps de quitter Moorea et retourner sur Tahiti où nous allons passer les deux dernières nuits de notre séjour Polynésien.

Mardi 2 mai
Levés à 06h00, nous partons à pied au marché central de Papeete afin de nous imprégner de la vie locale matinale. Petite déception, c’est beaucoup moins animé que ce que nous avions pensé.

Peu après 09h00, Loana, notre guide de la journée vient nous chercher pour nous emmener faire la visite de la Vallée de Papenoo.

La route longe la rivière, la traverse deux fois, nous laisse découvrir plusieurs cascades, avant de monter jusqu’à une altitude de 700m et atteindre le fond du cratère du volcan ayant formé la grande île de Tahiti. Nous sommes au cœur de la forêt primaire et seuls deux cocotiers ont été plantés par la main de l’homme sur l’ensemble de la vallée.

Derrière nous, le sommet le plus haut de Tahiti, le mont Orohena, couvert de végétation jusqu’à son sommet, culmine à 2241 m/mer.

Arrivés au terme de la piste, nous pouvons admirer le lac de Vaihiria au fond de la vallée du même nom.

Lors du retour, nous nous arrêtons au bord de la rivière pour une bienfaisante baignade d’eau douce.

03.05.2017
Gino vient nous chercher à 05h00 du matin pour nous amener à l’aéroport de Papeete.
Nous quittons la Polynésie pour revenir en Suisse et préparer notre Azalaï pour repartir à la découverte de la suite de la Scandinavie dans une dizaine de jours.

FIN DU VOYAGE

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DANEMARK Partie 2

20-solystgaard

Bienvenue pour la lecture de cet ultime article concernant notre découverte d’une partie de la Scandinavie pendant cette période estivale 2016.

Nous avons quitté l’Islande le mercredi 31 août à 16h00 et le prochain arrêt est prévu aux îles Féroé demain à 15heures.
Cette traversée s’avère assez houleuse ce qui fait que les restaurants du ferry ne sont pas très fréquentés.

Comme prévu, nous accostons dans le port de Tórshavn, capitale des Féroé à l’heure annoncée.
Lors de notre premier passage, le 20 juillet, le brouillard était tellement dense que nous n’avions absolument rien vu de cet endroit.

Welcome to this years last article for our Scandinavian tour.

We have left Iceland Wednesday Aug. 31 evening with cold weather and low hanging clouds. This time a 6hr stop over is planned at the Faeroes islands for the afternoon of Sept 1. The see on the way there is quite rough and I am all happy to get off the boat at Tórshavn the capital of the Faeroes. On our way to Iceland we only stopped a short hour here and were not allowed to get off the boat. Not a problem since the weather then was like this:
002 Îles Féroé

Aujourd’hui, par bonheur le ciel est clair et offre une excellente visibilité .
Comme nous restons là jusqu’à 21 heures, nous avons largement le temps de descendre à terre pour une visite de la ville.

Afin de nous faire une idée du paysage, nous commençons par monter au phare, construit sur l’ancien fort de Skansin qui domine la ville et le port.

And today it is like this:
1-feroe

Ce qui attire le regard dès les premiers instants est notre ferry qui paraît gigantesque et s’impose dans le paysage.

We climb up the lighthouse of the harbor to get a view of the town.
Our Ferry dominates the whole scene and is definitely oversized for the small harbor.
2-feroe

Les îles Féroé furent colonisées par des émigrants qui ont quitté la Norvège pour échapper à la tyrannie de Harald Ier de Norvège et se sont installés dans l’archipel vers la fin du IXe siècle.
L’archipel compte aujourd’hui 50’000 habitants dont 12’000 dans la capitale Tórshavn.

Nous nous dirigeons vers le centre ville  en passant par le port et découvrons l’architecture agréablement colorée de celle-ci.

A bit of history: the Faeroes were colonized during the late IX century by people that fled the tyranny of King Harald 1st from Norway. The island group belongs since a long time to Denmark but today the population can act fairly freely in terms of economy and politics. The 50’000 inhabitants (12’000 in the capital Tórshavn) mainly live from the fishing industry.  

We spend the afternoon wandering through the town where the houses follow the typical colorful and often grass roved Scandinavian style.

3-feroe

En parcourant les ruelles, nous tombons sur quelques maisons typiques ayant beaucoup de charme.

5-feroe

A l’écart du centre, la zone résidentielle abrite aussi de jolies maison aux jardins bien entretenus.

7-feroe

Autre point de vue sur l’agglomération.

8-feroe

Les bâtiments du port au crépuscule.

9-feroe

Avant de réembarquer, Le Marco Polo, joli restaurant du centre nous inspire pour y faire connaissance de la cuisine locale.

Retour au ferry à 20 heures et comme prévu nous appareillons à 21 heures.

Au revoir les Féroé !

After a delicious meal with Faeroes lamb and salmon, we take off for another 2 nights and 1 day ferry to Denmark. This time the ride is smooth, yuppie
10-feroe

Le vent et la mer se sont calmés et la nuit s’avèrera être très calme.

37 heures plus tard, nous accostons à Hirtshals dans le nord du Danemark.

Un passage au supermarché pour refaire le plein de nourriture et c’est reparti en direction du sud-est pour retrouver la côte est du Danemark.

En consultant la carte routière, nous décidons d’aller à Hals, d’y trouver un camping et de faire quelques lessives pour remettre tout au propre.
Tout est imprégné d’humidité dans l’Azalaï, partiellement à cause de la mauvaise météo des deux derniers jours passés en Islande mais surtout au voyage dans la cale du ferry.

Comme il fait beau, tout rentre dans l’ordre avant la fin de la journée.

Nous faisons encore une balade jusqu’au port de Hals et dégustons notre première Softis avant d’aller nous coucher.
Nice surprise upon arrival in Hirtshals it is 20C warm. Pleasant change over the latest 10 to 12C in Iceland
This is e
xcellent to do our washing, clean the Azalai, get rid of the condensation that has accumulated everywhere, refill the food stock, etc.
AND last but not lease have a welcome Softis

Le choix est difficile !
The big one for Michel and the small one for me, of course…10a-hals

Depuis notre arrivée, nous sommes tout content de retrouver des températures dépassant les 20°C et de bénéficier de conditions météo estivales.

Lessive faite, Azalaï aéré et séché, nous voilà prêts pour poursuivre notre périple sur la côte est du Danemark.

Hier soir, nous avions bien aimé l’atmosphère du port de Hals, ce qui nous fait dire que nous allons y repasser ce matin pour visiter l’endroit de jour.

Toutefois, avant d’y aller, nous remontons quelques kilomètres au nord pour visiter Hou, petit village de pêcheurs avec un très joli port agrémenté d’une belle plage.

Now we are ready to continue our plan to see some of Denmark’s Baltic see coast on the way to Copenhagen.
Since Denmark consists of an elongated piece of mainland between the Northern and the Baltic see, some biger and some smaller islands in the Baltic see its total coastline ends up with 3700km. So the choice is difficult and from what we have seen so far every village and beach here is charming and the people are super friendly easy contact and almost all speak fairly good English
So we decide to take it slowly and stop wherever we like it for as long as we like it.

Some art on the Beach of Hou.

11-hals

Nous avons même la chance de voir passer deux vieux gréements dans le chenal.
Some stunning old style boats in Hals.

12-hals 14-hals

De Hals, nous prenons le ferry pour une petite traversée et longeons la côte jusqu’à Bonnerup, vers la pointe nord-est de la péninsule de Midtjylland.

Traveling along the coast line includes traverses of river outlets and bays with small ferries.
Some of them are even on call!

Celui-ci, il vient même sur demande
49-ferry

48-ferry

Ce qui nous amène là sont des falaises de calcaire apparemment spectaculaires.

En route, nous faisons un petit arrêt terrasse de café à Hadsund et finissons en bord de plage de Bonnerup, sur une jolie place, idéale pour y bivouaquer.

Alors que nous sommes installés sur l’une des tables en bord de mer, en train de prendre notre repas, arrive un couple de Danois de retour de balade en vélo.

Très intéressés par l’Azalaï, ils viennent vers nous pour en discuter et ils en profitent pour nous donner quelques informations sur les choses à voir dans le coin et par la même occasion nous invitent à passer chez eux pour prendre une bière.
Sympa !

As mentioned the people here are easy contact and often interested in a chat about our car and our travel. In Bonnerup, in the northeast of the Jutland peninsula we meet Kirsten and Neils and are invited for a beer in their lovely old farm house.
Meeting and chatting with locals is definitely one of our favorite things during our long time travel. It is great to learn about the culture and hear about current issues of people and country.
E.g. A concern we have heard from many people in Scandinavia is the recent flow of emigrants and their integration. A subject that is far from being solved and always interesting to discuss. The Nordic and middle eastern cultures are so different…

Merci Neils, Kirsten et Franck pour votre accueil !
Thank you Neil’s, Kirsten and Frank for the warm welcome!

19-sangstrup

Après ce moment fort sympathique, nous partons nous balader le long de la plage à la découverte de ces falaises de calcaire très prisées des amateurs de fossiles.
Ces parois, présentes depuis plus de 20 millions d’années sont constamment soumises à l’attaque des vagues et de nouveaux fossiles sont mis à jour année après année.

A walk along the Bonnerup lime stone cliff, famous for the 20’000 year old fossils that the see brings out year after year.

17-sangstrup 18-sangstrup

En continuant le long de la côte, nous atteignons la petite péninsule d’Helgenaes.

Magnifique endroit situé au bord de la Mer Baltique avec une grande plage de galets à quelques pas de l’Azalaï.
Avec ses 23°C, la température est très agréable et nous nous installons dehors pour quelques moments de douce oisiveté.

Further down the coast at Helgenaes we decide to spend several days at a beautiful site with pleasant temperatures around 23C. Quite exceptional for September in Denmark

20-solystgaard

Le lendemain matin, dès le réveil, quoi de mieux qu’un bain pour réveiller les sens !?

Our occupation: swimming, reading, making cake and purée from the heaps of apples from the apple trees on the campsite, cooking jam from the 800g of blackberries we collect during our hikes, making bread and yoghurt etc. Soon we are ready to live in Autarky  (we have to think about home brewing for the next trip …)

20a-solystgaard

Lors d’un petit tour en bord de mer durant l’après-midi nous voyons pleins de mûriers gorgés de fruits qui ne demandent qu’à être cueillis.
De retour à l’Azalaï, nous prenons deux récipients et partons pour la récolte.
Nous en cueillons bien 800 grammes qui vont être partiellement transformés en confiture et le reste pour nos petits déjeuners.

16-mures 16a-confiture-de-mures

43-petit-dejeuner

Nous planifions maintenant d’aller faire un tour à Århus.
Mais……lorsque nous voulons mettre en route l’Azalaï, la batterie nous laisse en rade.
Par bonheur, une voiture vient se parquer juste à côté de nous et accepte de nous ponter.
Au lieu d’Århus, sur les conseils de notre sauveur nous allons à Egå, chez thansen.dk pour y faire l’acquisition d’une nouvelle batterie.

L’incident réparé, nous nous rendons finalement à la ville d’ Århus toute proche.

We finally have to leave this pleasant spot.
 On our first stop on a view point our battery is completely flat. It still is the battery that came with the car 5 years ago, so we assume it is simply at its normal end of life. Luckily someone parks right next to us and is ok to help us with a jump start.
It is Saturday and we arrive at the shop our savior has recommended us only 5min before closure. Just in time!!

En parcourant les rues, nous nous arrêtons quelques instants pour écouter cet orchestres de jazz dont les musiciens, tous séniors s’éclatent comme des petits fous.
Sunday afternoon in Århus. We listen to a great jazz band. Not sure about their average age but the musicians definitely enjoy themselves as much as we do!

14b-aarhus

Nous quittons maintenant la presqu’île du Jutland pour retrouver l’île de Syddanmark dont Odense en est la capitale.

Nous arrivons par le nord et commençons par nous poser la question s’il vaut mieux visiter la côte est ou la côte ouest ?
Nous trouvons la réponse en consultant le météo qui nous apprend qu’il va faire grand beau au moins pour les cinq jours à venir avec un vent d’est avoisinant les 20 km/h.
Nous optons donc pour la côte sous le vent, c’est à dire la côte ouest.

Comme les conditions sont vraiment estivales avec 25°C l’après-midi, nous décidons d’en profiter un max dans la détente.
En discutant avec les locaux, on apprend qu’un mois de septembre de cette qualité n’a pas été vécu depuis 1947.

Nous sommes toujours sur l’île de Syddanmark et suivons la côte ouest en direction du sud jusqu’à ce que nous trouvions un camping directement en bord de mer.
Les deux premiers que nous rencontrons ne nous donnent pas entière satisfaction et c’est à la troisième tentative que nous tombons sur une perle.

C’est dans le tout petit village de Faldsled que nous sommes et que nous nous installons pour les jours à venir.
La haute saison est maintenant passée, ce qui fait que nous trouvons une magnifique place juste en front de mer.
La première chose que nous faisons est de sauter à l’eau qui ici, du fait de sa faible profondeur a une température très agréable de 21°C.

We now leave the peninsula Jutland and drive over a big bridge to the island Syddanmark which connects Jutland with the island of Copenhagen. However, instead of continuing to the capital we decide to stay on Syddenmark and enjoy the quiet after season here.
The difficult question for which part of the island we should head is easily solved by looking at the weather forecast: 23-25C for at least 5 more days with wind from the east.
Ok we will head to the beaches at the west shore.
We find a little campground in the village of Faldsled right at the see where we continue a little bit of more of our « slow life »
The water temperature here is 20°C!
The shore is quite shallow here and we are in a bay. Dont thing this is the case anywhere else in Danmark…

Some of our (slow) Activities:

L’apéro et le repas du soir se prennent dehors, face au soleil couchant.
Juste magnifique !!!
Apero with sunset:

28-faldsled

Les journées suivantes vont être entièrement consacrées à la douce oisiveté, alternant quand même quelques activités pour garder la forme.

La gym du matin.
« early » morning sport
 30-faldsled

Les petit-déjeuners sur l’herbe.
followed by Breakfast at the beach

31-faldsled

Petites promenades en bord de mer.
Walks along the coast
 14a-aarhus

Rencontre avec une maman de jour qui amène les petits à la plage dans sa poussette 4 places motorisée.
We meet a « maman de jour » and admire how she handles 4 little children at the beach
40-maman-de-jour

La fabrication du Labne (fromage frais libanais)
More experiments in the kitchen, this time: Labne a Lebanese cream cheese

39-lapne

Fabrication du pain, cette fois dans le four du camping
More sourdough bread, this time in a real oven
41-pain

Les succulents scones
Some sort of fruit scones with plums from the village park (they were really delicious!)
44-crumble

Et aussi une sortie en canoë.
and also some really nice Canoeing along the shore.

33-faldsled   36-faldsled 37-faldsled

Après ces 16 jours de météo de rêve, le froid et le retour de conditions moins favorables sont annoncées pour la semaine prochaine.
Nous décidons par conséquent de reprendre gentiment le chemin de la maison.

Again guided by the weather forecast we have decided to stop our 2016 tour here and return to CH.

Un petit tour par Odense….
We visit Odense on the way (Hans Christian Anderson was born here!):
47-odense

….et Middelfart
and Middlefadt
46-middelfart

Avant de quitter le Danemark.

Le crépuscule tombe maintenant sur notre voyage scandinave 2016
Goodbye Scandianvia!

38-falsled

Nous allons passer l’hiver à la maison et revenir l’année prochaine au mois de mai pour la suite du programme.

Nous vous remercions toute et tous pour vos sympathiques commentaires tout au long de ces articles et vous souhaitons une belle fin d’année.

You will have notice that we’ve not been to Sweden as originally planned. This is because Denmark has surprised us with its beautiful beaches, lovely villages and very friendly, easy ontact people. In addition, the warm weather and the great idea of « slow holidays » after the very active visit of Iceland and Norway, convinced us to explore Denmark for the rest of our 2016 trip and we have not regretted it!
Copenhagen and Sweden are now first on the list for next year, followed by Finland, St. Petersburg, the Baltic countries and probably Poland, Rumania, Bulgaria…

Avec toute notre amitié.   Milke

 

 

ISLANDE partie 2

166 Hverfjall

Durant cette deuxième partie de notre découverte de l’Islande, nous allons commencer par la capitale Reykjavik et nous diriger ensuite vers le nord en passant par le haut plateau avec ses geysers, ses chutes impressionnantes et ses volcans majestueux.

In this second Iceland post we will show you Reykjavik, the north of the island and the central high plateau with its hot geysers, fumaroles, impressive waterfalls, glaciers and volcanos.

Reykjavik, la baie des fumées en islandais, en vertu des nombreux nuages de vapeur d’eau émanant des sources chaudes alentour.
Avec ses 205’000 habitants, soit le 63% de la totalité de l’île qui en compte 320’000, elle en est aussi la capitale.
Elle a la réputation d’être une ville écologiquement très propre car elle dispose d’une source d’énergie géothermique illimitée.
C’est ainsi que de grandes quantités d’eau chaude à 80°C sont stockées dans d’immenses réservoirs sur une colline qui domine la ville et qui est utilisée à chauffer les bâtiments de la ville entière mais aussi les piscines, certaines routes et places de parc en hiver.

Reykjavik: translates into Smoky Bay. This is what the first inhabitant saw when he arrived here around 700 AC, taking the fumes from the hot springs for smoke.
With its 205’000 inhabitants (63% of total Iceland) Reykjavik is the capital of the island. It sits in the the south east above a geothermal active zone. As mentioned in our first post Iceland lays on two tectonic plates and the limit between them runs from south west to north east through the island.
Along this line lava is very close to the earths surface and many volcanos sit here. Reykjavik sits on this line which allows to supply the whole city with hot water and « green » electricity through geothermal power stations.
We find this really cool! (No CO2!) But it is still strange to imagine that only a few km below us the earth is liquid and volcanos can erupted almost any time !
We are not quite sure why this electricity is not also used for all cars (some buses use H2) and don’t get a good explanation from locals. Norway is much more advanced here with its hydroelectricity and heavy subsidization of electrical cars. But maybe the recent huge economic crisis here has slowed down the progress in this matter.

We spend two days walking through the pleasant and relatively small city. It sits on a peninsula and has a huge waterfront. The weather is very sunny and we enjoy the stroll through the long central road with many cosy cafes and restaurants and from one point of interest to the next: 

Notre balade nous fait voir quelques symboles de la ville, tels que la sculpture du Sólfar « Sun Voyager » qui se veut représenter le bateau de l’espoir ainsi qu’une ode au soleil.
The Sun Voyager:

100 Reykjavik

Vient ensuite, tout en longeant le bord de mer, la maison de l’Opéra et de la culture avec son architecture de verre toute particulière.
The new Opera and house of Culture :

102 Reykjavik

Dans le centre-ville, nous trouvons l’église Hallgrimskirkja dont la façade nous fait penser à ces fameuses « orgues de lave » que nous avions vues lors de notre passage vers différentes cascades.
Les locaux la nomment aussi « La navette spatiale ».
The church which reminds of the typical Icelandic basalt pillars but is also called the Space Ship by the locals.

106 Reykjavik

La vue depuis le sommet de l’église nous offre une vue panoramique sur la ville et ses toits colorés.
The view from the Church tower:

109 Reykjavik

Couleurs que nous retrouvons sur les façades des maisons lorsque nous parcourons les rues de la ville.
The colourful town Centre:

110 Reykjavik

111 Reykjavik

Avant de quitter la ville, on ne saurait trop se laisser tenter par le plat préféré des Islandais:
le Hotdog.
Comme en Belgique avec les cabanes à frites il est aussi servi dans la rue mais dans des cabanes à Hotodog.
Ce n’est qu’après avoir fait la queue que l’on a pu le déguster tout en s’en mettant plein les doigts.

Interested in local habits and food we MUST try the Hotdog. It is very popular and usually there is a line in front of each little « Hotdog Hut ». The std is served with fried and raw onions, sweet mustartd and majo.

111a Hotdog

En route pour le haut plateau !
C’est par la piste n° 35 que nous allons atteindre l’atteindre avec pour première destination : Pingvellir .

C’est à cet endroit que fut créé le premier parlement d’Islande en l’an 920 de notre ère, mais c’est surtout là que se produit la séparation des deux plaques tectoniques, l’eurasienne et la nord-américaine.

Ceci a pour effet de faire se craqueler la croûte terrestre et de former tout un réseau de crevasses qui s’élargissent de 1,5 cm par année.

The next day we fill up our reserves (food, water, diesel) and leave direction high plateau. Our first destination is Pingvellir.
An important historical and geological area where in 920 the first parliament like structure was created. Iceland has a strong democratic history and every year on a fixed date in summer people from allover the island gathered here to decide democratically over issues and disputes.
G
eologically it is the area where worldwide best you can see the moving of tectonic plates. In Iceland the Eurasian and North American plates drift around 1.5cm per year apart which has created big fissures in this area that continue to widen, sometimes accompanied by small earth quakes. Amazing no!?

113 Pingvellir 114 Pingvellir

Une randonnée sur ce site nous permet de visualiser ce phénomène dans tous ses détails.

Nous allons maintenant nous intéresser aux Geysers.

Geysir est le nom de l’une des sources d’où jaillit l’eau en ébullition qui se trouve sur le site que nous allons visiter. Ce nom a été repris et répandu de par le monde par un ecclésiastique pour définir ce phénomène.
Malheureusement, Geysir est aujourd’hui en période de repos et l’eau ne jaillit plus.
Par contre, son voisin, du nom de Stokkur est lui tout à fait actif et toutes les 10 minutes environ nous gratifie d’un jet d’eau pouvant atteindre 40 mètres au mieux de sa forme.

From here we continue to an area with geysers. In fact the once biggest geyser here is called « Geysir » which is apparently the origins of the word geyser. Anyway. « Geysir » is by now mainly a little lake of hot water but there are many others around that are still very active.
E.g. « Stokkur » that erupts roughly every 10mins with a very hot water fountain up to 40m high.

115 Geysir

116 Geysir 117 Geysir 118 Geysir

D’autres, à défaut de jaillir, nous proposent un puits d’eau limpide entouré d’une magnifique palette de couleurs.
The mineral rich water creates beautiful pictures on the ground.

119 Geysir 120 Geysir

Après cette visite, nous poursuivons sur la piste n° 35 en direction du nord et faisons un arrêt à la chute de Gullfoss (chute dorée).
Très beau spectacle offert par cette chute qui débite entre 900 et 2000 m3 à la seconde.
Par comparaison, nos Chutes du Rhin nationales débitent de 250 à 600 m3/s.

Next stop is the waterfall Gullfoss (Gold fall). 900 to 2000 m3/s per seconds come down here. Imagine the noise and the spray. Luckily we have put on our rain coats! As a comparison the Rhine falls in Basel 250-600m3/s and Iguazu 1700 – 12700 m3/s but it is much wider.

121 Gullfoss 122 Gullfoss 123 Gullfoss

Toujours en montant vers le nord, après 70 kilomètres de piste, nous trouvons le cirque géothermique de Kerlingarfjöll.
Encore une de ces balades que l’on a envie de faire durer une éternité.
C’est en bordure du glacier Langjökull, à un peu plus de 1000 mètres d’altitude, que nous nous trouvons.
Là où la glace et le feu se marient, dans un décor époustouflant.

After further 70km of dirt road through a windy, cold and stony desert and still along the line of the tectonically plate touch line, we reach the next geothermal active area called Kerlingarfjöl. It lays in the middle of an accumulation of older and newer volcanos at around 1000m altitude. It is super windy and quite cold but we still decide to go for the stroll through the coloured mountains.
We definitely took the right decision! Once we enter the zone of coloured hills we are protected from the wind and the sun comes out timidly. What a spectacular sight! Fire and ice determine the scenery. Coloured sand mixes with snow fields, sulfur vapors, bright green moss and steep slopes. The pictures reproduce only a part of what we see…

125  127 Kerlingarfjöll 128 Kerlingarfjöll

134aKerlingarfjöll 132 Kerlingarfjöll 131 Kerlingarfjöll 130 Kerlingarfjöll   134 Kerlingarfjöll

Ce matin, on démarre tranquillement avec lecture (Le trône de fer tome 15)
et petit-déjeuner comme d’habitude et ensuite on se met à la cuisine.
Préparation d’un ragoût d’agneau et fabrication d’un pain mi- seigle, mi- blé complet.

We spend the night at the nearby charming little camp site and use the small kitchen next morning to bake a new bread (almost routine now ). We also pre-prepare a lamb stew for dinner. We take our time and only in the afternoon we continue to Hveravellir another geothermal active site, this time with more than 90 small geysers and fumaroles. Each of them has its own shape, size, color and beauty.

En milieu d’après-midi, nous quittons le camp et reprenons la piste 35 sur 30 kilomètres pour arriver à Hveravellir.
Nous sommes là encore une fois en plein milieu d’une zone de geyser. On n’en dénombre pas moins de 90 répartis sur la surface d’un terrain de foot.
Chacun d’eux à sa particularité et mérite que l’on s’y arrête un instant pour observer son activité et ses alentours colorés par les émanations de gaz volcaniques.

136 Hveravellir 137 Hveravellir 138 Hveravellir 139 Hveravellir

Même la bécassine des marais y trouve son bonheur!
A common snipe:
313 Bécassine des marais

Le lendemain c’est réveil matinal à 06h30 pour aller se fondre dans la piscine thermale avant qu’il n’y ait trop de monde.
3 personnes ont déjà eu la même idée que nous.

There is also a hot pot but you have to chose the time when you want to get into it… We chose 6:30 in the morning. Drizzle rain, wind and 5C! But once you are In the water it is great!
To go out again is not great though…

La même piscine à 11h00 du matin !
11:00hr and a little crowded!
135 Hveravellir

La couverture nuageuse et le vent nous dissuadent de faire la randonnée que nous avions prévue sur ce site.
Nous décidons de reprendre la piste pour aller rejoindre la route de ceinture n°1 au nord.
Arrivés là, nous consultons la météo afin de savoir si l’on doit bifurquer vers l’ouest ou vers l’est.

We cancel our planned hike because of the really unpleasant weather and follow the sunnier weather to the north of the country.

Les prévisions annoncent du mauvais temps à l’ouest et soleil et douceur à l’est.

Nous partons par conséquent vers la droite et notre premier arrêt se trouve être le musée de plein air de Glaumbær.
Il s’agit d’une ancienne ferme islandaise, construite au XIème siècle, constituée d’une douzaine de bâtiments faits d’épais murs de tourbe qui garantissait une excellente isolation.
C’est en 1947 que cette ferme cessa son activité en tant que telle et que, grâce à un donateur anglais, fût conservée dans l’état et devint un musée.

2 hours later we leave the high plateau and rejoin a paved road and then again the circular road # 1 but now on the north side of the island.
From here we visit the outdoor museum Glaumbaer, which is a typical farm from The 10th century with 12 different buildings. Walls and roof are made from several layers of peat which insulates extremely well and is also one of the few raw materials available in Iceland at this time. Deforestation for construction and firewood and extreme trade restrictions imposed from Denmark limited people to live with what was available on the island. Drift wood, horse hair, sheep bones and tendons were important raw materials for almost everything. Dried sheep droppings were used to make fire and apparently don’t smell when they burn…
Until 1947 this farm was used and it is due to an English donator that this museum was opened.

140 Gambear 142 Gambear 143 Gambear 144 Gambear

Chaque bâtiment avait sa fonction propre, comme la forge, la cuisine, la laiterie, la Baðstofa (salle de séjour) etc.
Each building had its dedicated function such as kitchen, living room, blacksmiths workshop, creamery, etc.
141 Gambear

En cette belle journée du 10 août, nous prévoyons de monter au sommet du Gvendarskál.
Le point de départ de cette randonnée de 2h30 pour 450 mètres de dénivelé se trouve dans la localité de Hólar, dans la partie nord-est de l’île.
Une montée assez pentue dans un décor de bruyères en fleur pour commencer et de roches en seconde partie nous amène à ce sommet.
De là, le panorama embrasse toute la plaine de Hjaltadalur et s’étend jusqu’à l’Océan Arctique.

Today the weather is quite warm (means 20C in Iceland) and we use the occasion for a hike close to the northern coast. We climb up to the summit of the Gendarskál starting in Hólar. The hike first goes through blueberry bushes (not quite ripe yet) and lots of colourful flowering heather, then climbs up steep through rocks and finally at the summit provides a great view over the whole valley up to the Arctic Ocean.

145 Gvendarskál 146 Gvendarskál 147 Gvendarskál

À Hólar se trouve également un musée du cheval islandais.
Nous profitons de notre présence ici pour le découvrir et faisons la visite sous la conduite d’une jeune guide passionnée par ces chevaux.
L’Islande en compte aujourd’hui 80’000.
Jusqu’au milieu du 20ème siècle ils étaient utilisés pour les travaux des champs grâce à leur robustesse et étaient préférés aux bœufs car, durant l’hiver, ils étaient lâchés dans la nature et pouvaient se subvenir à eux-mêmes.
Aujourd’hui, ils sont l’un des piliers de l’économie grâce à l’exportation mais aussi à la monte touristique.

Back down in Holár we visit the Icelandic Horse museum. Horses have played an important role in Iceland’s past for transport and until mid of the 20st century for field work. Horses were preferred over oxen since they survived the winter outside and without feeding. Today Icelandic people have a great passion for their horses and hors riding developed into an important business factor which with the growing tourism.
Today there are about 80’000 horses in Iceland, not bad compared to a human population of roughly 320’000!

148 Chevaux islandais

Nous allons maintenant gentiment nous rendre à Akureyri, la deuxième plus grande ville d’Islande.
Pour y arriver, nous décidons de suivre la route côtière qui nous fait passer par Siflufjöður et Olafsfjörður.
En chemin, un panneau indiquant un lieu remarquable attire notre attention.
Nous nous y arrêtons et découvrons là l’église en bois Grafarkirkja.
Construite au 17ème siècle par un sculpteur sur bois islandais renommé, elle a été totalement restaurée et mise à disposition du public.

Back on the road direction Akureyri, the second biggest city in Iceland, we stop at a lovely little wooden church from the 18th century. Grafarkirkja.

149 Grafarkirkja

Quelques kilomètres plus loin, nous apercevons un promontoire dominant la mer et visiblement accessible à un véhicule tout-terrain.
C’est parfait pour nous et cette nuit encore nous la passerons en bivouac.

For the night we find a great quiet spot with perfect view on the Ocean. 

150 Campin sauvage

En ce matin gris et pluvieux, nous restons dans les bras de Morphée jusqu’à 08h00.
La journée commence ensuite par les agréables activités habituelles que sont la lecture, le petit-déjeuner etc….
C’est vers les 11h00 que nous sommes prêts pour continuer notre route pour rejoindre Akureyri.
Un petit arrêt café en chemin et c’est en milieu d’après-midi que nous atteignons la ville.
Nous nous rendons de suite dans un supermarché pour refaire le plein de victuailles et ensuite directement au camping de la ville pour le reste de la journée.

Next day big change in weather: cold and rainy. After a lay in and an extended breakfast we take off to Akureyri at 11:00hr. Only activities of the day are a coffee break at a lovely (nicely heated) little place on the road, check in at the Akureyri campground and some food shopping. It is kind of hard to be active when it’s cold and wet!

Encore gris et pluvieux pour ce 12 août ce qui fait que nous effectuons juste un petit tour en ville d’Akureyri dans l’après-midi.
Avec ses 18’000 habitants, Akureyri est la seconde plus grande ville d’Islande.
De par sa situation elle bénéficie d’un microclimat qui fait que son port reste libre de glace en hiver et permet ainsi à cette ville d’être un important lieu de commerce de la pêche.

Next day still cold and wet but no rain so we go for a little stroll through the town. With 18’000 inhabitants Akureyri is the second biggest town in Iceland and an important fishing harbour. It has a small pedestrian area with inviting shops, restaurants and coffee places and a big new church. Wale watching is the biggest touristic activity but since we have seen so many so close in the Antarctic we give it a miss.

154 Akureyri 155 Akureyri 156 Akureyri

Le temps se remet au sec. C’est donc reparti pour un petit bout de chemin.
La météo nous prévoit du beau temps sur le nord-est.
Donc allons-y !
Objectif de la journée : les bains naturels de Mývatn.

The following day the weather is warmer and we take off direction Myvatn an area with plenty of things to see we read.

Petit arrêt à la chute de Godafoss en passant.
On the way we stop at Godafoss another impressive waterfall.

157 Godafoss 158 Godafoss

En cours de route, nous effectuons une rando qui va nous amener au sommet du Vindbelgfjarfjall qui culmine à 529 mètres.
En sortant de l’Azalaï nous sommes littéralement envahis par une nuée de petites mouches qui s’insinuent dans nos yeux et nos voies respiratoires.

Heureusement, nous avions, grâce aux conseils d’Helge fait l’acquisition de filets anti-moustiques que nous nous empressons de revêtir.

We arrive at the Myvatn lake and want to start with a little hike that will give us a great view over Myvatn lake from the top of mount Vindbelgfjarfjall. We get off the car and are invaded by a cloud of little flies. We find out very quickly that they don’t bite but they get into our eyes, nose and mouth. So we get equipped with the nets Helge has helped us to buy. We sort of knew that we would need them one day but weren’t unhappy to have bought them so far for nothing

159a Vindbelgfjarfjall

Ainsi équipés, nous attaquons une belle pente bien régulière qui nous mène au sommet…

The strategy works very well and we get to the top without further disturbance. From there we can see what the lake is famous for: many little craters around and in the lake. If you look closer at the photo you can see some of them!

159 Vindbelgfjarfjall 160 Vindbelgfjarfjall

….d’où nous jouissons d’une vue magnifique sur cette plaine de lave, de cratères et de lagunes.

On fait ensuite un saut aux bains naturels de Mývatn pour y jeter un coup d’œil et se renseigner sur les heures de moindre affluence.
La journée se termine au camping de Reykjahlið.

One of the big attractions at Myvatn is the Nature Bath. We have a look at the sight and since the weather for tomorrow does not look good the idea to spend the day in and around the 38 to 40C pool and the steam bath is too tempting. decision taken! Tomorrow will be a relax day

Aujourd’hui, pas de grasse matinée.
Nous quittons le camping avant 09h00 pour être aux bains dès l’ouverture.
Bonne idée de venir tôt car lorsque nous entrons dans l’eau à 38°C de la lagune, nous sommes seulement 4 personnes.

171a Myvatn

Nous restons dans le complexe jusqu’à 3 heures de l’après-midi et revenons ensuite au camping pour y préparer à manger.
Rösti aux œufs, salade au menu du jour.
La météo s’étant améliorée, nous partons à 7 heures le soir pour une petite rando d’une heure et demie durant laquelle nous allons visiter un lac souterrain du nom de Grjótagjá dont l’eau à 43°C est un peu chaude pour la baignade.

In the evening we walk from the campsite to several natural caves. One of them is filled with hot water but 43C is is a little too hot to swim in it.

161 Grjótagjá

La rando fait une boucle et le chemin du retour est bien fourni en végétation.
Parmi les blocs de lave, les myrtilles et les airelles abondent.
Quelques bouleaux ont aussi réussi à s’installer dans ce coin de nature sauvage.
Notre regard est soudain attiré par des taches jaunes sur le sol qui ne semblent pas être des feuilles.
Est-ce possible que ce soient des chanterelles ???
Eh oui, c’en est !
Réparties sur un cercle d’une dizaine de mètres nous en cueillons environ 200g.

On our way back we cross several lava fields. The older one is already well covered in vegetation with birch trees, blueberries, some gras and a lot of mushrooms. We decide to look them up in internet once back at the campground as suddenly Michel spots chanterelles! He know them very well from when he went mushroom picking with his parents and is sure that you can not mix them up with any other. So we collect them and end up with roughly 200g.

161a Chanterelles

Ce matin, au vu de la météo peu engageante pour une sortie de plein air, nous restons tranquillement au chaud dans l’Azalaï.
Sylke en profite pour faire un de ses excellent pain et c’est seulement en milieu d’après-midi que la pluie cesse et le vent avec.
Sans vent, la température est très agréable.
Nous allons effectuer quelques achats au supermarché du coin et après, il est temps de nous régaler de notre cueillette.
C’’est au beurre, échalotes et persil que nous cuisinons les chanterelles et les distribuons sur des tranches de pain frais, toastés pour la circonstance .
Un régal !!!

Next day low activity since it is still rainy. Time for reading and a little bit of cooking and baking: fresh bread and our mushrooms with butter, parsley and toast. Then watching a fantastic sunset in the evening since the sun is out again.

161c Chanterelles

Et avec le soleil revenu, c’est l’occasion d’ouvrir le deuxième fût de bière blanche offert par notre ami Simon lors de notre passage chez lui en Bavière.
Perfect opportunity to open a little can of German Kulmbacher Wheat beer. A gift from our friend Simon in Kulmbach and preciously transported all the way to Iceland. PROST!

303a Santé

302 Santé

Confortablement Installés au bord du lac Mývatn, et afin de terminer cette journée en beauté, le ciel nous fait ce soir cadeau d’un très joli coucher de soleil.

171 Myvatn

Encore une nouvelle journée qui s’annonce ensoleillée.
Dès que nous sommes prêts, c’est-à-dire comme d’habitude vers les 10h30 nous partons à Dimmuborgir en vue de randonner au sommet du cratère Hverfjall.
Arrivés sur le parking de départ, il faut se rendre à l’évidence que c’est un endroit prisé des touristes.
Une bonne centaine de voitures sont déjà là et il y a même des cars.
Pfff…définitivement trop de monde !
Heureusement, le 95% de cette foule va seulement faire quelques pas sur ce site de lave très particulier, formé par du magma éjecté à la surface par des bulles de vapeur d’eau et qui, lors du refroidissent, a donné naissance à des amoncellements très artistiques, telle la porte de cette photo.

The following day the weather allows us to explore more of the Myvatn area. The big sand explosion crater: Hverfjall is on the program (not a Volcano as we first thought).
The starting point is full of cars and some big busses. Despite the crowd we start our hike, first through a lava field with impressive shapes and « windows », created by steam explosions from water coughs underneath the hot lava.

162 Hverfjall

Bon, c’est confirmé. Une fois que nous nous engageons sur le sentier menant au cratère, il ne reste plus que quelques randonneurs.
Une heure plus tard, nous atteignons la base de celui-ci et après 130 mètres d’ascension dans un mélange de sable et de gravier nous atteignons le bord du cratère.
D’un diamètre de 1 km, il a été formé par l’explosion d’une bulle de gaz froid, ce qui explique le caractère du matériau constituant le sol.

Fortunately already after 15min hardly anyone is left on the walking track and one hour later only very few people actually climb the steep sandy slope of the crater. With 1km diameter and 130m high, the explosion must have been absolutely mind blowing and devastating.

163 Hverfjall 164 Hverfjall 167 Hverfjall

Après en avoir fait le tour complet, nous reprenons le sentier du retour et nous transformons en mycologues.
Cette fois, ce ne sont pas des chanterelles que nous trouvons mais plein de bolets raboteux.
Hop ! C’est parti pour la cueillette.

On our way back and after yesterday’s internet consultation we pick a lot of birch boletes, the ones we had already seen on our walk the day before (Birkenpilz auf Deutsch). We are not particularly specialized in mushroom picking but there are so many of them and again it is a very distinct mushroom that is very hard to go wrong with. We only pick the perfect ones and stop after roughly 20 (there are hundreds!). It is a mushroom that can easily be dried but unfortunately this is not an option for us.

170 Hverfjall

Autre utilisation du filet anti-moustiques !
And one more use for the mosquito net 🙂169 Hverfjall

De retour au camping de Reykjahlið nous en apprêtons tout de suite une petite quantité au beurre, échalote, ail et persil pour savoir à quoi ça ressemble car pour nous c’est une première.
Le résultat est tout à fait positif et ce champignon s’avère excellent de goût et de texture.

We taste a small portion with butter and parsley right when we get back, and have the bigger part the next day with pasta and cream. Both delicious !!

Nous sommes aujourd’hui le 17 août et c’est une belle journée qui devrait se présenter.
Il nous faut patienter un peu pour voir l’astre de lumière faire son apparition et nous quittons le camping que peu après-midi pour aller passer un peu de temps aux bains naturels de Mývatn en attendant qu’il se décide.
Le ciel devenant bleu vers les 16h00, nous partons pour une visite du site géothermique de Námafjall à Hverir.
Cette zone de hautes températures comportant des évents de vapeur et des marmites de boue doit son activité à de la vapeur provenant de l’infiltration de l’eau de surface qui descend jusqu’à une profondeur de 1000 mètres où la chaleur dépasse 200°C.
Cette vapeur, accompagnée de gaz contenant de l’hydrogène sulfuré donne aux sources chaude leur odeur caractéristique et aussi, par leur écoulement les merveilleuses couleurs que nous ne nous lassons pas d’admirer.

Today we will visit two last points of interest in the Mivatn area: Námafjall a colorful high temperature zone with fumaroles and boiling mud and the area around Volcano Krafla with steaming lava field and beautiful crater lakes.
In Námafjall surface water infiltrates the soil to a depth of 1000m where the temperature is 200C. Here the water turns into steam and mixed with sulfur hydrogen surfaces again. The sulfur also explains the typical rotten egg smell and the colourful designs on the ground.

172 Namafjall 173 Namafjall 173e Namafjall

Quelques kilomètres plus loin, le volcan Krafla attire notre attention.
Ce volcan central, d’un diamètre de 20 kilomètres a donné naissance à de nombreuses éruptions entre 1975 et 1984, déversant sa lave sur toute la région.
Une balade à travers ce champ de jeune lave est aujourd’hui possible et il est impressionnant de voir toutes ces fumerolles jaillissant encore des profondeurs.

Only a few km from here lays the central Volcano Kraflar with a diameter of 20km. Kraflar was the center of numerous smaller eruptions and lava flows between 1975 and 1984. Today it is possible to walk through these very recent lava fields with its steaming fumaroles and rugged black and grey formations.

176 Krafla 175 Krafla

La lumière devenant de plus en plus belle, nous nous rendons encore au lac du cratère Viti tout proche pour en faire le tour en admirant les couleurs chatoyantes qui embellissent le décor alentour.
Part of the central Kraflar volcano is the water filled Viti crater that beautifully reflects the evening lights with the last clouds of the day. 

179a Viti 177 Viti

Pour calmer nos estomacs après cette belle journée, des pâtes aux bolets raboteux, récoltés la veille font le délice de nos papilles.
Ce soir, c’est nuit bivouac près du site que nous allons visiter demain, Dettifoss, Selfoss et Hafraglilsfoss.

We leave the Mivatn area direction north east to Aspyegi with several stops and hikes planned along the way for the next 3/4 days.

C’est un ciel bleu que nos yeux découvrent avec plaisir en s’ouvrant ce matin.
Nous décidons de repousser le petit-déjeuner à plus tard et de profiter de faire la balade qui passe par les chutes de Dettifoss et Selfoss avant l’arrivée du tourisme de masse.
Bien nous en prend car moins de 10 personnes se trouvent sur l’itinéraire à cette heure matinale.

Today we get up early to use the morning light and to arrive prior to the tourist flow at two enormous waterfalls: Dettifoss and Selfoss.

180 Dettifoss     182 Selfoss 183 Selfoss

Dès 9h30 arrivent les premiers cars déversant leurs flots de bipèdes.
Nous regardons toute cette activité se mettre en place d’un œil amusé tout en prenant notre petit-déjeuner.

Later at 9:30 we have breakfast at the parking and see the busses loads of people arrive. Well done we think 

Nous nous déplaçons ensuite vers le départ d’une randonnée qui va nous prendre tout l’après-midi et nous faire découvrir les profondes gorges de la Jökulsá et les chutes de Hafragilsfoss.
Ce parcours est d’une beauté incroyable et nous fait dire que c’est l’une des trois meilleures sorties faites à ce jour en Islande.
On commence par longer ces gorges d’une longueur de 25 km, de 500 mètres de largeur et de 125 mètres de profondeur.
Ce sont par ailleurs les plus grandes gorges d’Islande.
Elles ont été formée pendant la période allant de -2500 ans et le début de notre ère par l’écoulement de lacs sous-glaciaires ayant été libérés par des éruptions successives, générant des crues gigantesques entrainant boue et rochers et détruisant tout sur leur passage.
Ce gigantesque flot a littéralement fraisé le sol sur son passage et donné naissance à ces gorges de toute beauté.

A little later we start a hike to another waterfall called Hafragilsfoss, along the same canyon still with the big river Jökulsa. We plan all afternoon for it including picnic to take advantage of the amazing weather.
This canyon is the biggest of Iceland. It is 500m wide, 25km long and up to 125m deep and was created around 2000 BC through several enormous glacier flows. Volcanic eruptions under a glacier can create such flows. Gigantic amounts of ice melt and flow down to the see carrying huge boulders and icebergs. Various of these flows were able to grind this canyon into the very hard basalt rock. Imagine the spectacle!

184 Hafragilsfoss 185 Hafragilsfoss 186 Hafragilsfoss  188 Hafragilsfoss

Après en avoir atteint le fond, nous accédons aux chutes de Hafragilsfoss.
We decent to the bottom of the canyon which gives us a different view angle. In addition there is no wind down here so we can take off our sweaters (not so often the case here ).

187 Hafragilsfoss 189 Hafragilsfoss

D’une largeur de 100 mètres et d’une hauteur de 45 mètres, un énorme nuage de brume s’en échappe. En nous submergeant, il donne naissance à un arc-en-ciel formant un cercle de 360 degrés débutant à nos pieds. Spectacle se produisant que dans des circonstances exceptionnelles.

Further up the canyon we get to the waterfall Hafragilsfoss. 100m large and 45m deep it creates a spray cloud that once you enter it builds a 360 rainbow starting at our feet. An absolutely amazing appearance! But not easy to take a picture of if you don’t want to drench your camera in millions of minuscule water droplets. So you have to imagine the image a bit.

189b Hafragilsfoss

Avant d’arriver au terme de notre rando, nous cheminons encore le long d’un petit cours d’eau tellement cristallin que les poissons donnent l’impression de voler.
In a little side river we spot a fish that seems to fly since the water is Chrystal clear!

190 Hafragilsfoss

La sortie de la gorge se fait directement dans la face et nécessite de s’aider d’une corde pour la gravir.
We complete the loop by climbing back up the cliff. A little steppe but assisted by a rope.

191 Hafragilsfoss

Enchantés de notre journée, nous bivouaquons cette nuit en pleine nature.
We spent the night not far away with a splendid evening light.

192 Hafragilsfoss

Un peu de méditation sommitale pour Sylke pour commencer cette nouvelle journée.
Another sunny day! Let’s welcome it with a little bit of mountain top yoga.

194 Rauðhólar

Comme hier matin, nous choisissons de la démarrer tôt afin de visiter cette région du Vesturdalur avant l’arrivée des touristes.
Lors de notre première balade, nous traversons d’abord un champ de lave qui lors de son refroidissement a donné naissance à des colonnes de basalte formant de jolies rosaces.

And again an early start in Vesturdalur, a place famous for its exceptional basalt formations and an intensely red mountain. We spend the whole day in this area discovering different shapes and colour combinations. 

196 Rauðhólar

Autre forme prise par la lave à cet endroit auquel on a donné le nom de Kirkja (église) que nous découvrons sur notre parcours.

198 Rauðhólar 197 Rauðhólar

Au point culminant nous débouchons sur la crête du volcan Rauðhólar dont les couleurs nous émerveillent.

199 Rauðhólar 200 Rauðhólar

Petite pause-café lors de notre retour à l’Azalaï avant de faire notre deuxième balade du jour qui elle a pour but deux colonnes de basalte qui ont pour nom Petit Charles et Grand Charles.
Elles font partie du décor majestueux des mêmes gorges que nous avons visité hier.

202 Rauðhólar

On nous avait annoncé le début des tempêtes d’automne à partir du 15 août et en fait de tempêtes, ce sont à celles de ciel bleu que nous avons droit.

August 20. Another bright day. Already the 3rd in a row!
We hear that the rest of Europe is going through a heat wave. So we are probably at the edge of it which creates a lot of sun and an exceptional 18-20C here
We are in particular delighted since many people told us that mid of Aug the weather here degrades and Autumn storms tend to start.

Ce matin, c’est une balade de 5 km que nous effectuons à travers la région de Hólmatungur.
C’est un dépaysement total qui nous attend car ici, nous découvrons un environnement riche en végétation grâce à la présence de plusieurs petits cours d’eau.

Today in Hólmatungur we discover a different colour again. From the dry black, yellow, reddish stony deserts we dive into a lush green micro climate. A special less draining soil and a few small rivers are the reason for this and we even walk through a small area with birch trees higher than us (very rare in this rough climate here). We really enjoy the lush vegetation after all the dry rocks.

203 Hólmatungur 205 Hólmatungur

Nous cheminons à travers des zones couvertes de myrtilles et nous ne pouvons résister à l’attrait d’opérer une cueillette pour agrémenter nos petits déjeuners.
Even better! We extend the walk by at least 30min for blueberry picking. Very juicy and sweet!

309 Myrtilles   310 Myrtilles

Le chemin de retour se fait le long des gorges de la Jökulsá que nous connaissons déjà des autres jours mais sur un tronçon différent.

206 Hólmatungur

La balade terminée, nous reprenons la piste et allons jusqu’à Ásbyrgi.
Nous terminons la journée à bouquiner, confortablement installés au soleil à profiter de cette douceur inespérée.

We continue the road to Asbyrgi, our most northern point in Iceland.

Le grand beau se maintient aujourd’hui.
Comme prévu, nous effectuons la randonnée de 13 kilomètres qui part directement du camping pour rejoindre d’abord Klappir.
C’est un petit lac au pied d’une falaise circulaire faisant partie d’un bloc de lave qui a résisté au grand déluge qui a façonné toute cette vallée peu avant notre ère.

The next day once the clouds open up in the afternoon we explore the enormous horse Shoe shaped cliff that was equally formed by the glacier flows and that encloses Asbyrgi. We walk across the plateau an reach the Jökulsa canyon one last time before it transforms into a wide delta and connects to the Arctic Ocean.

208 Klappir 207 Klappir

Le chemin mène ensuite à travers champs de myrtilles et bruyères jusqu’aux gorges de la Jökulsá dont nous pouvons voir la dernière partie avant la mer.
La nature s’amuse quelquefois à façonner des figures nous faisant penser à des animaux familiers.

Some of the shapes carved by the river resemble animals we find:

Une tête d’ourson.
Teddy Bear: 
209 Klappir

Un hibou déployant ses ailes.
Owl with wide spread wings:
201 Rauðhólar

De retour au camping, nous profitons encore une fois de l’excellente météo pour nous asseoir à l’extérieur à nous laisser réchauffer par les bienfaisants rayons du soleil.
En début de soirée, Sylke nous prépare encore quelques succulents scones aux myrtilles.

After a long hike we decide we deserve something special and transfer some of the blueberries into scones. Hmmm, delicious!!
(Not the perfect shape but given that we have to improvise with our Omnia oven that works on the gas stove we are super happy about the result 😍).

207a Scones

Nous quittons Ásbyrgi pour redescendre vers la « Une » en empruntant la piste de l’est.
Nous nous arrêtons en route aux chutes de Dettifoss et Selfoss afin de les voir à partir de l’autre rive.
Today, we turn back south and now drive along the other side of the Jökulsa canyon wnich allows us to one more time stop at the Deitifoss and Selfoss waterfalls. Both are more accessible from this side and also are much more impressive from here we find.

181b Dettifoss 181a Dettifoss 183a Dettifoss

Après l’avoir rejointe, nous partons à l’est et après quelques kilomètres nous empruntons la piste 901 pour nous diriger vers l’un des 5 volcans principaux de l’île, Askja.
Une cinquantaine de kilomètres de piste cahoteuse et trois gués plus tard, nous nous arrêtons en bord de piste dans un paysage lunaire pour passer la nuit.

The same afternoon we are back on the circular rode #1 from where a little further ease we enter one more time the highlands. This time to see one of the biggest Vulcans of Iceland named Askja.
210 Askja

Nous effectuerons demain les 47 kilomètres manquants pour arriver au but.
Il faut dire que Sylke à de la pâte à pain de prête et il faut absolument la transformer ce soir.
Deux levées de pâtes et une cuisson plus tard, c’est passé minuit quand nous allons nous coucher.

50km of rough dirt road through and 3 river passages later we decide to spend the night in a wild and beautiful partly sandy partly lava desert. It is already late and we will complete the remaining 50 km tomorrow. Rough estimate 1.5hrs more.
In addition we have a bread dough ready that needs baking today. 2 hours later the Azalaï smells fresh bread and we go to bead a little exhausted.

Ce mardi 23 août est le 6ème jour consécutif de grand beau.
C’est par conséquent sous un magnifique soleil que nous effectuons le reste de la piste 910 jusqu’à Askja.
Un petit arrêt au camp pour nous inscrire pour la nuit prochaine et départ pour la montée au cratère du volcan.
En arrivant au parking, force est de constater qu’encore une fois, même si ce n’est accessible qu’en 4×4, nous ne sommes pas les premiers.
Pendant que nous nous préparons, nous avons même droit à l’arrivée d’un bus tout terrain avec une trentaine de personnes à son bord.
Nous effectuons les 2,5 kilomètres de marche jusqu’au cratère pour admirer son lac qui avec ses 210 mètres de profondeur est le plus profond d’Islande.

After breakfast with delicious fresh bread and home made strawberry jam 😋 we arrive at the base if Askja mid morning. We sign in at the camp and drive up to the parking 2.5 km away from the crater.
We walk across a part of the huge main crater (25km in diameter) that is now filled with cold lava and ash over to the main crater lake and the smaller warm side crater lake. One more time the scenery is breath taking.

216 Askja

Juste à côté se trouve un petit cratère secondaire (le Viti) dans le lac duquel il est possible de se baigner.215a Askja

213 Askja
Nous nous promettons de revenir demain matin tôt afin de profiter de l’endroit sans tous ces touristes.
Le reste de la journée et la nuit se passent au camp.
The sky is by now covered in clouds and since the weather is again announced very sunny for tomorrow we decide to return to the camp for the afternoon and return to the lakes early next morning, which will also allow us to be on site without other tourists that mainly come here with a cross country bus mid morning from Mivatn.

225 Askja

En sortant vers les 2 heures du matin pour assouvir un besoin naturel, j’ai la surprise de voir le ciel paré de voiles blancs se mouvant avec grâce.
C’est le début de la saison des aurores boréales, blanche au lieu de verte à cause de la clarté de la lune dont qui est encore vive.

Comme nous nous sommes promis hier, dès le petit-déjeuner terminé, nous nous rendons au lac du cratère Viti.
Nous sommes seuls pour effectuer les 2,5 km de marche à travers le cratère de 25km de diamètre formé par l’effondrement d’une poche de magma.
Les couleurs des zones ainsi traversées vont du noir profond au rouge brique.

Our plan works perfectly well and even though the temperature is fresh early morning (4C) there is no wind and the sun warms us a little bit. The colours are fantastic!

221 Askja

Nous ne sommes pas les premiers sur le site mais par contre, personne n’a encore eu l’idée de descendre au lac du cratère pour se baigner.
Down at the little crater lake Viti the temperature is just good enough to quickly jump into the warm water (says Michel). 😊

218 Askja

Nous sommes donc seuls à profiter de cet instant magique à nager dans cette eau thermale, chauffée à 26°C par les vapeurs volcaniques filtrant à travers le fond du lac.

219 Askja

Venez ! Je vous invite à me rejoindre.
220 Askja

Après une bonne heure à profiter de cet instant privilégié, nous retournons au camp et décidons de mettre à profit cette superbe journée en allant visiter deux canyons tout proches.
Au fond du premier, nous découvrons une jolie cascade…

Later in the day we visit two little canyons in the same area and leave early evening direction route #1.
224 Askja
223 Askja

….et au fond du deuxième nous sommes censés trouver un bloc de lave en forme de fleur provenant d’une éruption antécédente.
Nous ne trouvons pas la fleur mais par contre nous bénéficions d’une très belle vue sur la plaine de lave qui s’étend au lointain avec l’Azalaï en point de mire.

226 Askja

Nous en avons maintenant terminé  avec la région du volcan Askja et reprenons la piste pour remonter en direction du nord afin de rejoindre la « Une ».
Au lieu de reprendre la 910 que nous avions emprunté pour venir, nous choisissons la 88 qui est un peu plus courte mais qui nécessite de passer deux rivières dont l’une, profonde de 60cm est parait-t ‘il assez difficile à franchir et possible seulement pour les véhicules 4×4 de grande taille.
Allons-y ! On verra bien.
Après une heure de route, nous rencontrons un camping et décidons de nous arrêter là pour aujourd’hui.

We stop over for the night at the base of Volcano Herdurreid. A small river has created a pleasantly green area here. A nice change to the otherwise extremely dry soil with very scares vegetation on the high plateau.

La tempête de ciel bleu continue pour le 8ème jour consécutif.
C’est à l’extérieur que nous prenons notre petit-déjeuner ce matin grâce au soleil qui darde sur nous ses rayons bienfaisants.
Ce camping de la piste 88 nous plait beaucoup et nous faisons encore une petite promenade le long de la rivière qui déroule son serpent de verdure dans ce milieu de lave noire.

After again a rather cold night (4C) we have breakfast in the sun outside (covered in many layers but with a fabulous view on the volcano). A little walk through the contrast of black lava and the green and off we are again.

229 Camping 88 228 Camping 88

En fin de matinée, nous reprenons la piste et après une vingtaine de minutes arrivons à ce fameux gué.
On enclenche les basses vitesses, on met la première et on y va.
La traversée n’offre en fait aucune difficulté pour l’Azalaï qui nous amène de l’autre côté en deux temps trois mouvements.
Nous en aurons encore un deuxième de moindre profondeur quelques kilomètres plus loin.

On the way we cross a river that was described as difficult since it is over 60cm deep. But in low gear the Azalaï takes it without any difficulties. Great! 😅 Otherwise we would have needed to do a several hours dirt route detour! (like some of the smaller cars have to do).

Après 1 heure et demie, nous retrouvons la « Une » et mettons le cap sur Mývatn.
Comme nous passons à proximité de Hverir que nous avons déjà visité une fois mais de manière incomplète en raison d’une météo moyenne, nous nous y arrêtons pour gravir le sentier très glissant qui mène au sommet du Namafjall.
Aujourd’hui, le soleil pare cette montagne fumante de ses plus belles couleurs.

On our way to Mivatn we pass again by the geothermal active area Namafjal which had not fully visited the first time due to rain. We make up for it with a complete round trip this time and enjoy the intense colours in the warm sunshine.

173b Namafjall 173c Namafjall 173d Namafjall

De retour à l’Azalaï, nous effectuons un petit passage aux bains thermaux pour une mise à jour internet et nous voilà à Mývatn pour refaire le plein de nourriture.
C’est le moment de décider ou passer la nuit.
Nous n’avons pas vraiment envie d’aller au camping et optons pour un parking discret, assez proche, que nous avions repéré lors de notre balade au lac souterrain de Grjotagja.
Nuit très calme malgré une voiture de touristes qui viennent visiter les grottes à 2 heures du matin !!??

La belle série de beau temps nous abandonne et la pluie refait son apparition et amène le froid avec elle.
Pas plus de 05°C ce matin et 09°C au meilleur de la journée.
Nous continuons notre progression vers Egilsstaðir que nous atteignons en début d’après-midi.
Repas au restaurant, courses et internet feront l’essentiel du reste de notre journée.

Nous ne sommes plus qu’à trois jours de notre embarquement pour le Danemark. Profitons de cette journée grise et humide pour nous occuper de notre blog en rédigeant cet article.
Demain, la météo annonce grand soleil sur l’ensemble de l’Île. Si ça s’avère correct, nous pourrons effectuer une dernière sortie.

Aug. 27. Only 3 days left before our departure back to Danmark!
Since the weather forecast is rather wet and cold we decide to go to Egilstadir and spend the last days close to the ferry harbour in a pleasant camp site, up-date our block and prepare our departure. 

Belle surprise ce matin en regardant dehors depuis notre lit, le ciel est bleu !
Joli cadeau pour la fin de notre voyage en Islande.
Nous mettons à profit cette aubaine pour aller faire une dernière balade dans les gorges près d’Egilsstaðir.

One last window if sunshine in Egilsstadir:

231 Egilstaðir  233 Egilstaðir

En chemin, nous avons même l’occasion d’admirer le symbole des Alpes suisses.
Edelweiss in a garden!

234 Egilstaðir

Pour finir en beauté, nous nous offrons encore une dernière « Softis » en terrasse.

And almost tradition now: a Softis on the last day at a Scandinavian country where everybody is crazy for ice cream no matter what the weather:

235 Egilstaðir

Voilà, c’est la fin de nos six semaines de voyage sur cette merveilleuse île qui nous a fait découvrir des paysages extraterrestres et nous a souvent donné des frissons non pas seulement par les températures souvent fraîches mais surtout par la beauté et la puissance dégagée par cette nature où la glace et le feu se côtoient.

At the end of our 6 weeks we are still amazed about everything we have seen here. Even though more roads are now paved than we expected and more tourists crowd in the most popular places, the stunning nature hear is still breath taking and different to what we have seen anywhere else.

Pour terminer, la carte de notre parcours.
Here the summary of our trip:
Trip Iceland

Nous allons maintenant embarquer sur le ferry qui va nous ramener à Hirtshals au Danemark.
De là, nous allons en visiter la côte est et nous rendre à Copenhague.
Ensuite ce sera le sud de la Suède jusqu’à fin septembre, date à laquelle nous allons effectuer notre retour en Suisse pour l’hiver.

This evening we will get on the ferry and will arrive in Denmark 2.5 days later with a few hours stop over at the Faroe islands (hopefully without any autumn storm!).
In septembre we plan to visit Copenhagen and then some of the South of Sweden from where we will then drive home with the Azalai.

See you soon! and
Amitiés à toutes et tous de la part de Milke.

 

 

 

 

 

 

ISLANDE partie 1

   A l’orée du cercle polaire

L’Islande se situe entre le Groenland et la Norvège au nord-ouest des îles Féroé. Elle se trouve sur la dorsale médio-atlantique séparant les plaques tectoniques eurasienne et nord-américaine et compte ainsi de nombreux volcans.

Avec sa superficie de 103’000 km² elle est 2,5 fois plus grande que la Suisse mais compte seulement 400’000 habitants dont le 60% se trouvent dans la région de Reykjavik, la capitale, dans le sud-ouest du pays.

Son économie est fondée sur un système mixte où les services, la finance, la pêche et les industries sont les principaux secteurs.

Iceland is 2.5 times the size of Switzerland with a population of less than 400’000 of which over 2/3 live in the area of the capital Reykjavik (south west coast). The interior of the island consists of a high plateau made from sand, lava fields, mountains and glaciers and is basically uninhabited.
Iceland is one of the most developed countries in the world and has the 2nd highest quality of life (after Norway). Its economy depends heavily on export of fish, aluminium and ferrosilicon. The economic importance of tourism is growing. Almost all electricity is produced from geothermal or hydroelectric power plants.
Iceland lays far north of England and the Faroe Islands just outside the Arctic Circle. It is warmed by the Gulf Stream and has a temperate climate despite a high latitude. The North-American and Eurasian tectonic plates meet in Iceland, which means it is highly geologically active with hundreds of volcanoes of which approx. 30 are active. Greenland is the closest body of land (290 km).

001 Carte Islande

Avant d’arriver en Islande, le ferry fait un petit arrêt d’une heure aux îles Féroés.
Malheureusement, il ne sera pas possible d’en voir grand chose, vu l’épaisseur du brouillard.

Our ferry leaves Denmark on July 19 and after a very smooth 1.5 day trip we stop shorty at the Faroe Islands.

002 Îles Féroé

Le 21 juillet, l’arrivée en Islande, après 2 1/2 jours de navigation se fait heureusement par un temps un peu plus clair.

We arrive on July 21 at the east shore of Iceland with slightly better weather.

003 Arrivée 004 Arrivée

Nous commençons par aller vers la ville voisine d’Egilsstaðir, distante d’une vingtaine de kilomètres pour y faire quelques achats mais faisons un petit arrêt en route, fascinés par l’image qui se présente à nous en longeant le lac Heiðarvatn .

Our plan is to visit the island via the ring road #1 that runs along the coast of the whole island (1332 km total), mixed with trips onto the interior plateau. Our ferry back to Denmark leaves in 6 weeks.
We will start our visit with the east side of the island with Egilsstadir as center point. On our way there we stop at a lake where clouds and fog seemed to have swallowed all colours and noise. What a strange and amazing experience!

005 Arrivée 006 Arrivée

Vendredi 22 juillet
Par cette belle journée ensoleillée, nous commençons notre découverte de l’Islande.
Comme première activité, nous choisissons d’aller voir les macareux moines en pleine activité de nidification.
Pour cela, nous nous rendons sur la côte nord/est de l’île, plus précisément à Hafnarhólmi où se trouve une colonie d’environ cent mille volatiles qui viennent nicher de fin avril à début août. C’est un ballet continu de macareux qui reviennent de la pêche avec 2 voire 3 poissons dans le bec, pourchassés par les mouettes tridactyles et les pétrels qui essaient de leur ravir leurs proies.
Au vu de leurs courtes ailes, leur vol est plutôt saccadé mais ce qui est étonnant, c’est que ces oiseaux volent également sous l’eau lorsqu’ils chassent le poisson.
Jetez un œil sur cette vidéo: https://www.youtube.com › watch

Friday 22nd:
Our first excursion is to go and see the puffins. Since we had missed them in Norway we hope to see them here on the east coast. And yes! we do find them in a big colony of roughly 100’000 couples in Hafnarholmi. They are really cute with their expressive little faces!
The puffins dig long holes in the ground where they bring up their chicks. No idea how they do this! Their feet don’t look suitable and their beak don’t look very practical either!
They don’t look very elegant when they fly but they are very agile swimmers and actually « fly » under water! Have a look: https://www.youtube.com › watch

007 Hafnarhólmi

008 Hafnarhólmi 8a macareux 009 Hafnarhólmi 010Hafnarhólmi 011 Hafnarhólmi

En milieu d’après-midi, nous faisons notre première randonnée vers Brúnavik dont le départ se trouve à quelques centaines de mètres du site des macareux.
C’est l’occasion de découvrir nos premiers paysages de l’île.

In the afternoon we do our first hike to Brúnavik starting right next to the puffin colony. We are lucky with the weather and are even in T-shirt! (Won’t be the case so often…).

012 Brúnavik  013 Brúnavik 015 Brúnavik

Samedi 23 juillet
Nous repartons en direction du sud, longeons le lac Lagarfljót et nous arrêtons sur le parking du point de départ de la randonnée qui mène au Hengifoss.
Cette balade nous fait remonter une gorge qui à l’endroit de ses deux cascades principales offre à notre vue les résultats d’éruptions volcaniques antérieures.

Dans la première, la Litlanesfoss, ce sont des colonnes de basalte que l’on peut voir.
C’est après que le magma de la lave se soit figé et que la roche ait continué à se refroidir que se sont formées ces colonnes, souvent de forme hexagonales.

Next day, next hike 😊.
This time slightly inland from Egilsstadir to see the Hengifoss and the Litlanrsfoss waterfalls with the surrounding amazing hexagonal basalt pillars, rock formations and colorful layers. The basalt pillars forme when the lava cools down, always vertical to the surface of the lava flow.

017 Hengifoss

Dans la falaise de la cascade supérieure, des strates rouges sont visibles entre les couches de basalte.
Ce sont des cendres volcaniques et des scories superficielles des couches de lave. Avec le temps, elles ont formé de la terre. Sous le climat chaud et humide du tertiaire, de l’argile s’est formée dans la terre ainsi que des combinaisons de fer. Lorsque la prochaine coulée de lave s’est répandue sur le sol acide, le fer s’est combiné avec l’oxygène, donnant aux strates intermédiaires leur couleur rouge.

The distinct red layers are created by volcanic decomposed iron containing ash layers between thicker lava layers. It is impressive how regular volcanic eruptions happened here roughly 2.6 mio years ago.

018 Hengifoss 019 Hengifoss

Mardi 26 juillet
Ayant vu ce qu’il y avait à voir à l’est de l’ile, il faut maintenant continuer notre périple.
La question est de savoir s’il vaut mieux aller dans la partie nord ou dans la partie sud ?

Les prévisions météo pour le reste de la semaine montrent clairement que c’est au sud et à l’ouest qu’il faut être. Soleil et douceur devraient être au programme.

C’est sous un ciel plombé que nous quittons Egilsstaðir par la route n°1, direction sud. La partie sud-est de l’île présente une succession de fjords que la route s’amuse à longer systématiquement, ce qui est très joli et ce qui fait aussi que pour parcourir 92 km en ligne droite jusqu’à notre prochain point, nous en ferons 234.

Nous avions dans l’idée de faire une rando dans la gorge de Hvannagil mais le temps de nous préparer que voilà un gros nuage noir qui se met à déverser son contenu sur nos têtes.

Bon ! Pas de souci. La rando sera remplacée par un café + chocolat.

La pause-café terminée, nous continuons à zigzaguer le long des fjords et constatons que plus nous progressons, plus le ciel s’éclaircit.
Une jolie place entre mer et montagne nous attire pour y terminer la journée et y passer la nuit.

Pour arriver ici, la route présente de nombreuses sections non goudronnées et avec la pluie, l’Azalaï a revêtu un habit couleur chocolat. Michel profite de cet arrêt et d’un ruisseau tout proche pour lui redonner sa couleur originale.

The next 2 days the weather is rather wet and cold and we use the occasion to finish and issue our blog article for Norway. Thereafter again guided by the weather forecasts we head south where the weather is supposed to be dryer and sunnier.
Not true for the first part and we drive long kms of dirt road zigzagging along the circular road from fjord to fjord with rain pouring down. We decide to replace the visit of the Hvannagil canyon by a
coffee and continue our trip through the rain.
Versus the end of the day and after 240 long kms the sun is back and we find a lovely place to spend the rest of the day and the night.
The Azalaï is covered in a layer of dirt and Michel, full of energy, uses the water from a little river for a thorough car wash.

1-019a Hengifoss

Sous le regard admiratif d’une vache….
Even the cows are intrigued about all this energy,

1-019b Hengifoss

Quand elle voit le résultat.
and the before/after comparison.

1-019c Hengifoss

Mercredi 27 juillet
Toujours sur la route 1, direction ouest, nous arrivons, après une petite demi-heure de route, au lac Jökulsárlón. Celui-ci est formé par la fonte du plus grand glacier d’Islande, le Vatnajökull. De gros blocs de glace, séparés du front du glacier tombent dans l’eau et dérivent lentement jusqu’à la mer donnant des reflets bleutés lorsque le soleil les éclaire.

July 27:
Weather forecast holds true and with a mixture of sun and clouds but w/o rain we continue our trip now along the south coast. First stop is the glacier lake Jokulsárlón with its floating icebergs. The immense Vatnajökull glacier regularly calves big icebergs into this lake from where they float slowly through a short canal into the see only a few 1000m away. The ash from various volcano eruptions has painted intense black layers into the white and blue ice giants.

20 lac Jökulsárlón 21 lac Jökulsárlón 22 lac Jökulsárlón 23 lac Jökulsárlón

60 kilomètres plus loin, nous arrivons à Skaftafell. Cet endroit, très populaire nous donne l’occasion de faire une jolie randonnée en fin d’après-midi. Cette boucle nommée le tour des cascades nous mène d’abord à celle de Svatifoss dont la chute est bordée par des « orgues de lave ».

60km further we arrive in Skaftafell where we hike between two big glacier tongues of the Vatnajökull and enjoy the view on a perfect « basalt organ » and the Svatifoss waterfall.

25 Skaftafell.

Nous redescendons ensuite vers Sel, ancienne ferme maintenant transformée en musée dont la terre couvrant les toits servait d’isolation.
Further along the path we visit an old reconstituted farm that shows us the very basic living conditions during the last centuries. The roof covered with gras represented an excellent insulation using the scarce local raw materials.

30 Skaftafell.

Jeudi 28 juillet
On démarre la journée par une sortie au glacier Vatnaökull.
Ce glacier de 8456 km2 (2,6 fois le canton de Vaud) et avec ses 990 mètres d’épaisseur est le plus grand glacier d’Europe.
Sur son bord sud s’élève le plus haut sommet d’Islande, le Hvannadalshnjukur avec ses 2119 mètres.
Une balade d’un peu moins de 2 kilomètres nous permet de nous approcher du Skaftafellsjökull, l’un des nombreux bras du glacier aboutissant dans une lagune.

July 28:
We start the day with a closer look at the Vatnajökull. It is by far the biggest European glacier with 2.5 times the size of canton Vaude! and it is up to 990m thick. Iceland’s highest mountain the Havannadalshnjukur (2119m) is part of this glacier.

32 Vatnajökull 33 Vatnajökull 34 Vatnajökull 35 Vatnajökull

Sur la boucle de retour nous traversons une zone de végétation qui nous fait prendre conscience de la difficulté que représente ce milieu hostile uniquement fait de lave pour le développement de la flore.
La nature toutefois est pleine de ressources et fait des miracles dans la très courte période estivale dont elle dispose.

At the border of the glacier we can see how nature starts taking over the gravel fields where the glacier has pulled back over the last years. So called pioneer plants like moss leeches, then dwarfs willows grow on the plane gravel slowly creating a thin layer of humus which in turns enables other plants to grow. The whole is a very fragile eco-system and walking or worse driving on this soil can create severe damage and erosion.

36 Vatnajökull

Nous surprenons une grive mauvis avec son petit. Tous deux dans une tenue de camouflage qui les rend difficiles à distinguer.

37 Grive mauvis 38 Grive mauvis

A quelques kilomètres de là, en direction de l’ouest, on longe la Lómagnúpur, une falaise côtière de 767 mètres de haut, qui se trouve maintenant à plus de 2 kilomètres de la côte suite au retrait de l’océan.

Further west the earth had lifted and the former coast line now sits 2km away from the see. Lomagnapur Rock is an impressive landmark for this. It is 767m high and was Europe’s highest coastline cliff. The flat area the coastal road it built on here represents the former see ground.

39 Lomagnupur

De temps à autre, des fermes jalonnent le paysage.
Généralement placées au pied d’une falaise pour se protéger du vent elles font pousser de l’herbe à fourrage pour l’alimentation du bétail pendant la longue période hivernale.

The former coast line accompanies us for a while and from times to time we pass farms that are comfortably nestled at its bottom and use its shelter from the rough northern winds to produce hay to feed the animals during the winter.

41 Lomagnupur

En fin d’après-midi, nous atteignons les gorges de Fjadrárgljúfur.
Ces gorges de 100 mètres de profondeur et de 2 kilomètres de longueur datent de l’ère glaciaire et sont censées avoir 2 millions d’années. Magnifique !

Late afternoon we reach the Fjadrárgljúfur canyon and use the intense evening light to walk along its 100m deep and moss covered meander cliffs. A spectacular sight!

43 Fjadrargljufur   46 Fjadrargljufur 47 Fjadrargljufur

Vendredi 29 juillet
Magnifique journée ensoleillée et douce.
Dès le saut du lit, nous descendons jeter un coup d’œil aux gorges pour les admirer au soleil montant et l’on en profite pour un petit jeu d’ombres chinoises.

We spend the night at the upper end of the canyon and visit it again early morning with the light coming from a different angle.

48 Fjadrargljufur

Après le petit déjeuner au soleil, nous descendons à Kirkjubaejarklaustur (ça ne s’invente pas !), pour notre première rando du jour.

Une jolie balade qui nous fait tout d’abord monter sur un plateau verdoyant pour arriver au lac Systravatn et qui en faisant une boucle arrive sur un site remarquable appelé le « plancher de l’église ».
De fait, il n’y a jamais eu d’église à cet endroit mais ce sont des « orgues de lave » comme nous en avons vu quelques jours plus tôt à la cascade de Skaftafell mais vues de dessus car polies par le glacier lors de son retrait qui ont inspiré ce nom.

Today’s hike starts in Kirkjubaejarklaustir and first guides us up the ancient waterfront cliff providing us with a great view. Back down we visit the « church floor ». The ground here is again made from basalt pillar but this time we stand on top of them. The ground here was smoothened first from the glacier and then from the waves when the see still covered this area. It literally looks like a cobble stone pavements but is totally natural.

51 Kirkjubaejarklaustur

52 Kirkjubaejarklaustur

Sur le chemin du retour, nous faisons une halte au bureau d’information touristique qui nous propose de voir un film sur l’éruption du volcan Laki. Celle-ci a eu lieu de novembre 1783 à juin 1784. La terre s’est ouverte sur une ligne de 25 kilomètres de part et d »autre du sommet et non moins de 115 cratères ont été créés durant cette éruption durant laquelle 10’000 personnes ont perdu la vie mais aussi 7000 têtes de bétail, 30’000 chevaux et 150’000 moutons.

La piste F206, mène à ce site et nous décidons de nous y rendre.
Après 45 kilomètres de cahots et quelques traversées de gués….

Back in the village we go to the visitor center and see a film that gives the background to the greatest vulcanic eruption in Icelandic history. Between June 1783 and Feb. 1784 10 fissures erupted on the high plateau in the area of mount Laki each 2-5 km long with a total of 115 craters.
The poisonous ash cloud devastated most of Iceland and killed 10’000 people, 7000 cattle, 30’000 horses and 150’000 sheep.
The sulphurous mist from Laki also spread over the entire northern hemisphere. The resulting cold period and crop failures lasted for 3 years. It is speculated that the following economic crisis contributed to the French Revolution.
We decide to go and see the Laki crater area.
The 45 km dirt road F206 that leads inland to Laki is quite rough and includes 4 river crossings. We rediscover off road sensations from Latin America 😊

54 Lak

….nous atteignons notre but.

Mais avant cela, nous faisons un arrêt pour aller admirer les chutes de Fagrifoss.

Half way we find one more sensational waterfall Fagrifoss.

53 Lak

Arrivés au pied du volcan, nous nous équipons pour monter au sommet qui culmine à 812 mètres et que l’on atteint après avoir gravi une pente assez raide et un dénivelé de 250 mètres.

La vue de là, nous permet de voir clairement la chaîne de cratères qui s’étend des deux côtés du Laki.

The road leads us directly to mount Laki. We climb the 250m to its summit for a spectacular view across a long line of craters.

En direction du nord-est.
Direction north-east:

55 Laki

Et en direction du sud-ouest
Direction south-west:

57 Laki

En redescendant du volcan, le chemin nous fait passer à l’intérieur d’un petit cratère auxiliaire…

On the way down the path leads through a little side crater.

59 Laki58 Laki

Nous continuons maintenant notre piste pour rejoindre l’un de ces 115 volcans, le Lakagigar, dans le cratère duquel s’est formé un lac.
Sur le chemin, nous sommes admiratifs devant le spectacle de la végétation qui  arrive à faire des miracles dans cet environnement hostile.

Again nature gaining ground is amazing. The first plants literally grow on the lava stone.

63 Laki 63a Laki

Et aussi devant les blocs de lave joliment colorés.
colourful lava stones:

63b Lava

Nous voici arrivés au lac !
A lake in a little crater.

61 Laki

Il se fait tard ! Et après un dernier passage de gué…
One more river crossing…

60 Lak

….nous atteignons Blágil, le seul site de campement autorisé dans le parc, situé sur une petite zone plate et herbeuse, au milieu du champ de lave et offrant un service minimum.

 before we get to Blágil, the only permitted camping area in the national park situated on a little grassy area in the middle of a 230 year old lava field and equipped with the minimum 😊

64a Laki

Samedi 30 juillet
0°C durant la nuit car nous sommes à 600 m d’altitude / 17°C l’après-midi
Encore une magnifique journée ensoleillée et douce.

Nous laissons ce joli site de Blágil pour rejoindre la route de ceinture n°1

Une vingtaine de kilomètres plus loin vers l’ouest, c’est la piste F208 qui part sur la droite et que nous empruntons. Le parcours que nous suivons entre montagnes et rivières diffère totalement de celui que nous avons effectué hier mais offre des paysages tout aussi splendides.

July 30:
We return to the ring road and inspired by Elke & Philippe, friends that just visited Iceland, we take the next dirt road F208 that leads west of the Laki road inland to Landmannalaugar an area known for its colourful mountains.

65 Laki 66 Landmannalaugar 67 Landmannalaugar

Après avoir parcouru 75 kilomètres dans ce décor nous arrivons à Landmannalaugar.
En arrivant là, il faut admettre que nous ne sommes pas les seuls à avoir eu cette idée.
Même si l’endroit est seulement accessible en véhicule 4×4, ce camping fait preuve d’une forte affluence et fait office de camp de base pour de nombreuses randonnées.

75 km of bumpy gravel road wind through spectacular nature.
After two final rather deep river crossings we arrive at our destination and have to admit that we were not on our own. Even though this place is only accessible via dirt road the camp ground resembles a base camp of a major mountain. It is true that Iceland’s most popular 5 days hike starts from hear but we are still surprised by the number of serious hikers.
A number of spectacular short hikes and a natural hot spring certainly also add to its attractiveness.

68 Landmannalaugar

La soirée est magnifique et le spectacle des montagnes allumées par le soleil couchant fantasmagorique.
Never mind the crowd. The evening light is spectacular!

69 Landmannalauga

Dimanche 31 juillet
06h00
, c’est l’heure à laquelle nous nous levons pour aller profiter des bains thermaux avant qu’il y ait trop de monde. L’eau y est agréablement tempérée mais pas de manière homogène car la source chaude se déverse en surface et y reste car le débit n’est pas suffisant pour opérer un mélange. Ceci fait qu’il y a bien une différence de 20°C entre la surface et le fond.
On a vite compris qu’il suffit de bouger pour brasser l’eau et s’affranchir plus ou moins du problème.

To avoid the crowds 6am the next day we start with an early swim in the hot springs followed by a several hours hike.

73 Landmannalaugar

La météo annonce un ciel couvert pour cet après-midi.
Nous nous préparons par conséquent sans trop tarder pour aller randonner dans le coin à la découverte des montagnes colorées par les émanations de gaz volcaniques.
Au départ du camping nous commençons par traverser un champ d’obsidienne, noire et brillante….

We first cross a 400 year old lava field this time made from Obsidian a black almost glassy stone that creates large, shiny and very smooth surfaces when it breaks.

74 Landmannalaugar

avant d’arriver dans une plaine marécageuse d’où l’on peut admirer les sommets environnants parés de leurs plus belles couleurs, comme si une main céleste avait créé une œuvre d’art.

From there we get into a swampy flat area with a wonderful view on yellow shaded mountains.

76 Landmannalaugar

Nous poursuivons par l’ascension du Brennisteinsalda (la vague de la pierre qui brûle en islandais) qui culmine à 881 m. et du sommet duquel le regard se trouve ébloui par tant de beauté créée par dame nature.

We climb mount Brennisteinsalda (881m) and enjoy the spectacular colourful view.

77 Landmannalaugar 78 Landmannalaugar 79 Landmannalaugar 80 Landmannalaugar

Tout au long de cette randonnée, le spectacle est tout simplement grandiose et vaut à lui seul la peine de venir en Islande.
On our way down more colours and a field of Fumaroles.

85 Landmannalaugar 82 Landmannalaugar  87 Landmannalaugar 89 Landmannalaugar

Après ces deux magnifiques journées dans ce parc, nous redescendons en direction de Reykiavik et faisons un petit arrêt intermédiaire à Hella afin de finaliser cet article et aussi faire un pain dans notre four Omnia spécial gaz.

The weather forecasts rain for the next days in this area so we decide to continue direction Reykjavik. Too bad there are at least 2 to 3 hikes more we would have like to do here.

Maybe we will come back…

During the next stop we not only write this article but we finally take the time do our first sourdough bread with the Omnia gas fire tin (we dont have an oven). It turned out really well!  Thank you Katharina for the sourdough started and the recipe!!!
OK, the crust is not as good as from a real oven and the shape looks more like a cake than a bread. But
since we cant find any rye bread here in Iceland we are super happy with the result. 🙂

91 Pain

A bientôt pour la suite de notre périple en Islande qui débutera par Reykjavik et nous amènera à découvrir le nord de l’île en passant par les pistes du haut plateau.

Watch out for the next episode that will include Reykjavik, the north and more off road in the high plateau!

Milke

Amitiés à toutes et tous.
Milke

 

 

 

 

 

 

 

NORVEGE partie 2

 La Norvège et ses fjords

Depuis le dernier article qui s’arrêtait à Bergen sur la côte ouest de la Norvège, nous avons encore progressé vers le Nord jusqu’à Kristiansund avant de redescendre au Sud pour terminer  à Kristiansand d’où nous avons pris le ferry pour retourner à Hirtshals au Danemark en vue de notre transfert en Islande.

Since our last post that ended in Bergen we have continued to explore Norway’s spectacular fjords direction North up to Kristiansund and then turned back south to discover Norway’s beautiful (and significantly warmer) south coast around Kristiansand, before then taking off to Iceland.

25 juin 2016
Après 8 nuits passés dans le camping Lone, près de Bergen, nous continuons notre progression vers le Nord et allons jusqu’à Oppedal pour y prendre le ferry qui va nous faire traverser le gnefjørden et nous amener à Lavik.

De là, nous reprenons la route en cours de matinée avec pour objectif de faire une rando dans la région de Gaularfjellet.
On y accède par une route panoramique qui serpente entre lacs, rivières et cascades et monte progressivement jusqu’à 650 mètres d’altitude, ce qui ici est la limite de la végétation. Les sommets environnants sont encore partiellement couverts de neige mais il y fait une température agréable, grâce au soleil qui a fait son apparition. Nous marchons un peu le long du chemin de la randonnée pour nous dégourdir les jambes mais comme il est la fin de l’après-midi, nous ne la faisons que partiellement.

June 25.
After a pleasant week in Bergen we finally continue our road direction North. We traverse the long Søgnefjorden to go to Gaularfjelle where we plan a hike to explore a special high mountain area at around (only) 600m altitude right above the timber line.

The climbing road winds along a river with many waterfalls and view points.

103 Gaularfjellet

La végétation n’a que peu de temps pour se développer et malgré cela elle nous offre plantes et fleurs de toute beauté.

Despite our late arrival we do one hour of the hike, the warm evening sunshine is too inviting to be ignored.
The Climate is rough here and It is amazing how plants survive in the very short vegetation period. It is mid of June and there are still snow patches around and the summits are covered in snow.

A Draggon Fern?

Fleur 1
Fleur 2

Fleur 3

Tout au bord de la rivière, un bel endroit pour passer la nuit.

103b Gaularfjellet

We spend the night right here and wake up with rain and clouds down to the ground. Ok, no hike today and a good reminder that weather is not reliable in the mountains…

Notre lente montée vers le nord se poursuit ce matin sous la pluie. De Mjell où nous sommes, nous allons aller jusqu’à la petite ville de Florö qui est le point le plus occidental de la Norvège.

De Florø, nous allons remonter jusqu’à Nordfjordeid. Cette petite cité de 2500 âmes, située au bord du fjord du même nom, nous fait découvrir une rue centrale ravissante, bordée de maisons de bois peintes de blanc.

June 27/28
The rain stays with us for 2 days while we visit Norway most western town Florø which on a rainy Sunday is rather quiet and not so spectacular. So we continue to Nordfjordeid where we find a little cute shopping road that we visit during a short dry moment and then have lunch in a pretty coffee place.

103c Florö

Nous nous arrêtons dans un charmant café du nom de Didrik’s pour y passer un instant des plus agréables à l’abri d’une météo changeante.

103d Café Nordjorde

En fin d’après-midi, nous nous dirigeons vers Måløy, sur l’île de Vàgsøy que nous atteignons après avoir passé un majestueux pont sur le fjord.
Nous progressons encore un peu vers le Nord pour atteindre le point de départ de notre randonnée de demain et trouvons là un endroit tranquille, à l’orée d’une forêt pour y passer la nuit.

Mardi 28 juin
Pluvieux, il a fallu attendre 19h00 pour que le ciel soir dégagé et que le soleil nous réchauffe. Température 12°C / 17°C

Comme prévu et malgré un ciel changeant et des ondées intermittentes, nous décidons d’effectuer notre randonnée comme nous l’avions prévu. Jolie balade qui va nous amener vers le phare de l’extrémité nord/est de l’île….

Next plan is a hike to a little light house on the west coast the next day. We spend the day reading and finally decide to start the hike at 7pm and are accompanied by a mix of sun and rain, but still enjoy the great views.

105 Vàgsøy

…..En passant par un joli lac couvert de nénufars.
104 Vàgsøy

Nous reprenons la route et tout en longeant la côte, nous nous dirigeons vers l’île de Gurskøy que nous atteignons avec l’aide d’un ferry.

Mercredi 29 juin
Aujourd’hui, nous nous pressons un petit peu pour démarrer notre randonnée à 10h00.
Au départ de Moltudalen, nous planifions de monter au sommet du Sollia.
Tiens ! ça me rappelle quelque chose du côté du Creux-du-Vent dans notre joli Jura.
Mais il faut se rendre à l’évidence, ici ce n’est pas tout à fait le même décor.

June 29
We have started a sort of island hopping and are amazed by the network of tunnels and bridges the Norwegians have created here to connect so many of the small islands here.

Today we are on Gurskøy and to have a better view on the coast and the islands we hike up mount Sollia. We are lucky with the weather!

On commence par longer un joli lac….
106 Sollia

…..avant d’attaquer la montée.
107 Sollia

Ce qui est particulier sous ces latitudes est que le décor nous fait penser que l’on est au-dessus de 2000 m/mer alors que le sommet en question culmine à seulement 652 mètres.
Les points de vue que l’on découvre au fur et mesure de la montée, sont majestueux et le panorama circulaire depuis le sommet époustouflant.
108 Sollia

Mais c’est quoi ces bipèdes qui viennent piétiner mon territoire se demande ce Pluvier doré ?109 Sollia

La rando terminée, nous passons à travers plusieurs îles reliées par ouvrages d’art impressionnants pour terminer notre course sur l’île de Runde.

We continue with bridges and tunnels to get to Runde, a small island famous for its enormous colony of sea birds.

111 Runde

115 Runde

Suite à une piqûre d’insecte à un doigt de pied il y a un peu plus d’une semaine, Michel a développé une infection qui est en train de s’aggraver. Suite à un téléphone de Sylke avec sa maman médecin, nous décidons d’aller tout de suite trouver un médecin même s’il est déjà 8 heures du soir. Grâce à l’aide de la réceptionniste du camping, rendez-vous est pris avec un centre médical qui se trouve 2 îles plus loin. Après consultation, une prise d’antibiotiques est nécessaire.

Our plan to hike up to the cliff for bird watching is stopped by a day of continuous rain and an infected insect bite on Michel’s foot that after 1 week now has turned into something that looks like a blood infection. After a phone call with my mother who is a doctor we decide to go and find a doctor right now.

The camping reception helps us with the matter and we are impressed by the effective medical service here. Even though we are a bit in the middle of nowhere and it is 8pm there is a 24h medical emergency center two island away from here and 40min drive, several elegant bridges and one tunnel later, Michel has his dose of antibiotics.

109b Doigt de pied

Vendredi 1er juillet
Soleil et nuages se partagent le ciel.
Température 11°C / 20°C

Pour aujourd’hui, nous avons réservé une place sur l’Aquila, petit bateau tout en bois qui peut prendre une dizaine de passagers et qui fait le tour de l’île afin d’aller voir les diverses espèces de volatiles depuis le bas des falaises.

The next day, instead of walking (give the toe a break) we go for a tour around the island with a little wooden fishing boat.

121 Runde

Runde est connue pour ses centaines de milliers d’oiseaux nicheurs qui viennent assurer leur descendance à cet endroit. Environ 700’000 oiseaux, dont le plus représenté est le Macareux, nichent entre mai et juin chaque année. Les autres espèces que l’on peut voir ici sont : le Fou de Bassant, le Cormoran huppé, l’Aigle à queue blanche, le Skua, le Pétrel etc.

La mer est calme, ce qui fait que le bateau peut s’approcher très près des rochers, ce qui nous permet de les voir de très près.

Runde has ideal conditions for sea birds and in particular puffins: a steep cliff with a grassy top and huge shoals of little herring coming to the coast just at the right time. So roughly 700’000 birds nest here between April and August.

There are plenty of puffins, and other birds in the cliffs, on the water and in the air. Even 2 white tailed eagles that hope for a chick that falls off the nest and plenty of gannets that dive like rockets into the water. But most photos don’t turn out great with the moving boat and the light conditions. So we count on Iceland to show you some puffins.

118 Runde 117 Runde 116 Runde 119 Runde

120 Runde

Toujours en restant sur la côte ouest, nous arrivons à Ålesund.
Cité de 46’000 habitants cette ville est tout d’abord un important port de pêche et d’exportation de la morue.
Toutefois, ce qui en fait un véritable pôle d’attraction touristique sont ses maisons de style Art nouveau.

Un peu d’histoire!
Au mois de février 1904, un gigantesque incendie dont la cause reste inconnue, détruisait la quasi-totalité de la ville dont les maisons étaient pour la plupart construites en bois et mettait à la rue plus de 20’000 personnes.
L’empereur Guillaume II d’Allemagne, dont Ålesund était l’un de ses lieux de vacances privilégié, décida d’octroyer une aide massive pour la reconstruction de la ville.
Il envoya des milliers d’ouvriers, des architectes et tous les matériaux nécessaires à cet effet.
Comme on était en pleine époque Art nouveau, les architectes prirent l’initiative de reconstruire la ville dans ce style.
Toute la cité fut remise à neuf en un temps record de 3 ans et offre au visiteur d’aujourd’hui de belles façades datant de cette époque.

Next stop further north is Ålesund a lovely town known for its important number of well-maintained art nouveau (Jugendstil) houses. It is an important fishing harbor with 50’000 inhabitants and lays well protected in a beautiful fjord.

A bit of history: 1904 a fire almost completely destroyed the whole town mainly build from wooden houses in only a few hours. 20’000 people became homeless in the middle of winter but fortunately almost nobody was killed. Close by towns came for rescue, but in particular the German emperor Wilhelm ll, who apparently was a fan of Norway and liked to spend his summer holidays here sent massive help to rebuild the town (money, materials, crafts man and architects). This way the town was rebuilt in only 3 years and entirely in the style of this period, which had particularly develop in Germany: art nouveau.

We start our visit by climbing the 418 steps up to the Fjellstua 200m above the city center. And continue with a tour through the lovely town, the inside of some buildings and some coffee places. A very pleasant day!

Nous commençons la découverte de cet endroit par l’ascension de 418 marches d’escalier qui mènent à la colline de Fjellstua, dominant la ville de ses 189 mètres d’altitude.
127 Ålesund

Un magnifique point de vue qui nous permet d’embrasser d’un coup d’œil toutes les îles environnantes qui se découpent dans un ciel de nuages bleus comme dirait Sylke.

122 Ålesund 122

La visite se poursuit dans la ville.
124 Ålesund 126 Ålesund

Et une salle à manger typique de l’époque.
126a Alesund

Nous quittons maintenant cette jolie cité pour aller nous dégourdir les jambes dans la nature.

Trollkirka (l’église des Trolls) est le nom donné à une grotte que l’on atteint après 1h30 de marche dans un sentier très raide et caillouteux.

After civilization again back to nature with a visit of the Trollkirka (Church of the Trolls). A 1.5h steep and very rocky path brings us to a cave with a waterfall inside. We need torches and have to climb 70 m into the cave to get to it. I am a little claustrophobic and feel better once back out 😅

La première grotte, longue de 70 mètres relie par un passage une deuxième grande cavité dans laquelle une cascade se jette d’une hauteur de 14 mètres dans un bassin circulaire.

131 Trollkirka

La lumière du jour pénètre par le même orifice que la cascade et donne à cet endroit une image féérique.
132 Trollkirka

Le temps d’un pique-nique et nous voilà reparti.
Une demi heure plus tard, nous atteignond la fameuse route 64 ou route Atlantique, réputée l’une des plus dangereuse du monde lors des tempêtes d’hiver qui va nous amener à Kristiansund.

Cette réputation est due au fait que sur un tronçon de 8 kilomètres, la route passe par une succession de ponts, reliant tout un groupe de petites îles entre elles et lorsque les vagues frappent les piliers, de gros paquets de mer viennent frapper les véhicules qui ont la malchance de passer à ce moment-là.

Juste avant le premier pont du fameux tronçon, nous trouvons une petite place qui nous convient parfaitement pour passer la nuit.

From here we continue to the famous North Atlantic route which is said to be one of the world’s most dangerous roads.

Lundi 4 juillet
Afin de ne rien manquer de ce tronçon de la route Atlantique 64, nous le parcourons 2 fois.
En voici une vue d’ensemble.

133 Route 64

Et une vidéo pour laquelle nous remercions AnnMarie qui nous a donné le lien.

Have a look at this film! The waves go right over the bridge and hit the cars!
(thanks AnnMarie for the link we would have missed this place!).

Aujourd’hui, la météo est au beau fixe et aucun danger nous guette.
Le parcours est jalonné de points de vue, ce qui nous permet de prendre quelques photos de ce superbe endroit.

When we get to the road there is no wind and no waves. So to us many of the roads we drove in South America were much more dangerous than this one 😊

134 Route 64 136 Route 64

Arrivés à Kistiansund, nous effectuons un petit tour de ville.
Pratiquement détruite pendant la 2ème guerre mondiale, la cité a été reconstruite avec charme mais sans intérêt particulier.

July 4th
We arrive in Kristiansund the most northern point we will go to in Norway but only about 1/3 up the full country. There is still at least Trondheim, the Lofoten islands and of cause the Northern Cape (1840km north from here) we should see. But we have our ferry booked to Iceland for July 19 from Denmark…

Kristiansund was badly destroyed during WW ll but was rebuilt pleasantly around its well protected harbor.
A bit of history: Whole Norway has suffered during the war. 1940 Germany had occupied the country for its natural resources and access to northern Russia. Many cities were destroyed badly. The Germans significantly extended Norway’s road system using Russian, Swedish and Norwegian prisoners at terrible conditions and many died. The inner resistance created serious problems for the Germans but was not effective enough to make them leave. Reparation payments after the war helped to reconstruct the country and to create the strong social system following the Swedish example.

137 Kistiansund

Sur les abords d’un quai se trouve un chantier naval spécialisé dans la restauration des vieux gréements.

138 Kistiansund 139 Kistiansund

Nous quittons maintenant la région des fjords et partons à l’Est, direction Oppdal.

C’est un safari bœufs musqués que nous allons faire ici.
Nous avons rendez-vous à 10h00 à la gare d’Oppdal avec notre guide Jon .
Nous sommes finalement un petit groupe de 6 personnes, dont Raphael et Mélanie qui viennent de Zürich et un couple de Hollandais.

Les bœufs musqués étaient présents naturellement au début du 20ème siècle dans la région d’Oppdal mais ont disparus peu à peu.
Une première tentative de réintroduction avec des animaux venant du Groenland a été faite en 1940 mais a échoué.
En 1947, une deuxième tentative a rencontré cette fois le succès. Sur une vingtaine de bœufs, une dizaine a survécu dont un seul mâle.
Après une vingtaine d’années, le troupeau s’élevait à 400 têtes mais le réchauffement climatique est en train de le décimer petit à petit il reste actuellement 250 adultes et une cinquantaine de veaux.

Disséminés dans toute la surface du parc national Dovrefjell-Sunndalsfjella qui mesure 70km sur 70km, ils ne sont pas faciles à trouver.
Grâce à notre guide, après deux heures et demie de marche, nous tombons sur un groupe de 6 magnifiques bêtes à peine distantes d’une centaine de mètres. Tout le monde sort ses jumelles et appareils de photo et nous profitons même de faire notre pique-nique en les observant.

From Kristiansund we leave the west coast and begin our journey to the south via the eastern part of the country. We stop in Oppdal for a Musk Ox safari in the Dovrefjell-Sundalsfell national park. The park is 70x70km big and to make sure we see the animals it is recommended to take a guide.

Reintroduced from in 1947 (20 animals were shipped over from Greenland in) the current herd contains 250 adults and 50 calves. The herd is unique on the European continent and with the global warming its survival may not be certain. 😢
Together with a Swiss and a Dutch couple we follow our guide Jon and after 2,5 hours hike we find a group of 6 big animals! We slowly get closer and feel a little like hunters in the Stone Age. A bit later we even have our picnic at barely 100m away from them. They are awesome!! Our guide ensures us although they may look peaceful they will attack very quickly if they feel threatened.

140 Oppdal 142 Oppdal 143 Oppdal 144 Oppdal

Prochain but, Geiranger. Pour y arriver, nous commençons par traverser un plateau d’une vingtaine de kilomètres, bordés sur ses deux côtés de champs de fraises.
Impossible de ne pas s’arrêter pour en acquérir.

Geiranger, Norway’s most famous fjord is our next destination. To get there by chance we drive through a long valley with strawberry fields and we are just at the right season!!! Norwegian Strawberries are super tasty so we buy a lot and decide to transform some into jam at our next stop 😋 yummy!

148 Fraises

La route se poursuit dans un fond de vallée et nous butons sur une falaise dans laquelle a été constuite la route des « Trollstigen » (l’échelle des Trolls).
11 lacets très serrés qui permettent de gravir cette  falaise de 600 mètres de haut.

On the way there is also the famous « Trollstiegen » (troll ladder), a mountain road that winds up a pass in 11 steep bents.

146 Trollstigen

La construction de cette voie, commencée en 1928 et inaugurée en 1936, a été effectuée à la pelle et à la pioche. A cette époque, il était courant que les ouvriers qui participaient à ces chantiers doivent apporter leurs propres outils.

The road was built between 1928 and 1936 entirely by hand with pick and shovel. In addition in these times workers had to bring their own tools as well as horse and cart to transport the gravel and stones! We are super impressed with what human beings are able to do and considering the weather conditions of this area, wow!

147 Trollstigen

Après un arrêt au sommet pour y admirer la vue, nous redescendons en direction de Geiranger.
L’accès à la ville se fait en descendant la route de l’aigle
The access road down to Geiranger:

151 Geiranger

Après un petit tour au port, nous nous cherchons un endroit tranquille le long d’une petite route qui longe le fjord pour y passer la nuit et ne tardons pas à trouver notre bonheur.

Once in Geiranger we find ourselves a nice camping spot and start discovering the area AND take time to prepare the strawberry jam 😊

150 Geiranger

Sylke profite de ce moment paisible pour transformer les fraises achetées précédemment en confitures.

149 Fraises

Vendredi 8 juillet.
Pour notre randonnée du jour, nous prenons le bateau qui fait la visite du fjord….

The next morning we take the fjord tour boat that drops us off at the edge of a cliff from where it feels like we climb right up the wall. The path was not even visible from the boat and if you are a little afraid of height like me it is better to not look down.

153 Geiranger

…..et qui va faire un stop à Skagehola, face à la falaise, afin de nous débarquer.

154 Geiranger

De là, une montée très raide dans la falaise nous mène à Skageflå, ancienne ferme située 250 mètres au-dessus du fjord.
158 Geiranger

On reprend son souffle en admirant le panorama.

The weather is perfect and the views are breath taking! From all the hikes we have done this one is the most spectacular!

156 Geiranger

Installée sur un petit plateau, la ferme comptait jusqu’à 150 chèvres et quelques vaches et était la plus grande exploitation de Geiranger jusque dans les années 1938.

Half way up on a small plateau we stop at a little farm that was still used until 1938 with 150 goats and some cows. The description panel tells us that for safety children were attached to a rope when outside…

162 Geiranger

Un petit repos pour détendre les jambes fait le plus grand bien.
160 Geiranger

De là, nous continuons à monter jusqu’à une altitude de 550 mètres et découvrons de magnifiques panoramas sur le fjord et les montagnes environnantes.

159 Geiranger   155 Geiranger

Au départ de la rando, nous rencontrons Melanie et Raphael, un couple zurichois avec qui nous avions fait le safari bœuf musqués.

We finish the hike together with Melanie and Raphael the Swiss couple we had met during the musk ox safari.

161 Geiranger

Nous en profitons pour passer un moment ensemble et les invitons pour un café à notre arrivée à l’Azalaï.
La météo et le fjord sont tellement beaux que nous décidons de passer encore une nuit ici.

Samedi 9 juillet
Nous quittons Geiranger et partons en direction du Sud pour rejoindre un point de départ de rando proche de Lillehamer.
La route commence monter en lacets jusqu’à une altitude de 1050 m/mer dans un paysage de montagne.

The next day we continue our road direction south and cross the mountain range from west to east.
 164 Peer-gynt vegen

Suit un plateau avec des paysages magnifiques avant de redescendre dans la plaine ou l’on rencontre plein de cultures de pommes de terre.
Nous suivons ensuite la route Peer-gynt vegen entre Gålå et Skei. Là aussi, de magnifiques paysages de collines et lacs avec de jolies Hytte (cabanes) s’offrent à nos yeux. Nous atteignons notre destination en début de soirée après 292 kilomètres de route.

Dimanche 10 juillet
Nous partons en randonnée dès 09h00 pour profiter du soleil. D’abord on traverse une forêt de sapins qui évolue en bouleaux lorsque nous montons en altitude.

On our way down to Lillehammer we stop on a high plateau for one more hike.

166 Ormtjernkampen

Nous atteignons le sommet de l’Ormtjernkampen qui culmine à 1150 m/mer après une heure et demie de marche.

167 Ormtjernkampen

De là, un paysage qui pourrait s’apparenter à notre Jura s’offre à nous.

168 Ormtjernkampen

De retour à l’Azalaï, départ pour Lillehammer où le musée norvégien de la route nous attire. Nous apprenons là toute l’histoire de construction du réseau routier et de ses multiples ponts et tunnels. L’évolution des techniques de travail et des outils ainsi que des véhicules utilisés est présentée en grandeur nature.

In Lillehammer we visit the Norwegian road museum. Finally we learn all about the evolution of the construction of  Norway’s huge number of tunnels, bridges and mountain roads (900 road tunnels total length exceeding 750km, including the longest tunnel of the world with 25km). In particular the tunnel part catches our interest. Methods and their evolution are illustrated with a real 240m long tunnel! The Rock in Norway is apparently particularly hard and at the beginning when tunnels were done by pick and shovel the tunnel was progressed by 20 to 30cm per month, i.e.  only 2.4 to 3.6m per year! Work was scarce in those times and even though dangarous the job was at least paid ok. Today tools have evolved impressively and Norway is seen as the matter expert for machinery, process and landscaping.

165 Lillehammer

Il y a même un vrai tronçon de tunnel de 240 mètres qui permet de nous imaginer les difficiles conditions de travail des ouvriers de l’époque qui excavaient à la pelle et à la pioche à raison de 20 à 30 cm par mois dans une roche extrêmement dure.

Nous nous dirigeons maintenant au sud, car nous avons rendez-vous avec Helge et Ingeborg mardi prochain en fin d’après-midi près de Kristiansand afin de passer 4 jours ensemble à visiter le sud de la Norvège avant  notre départ pour l‘Islande.

July 12
We arrive at the south coast where the temperature is several degrees higher than in the western fjords (18-20C rather than 12-14C). The landscape is flatter and more gentle. There are 1000s of little islands and the coast is full of charming little villages, beaches and bays.

En rejoignant la côte au sud d’Oslo, nous faisons un petit crochet vers la petite ville de Kragerø.

La ville fête son 350ème anniversaire.
A 11 heures le matin, l’animation bat son plein  et les musiciens sont déjà à l’œuvre sur scène et dans les rues.
Petite bourgade charmante avec ses maisons de bois colorées….

Before we meet Ingeborg and Helge again to spend 4 days together we visit Kragerø and Risør two typical little towns of the south coast.
 170 Kragerø 171 Kragerø

….et son joli port

174 Kragerø

Départ ensuite pour la ville voisine de Risør qui avec son port abrité par plusieurs îles était très actif dans le commerce du bois.
Là, toutes les maisons sont colorées en blanc.

172 Kragerø 173 Kragerø

Mercredi 13 juillet
Nous avons retrouvé Helge et Ingebørg avec qui  nous allons à Kristiansand pour une rapide visite de la ville après quoi nous embarquons sur un petit ferry passager, le OYA, qui va nous emmener en 3 heures, à travers fjord et îles jusqu’à Lillesand.

The next day we visit Kristiansand, Ingeborgs home town and then get on the 3h ferry to Lillesand.

175 Lillesand

C’est l’occasion de découvrir de magnifiques propriétés, le plus souvent accessibles que par voie maritime.
The ferry navigates around uncountable small islands with wonderful more or less upgraded former boat sheds. Each of which is painted and lovingly decorated and immediately sparks every bodies imagination to spend the next summer holidays right here (just like « Ferien auf Saltkrokan » or  « Seacrow island » for those that have read Astride Lindgren). It is very hip to own one of these « sheds » and although many of them require a boat to get to prices are very high. So we abandon the idea to swop the Azalai with one of them 😉

176 Lillesand 177 Lillesand 177b Lillesand

L’arrivée à Lillesand paraît nous préparer un accueil arrosé.

A thunderstorm welcomes us at Lillesand but we just make it to a restaurant before the rain starts and enjoy a tasty fish soup while we listen to the rain drops falling on the sun roof.

178 Lillesand 179 Lillesand

La pluie va effectivement s’abattre sur nous, juste le temps de savourer une succulente soupe de poisson qui calmera nos estomacs affamés, après quoi le retour vers Kristiansand s’effectue par bus.

Après un petit déjeuner en plein air au bord de la crique, nous partons visiter la petite ville de Mandal.

We spend the night at a lovely little bay and after breakfast with a view we visit Mandal west of Kristiansand.

180 Mandal

Helge et Ingebørg nous emmènent chez Åshild et Leiv, sœur et beau-frère
de celle-ci pour nous initier à la spécialité locale, c’est-à-dire le crabe.

On commence par la pêche qui comme pour les langoustines se fait au moyen de casiers.
Sylke à l’écoute de Leiv qui donne toutes les explications qui définissent le beau crabe.

In the evening we are invited by Åshild and Leiv, Ingebjørgs sister and her husband for fresh crab and shrimps. We also receive and explanation on how to catch the crabs at the little harbor that is just a few meters from their lovely house.
 201 Crabes

De là, nous nous rendons à leur domicile où Åshild va opérer la cuisson de ceux-ci.
C’est maintenant le moment de passer à table mais avant de pouvoir le déguster, il faut encore les ouvrir.
Sylke prête à nouveau une oreille attentive…..

The dinner is a real experience! So far we never knew how to get to the tasty crab meat and it takes a bit of practice and detailed explanation for the first bites.
The result is delicious!!

202 Crabes

….avant de passer à l’exercice pratique.
Non sans efforts !

203 Crabes

Une journée très agréable, partagée avec des personnes charmantes qui nous ont transmis un peu de leur manière de vivre et qui se termine sous un soleil radieux.
Encore un grand merci à eux pour leur chaleureux accueil.

What a wonderful evening! Thank you so much Åshild, Leiv, Ingebjørg and Helge for sharing a little bit of your habits with us!

Vendredi 15 juillet
Ce matin, balade découverte des 5 plages autour du camping de Mandal, guidée par Helge et Ingebørg.

The next morning we walk along the 5 lovely beaches next to Mandal campsite and late afternoon we do a tour around the island where Åshild and Leiv live. The late afternoon light creates wonderful colors.

182 Mandal 190 Mandal

S’ensuit le tour de l’île voisine dans un éclairage de soleil couchant.

189a Mandal  193 Mandal 196 Mandal199 Mandal

En arrivant au bout de l’île, le paysage change et il semble que nous ayons notre jour de chance, car ici, le vent souffle en force plus de 300 jours par année.

184 Mandal

Au fil de la balade……

200 Mandal

Nos yeux découvrent cette côte parsemée de petits îlots qui font la joie des plaisanciers.

185 Mandal 191 Mandal 197 Mandal 188 Mandal

Une bonne surprise nous attend à notre retour sous la forme de pancakes préparés par Ingebørg que nous dégustons avec grand plaisir tout en nous laissant réchauffer par les derniers rayons de soleil.
Un concert ayant lieu ce soir au restaurant du camping, nous nous y rendons pour un peu de musique pop/country de bonne qualité.

Upon our return to the campsite Ingebjørg welcomes us with warm pancakes 😋😍 what a treat! And a pop/country concert with local singers concludes a great day!

Samedi 16 juillet
Au programme du jour, visite du Cap Sud de Norvège avec son phare inauguré en 1915 et dont la lentille de Fresnel date de 1884.
Situé 50 mètres au-dessus du niveau de la mer, il est visible à 37 kilomètres par temps clair.
« Lindesnes » est le nom donnée à cet endroit, ce qui signifie en vieux norvégiens «  Là où la terre plonge dans la mer »

For our last day together Helge and Ingebjørg take us to the most southern light house.
The location called Lindesnes (old Norwegian for « where the land meets the sea ») is used already since many centuries for light houses and warning fires before this as it is an important orientation point for entering the Baltic Sea. The current light house was built in 1915 but the lenses was recovered from the old building and is from 1884. The light is 50m above sea level and is visible from 37km at clear weather.

Décoiffant!

205 Cap Sud 206b Cap Sud

Pour cet avant-dernier jour en Norvège, nous montons encore sur le point de vue dominant la cité de Mandal.

We complete our visit of the south cost with a last tour through Mandal and say goodbye and a huge thank you to Ingebjørg and Helge for all their time and effort and hope to see them in CH one day!

195 Mandal 194 Mandal

Il est temps de faire nos adieux à nos amis norvégiens Helge et Ingebørg qui nous ont guidés ces derniers jours dans cette partie de Norvège et nous reprenons la direction de Kristiansand car demain c’est retour au Danemark par le ferry de 16h30.

Une dernière « Softis » dont nous faisons une consommation quotidienne depuis que nous les avons découvertes il y a seulement 5 jours.

Before we take the ferry back to Hirtshals, Denmark we enjoy one last Norwegian VERY tasty Softis with topping. Unfortunately (or fortunately for our waistline) we discovered it’s great taste only 5 days ago so we had to have one every day 😊

204 Softis

Lundi 18 juillet
16°C / 21°C
De retour à Hirtzhals, c’est Journée préparation de l’Azalaï en vue de l’Islande.
Lessive, plein de carburant, plein d’eau, courses etc.

July 18
Transfer day in Denmark with full cleaning of the Azalai, laundry, top up water, fuel and food.

Mardi 19 juillet
Dès 10h30 nous sommes alignés pour l’embarquement.

July 19
10:30am we are ready for boarding to Iceland!

207 Départ Islande

Le ferry M/S Norröna d’une capacité de 1482 passagers et 800 véhicules qui va nous emmener en Islande en 2 1/2 jours.
208 Départ Islande

Vous savez tout ou presque maintenant sur notre voyage de 6 semaines en Norvège.
Ce pays nous a vraiment plu et il reste encore bien des endroits que nous aurions aimé visiter.
Une prochaine fois peut-être !?

Nous vous donnons rendez-vous dans quelques semaines pour la première partie de notre découverte de cette île à l’orée du cercle polaire.

In short: Norway is a spectacular country with great nature and lovely people. We absolutely loved it and our 6 weeks were definitely not enough.
Our personal highlights: the Ferry at the south coast between Kristiansand and Lillesand, The Musk Ox safary, our Geiranger fjord hike, the Crab dinner with Ingebj
ørgs family, the bike ride at Flåm and the bay crab lunch at Naerøyfjord with Helge and finally Bergen. 

Amitiés à tous de Milke.

 

NORVEGE partie 1

LA NORVEGE – NORWAY

1 Milke introduction

Bienvenue pour la lecture du deuxième épisode de notre découverte de la Scandinavie.

 Cette fois-ci, nous allons vous conter la première partie de notre voyage en Norvège.

Welcome to our second Scandinavia newsletter:

Norway 1 – from Oslo to Bergen

00 Norvège

La Norvège, grande comme près de 10 fois la Suisse est seulement peuplée d’un peu plus de 5 millions d’habitants et, après l’Islande, représente le pays le moins densément peuplé d’Europe.

Ses voisins directs sont la Suède, la Finlande et la Russie.

Après la deuxième guerre mondiale, la Norvège a connu une expansion économique très rapide, et compte aujourd’hui parmi les pays les plus riches du monde, avec une politique sociale très développée.

Avec ses nombreux lacs et rivières, la quasi-totalité de l’énergie consommée est de source hydroélectrique.

Ce qui frappe en arrivant dans ce pays, est le nombre impressionnant de tunnels routiers et de ponts.
Cela se comprend dans la mesure où toute la côte ouest n’est qu’une succession de fjords qu’il faut franchir soit par l’un des moyens susmentionnés, ou par ferry.
Le plus long tunnel du monde est actuellement norvégien, en attendant celui qui va être percé au Gotthard.

Norway, officially « Kingdom of Norway« , is a constitutional monarchy and the royal family is publicly highly respected. It is about 10 times the size of Switzerland but has only 5 million inhabitants. After Iceland it is the least dense populated country in Europe. Norway has 2500km coastline and has about 50’000 islands. The whole country is basically one mountain range called the Scandes and the only more or less flat area lays in the south east around Oslo. With the highest peak at 2469m (Galdhøpiggen), the mountains are (luckily) not very high and permafrost becomes already common at 1500m in southern Norway and below 900m in the north. Bridges, tunnels and ferry lines are countless.
For the last 7 years Norway has topped the global Prosperity Index list, with it’s wealth coming mainly from petroleum, gas, lumber and seafood. Social security is highly developed.

Norway lays on the same latitude as Alaska, Greenland and Siberia, but has a relatively mild climate due to the Gulf Stream and warm air currents.

With Norway’s high number of lakes and rivers, almost 100% of its electricity comes from hydro power.

1 Usine hydroélectrique

Jeudi 2 juin 2016
Dès 08h00, nous embarquons sur le ferry de Fjordline qui va nous amener de Hirtshals au Danemark à Langesund en Norvège.

June 2nd
We take the morning ferry from Denmark Hirtshals to Langesund Norway from where we will drive straight to Oslo. It is super sunny and the weather forecast is 27°C!

2 Arrivée (2) 2 Arrivée

Durant le trajet, d’une durée de 4h30, nous faisons la connaissance de Helge et Ingebjörg, un couple de Norvégiens qui rentrent d’Angleterre avec leur camping-car.

Ils nous proposent spontanément de les accompagner chez eux, près de Drammen afin de nous aider à planifier notre séjour dans leur pays.

Arrivés à leur domicile, après le café de bienvenue, nous sommes invités à une balade découverte de leur région.

One the ferry we meet Ingebjørg and Helge who are on their way back from the UK. They live in a suburb from Oslo and recommend the local campground from where we can take the train to Oslo center. Long story short we check into the recommended camping and are spoiled by them during 3 following days: well come coffee, tips what to visit, and how best to travel in Norway, a guided bicycles tour through Oslo, an orchid discovery hike, traditional dinner, cream wafers, etc. unbelievable! J

8 Balade Helge

En chemin, nous tombons sur quelques magnifiques sabots de Vénus.

Our orchid hike.

Photo de Helge
7 Balade Helge 6 Balade Helge

Ils nous mèneront aussi voir un petit lac niché au creux de la forêt.
9 Balade Helge

Samedi 4 juin
Nous avons rendez-vous avec Helge à 09h30 pour une visite d’Oslo en vélo.
Départ en train de la gare de domicile de Helge, Miöndalen jusqu’à la gare centrale d’Oslo.

Our bike trip through Oslo.

10 Oslo
Photo de Helge
12 Oslo

Changement de train en gare d’Oslo pour nous rendre à la station de Kjelsàs, endroit où l’Akerselva, rivière qui coupe en deux la ville, sort du lac Maridalsvannet.

Tout au long de celle-ci, des places de détente sont aménagées pour le bien-être des habitants de la ville.

We ride along the Akerselva river through Oslo and right into town Centre. It is Saturday, and a lot of people use the river sides for leisure.

15 Oslo

18 Oslo

13 Oslo

Dans le quartier des vieilles usines désaffectées, les architectes se sont fait plaisir à marier celles-ci avec du moderne.

We see a lot of very successful mix of old and new architecture.

15a Oslo

C’est aujourd’hui la fête de la musique et nous en profitons pour faire une petite pause.

We are lucky, there is a music festival in the whole town!

16 Oslo

Lundi 6 juin
En route pour les montagnes, nous faisons un arrêt à Heddal.
C’est là que se trouve une église, construite en bois debout, datant du 13ème siècle,
Selon la légende, ce serait l’œuvre d’un troll nommé Finn et qui l’aurait construite en une seule nuit.

June 6th
We leave the area of Oslo direction west into the mountains.

First stop in Heddal to visit a beautiful wooden church from the 13th century. The legend says that it was built in one night by a troll called Finn ( 😉 for Julia).
Unfortunately we are late and can not enter the church. But we are planning to visit a similar one later this month.

20 Heddal (2) 21 Heddal 20a Eddal

Nous nous trouvons maintenant dans la région montagneuse de Telemark.
Nous montons à Stavsro, point de départ de notre prochaine randonnée qui mène au sommet du Gaustatoppen à 1881 mètres.

Mardi 7 juin
10h15, départ pour monter au Gaustatoppen. Cette montagne, la plus haute de cette région, ressemble à un volcan mais en fait, c’est un énorme bloc granitique dont le noyau est formé de quartz. La couche supérieure a été concassée par les mouvements des glaciers et offre au randonneur qui veut la gravir un chemin difficile dans un pierrier de 6 km pour 720 mètres  de dénivelé.

We continue through an area called Telemark (sounds like a good prove that skiing was invented in NO J) and up to Stavsro, from where we hike up the Gaustatoppen (1881m). The mountain is famous for the enormous view it offers in good conditions.

The path is very rocky and the 700m climb is a good exercise for our muscles and joints L

23 Gaustatoppen

Allez! On y est presque.26 Gaustatoppen

La vue du sommet offre une vue qui permet par temps clair, de voir toute la partie sud de la Norvège.

We are medium lucky with the weather. It is relatively warm but we have a fair bit of clouds. Nevertheless the view is fantastic!
It is interesting to see that the timberline here is below 1000m! (1800 to 2500 in CH).

24 Gaustatoppen 27 Gaustatoppen  30a Gaustatoppen

Mercredi 8 juin
En route en direction de la côte et ses fjords, un ravissant petit lac de montagne, le lac Sönstevatn nous invite par sa beauté à y passer l’après-midi et aussi la nuit à venir.

June 8th
Still in the mountains on our way to the west coast and the fjords we come across the beautiful and peaceful lake Sønstevatn and decide to spend a day here.

33 Sönstevatn 32 Sönstevatn

Vendredi 10 juin
Ce matin, nous quittons la région montagneuse de Hardangervidda avec son plateau situé à une altitude de 1100 m/mer, encore enneigé et ses lacs partiellement gelés.
Il faut savoir que le permafrost dans cette région est inférieur à 1500 mètres d’altitude.

From here we cross the Hardangervidda plateau. At 1100m altitude a micro climate creates here a particular cold area that is in June still fully snow covered and the lakes are still frozen. In winter this area is used to test extreme winter sport clothing and equipment.
Our photo stop is shortened by an icy wind.

36a Hardangervidda  36b Hardangervidda

Après ce paysage hivernal, nous arrivons après quelques kilomètres, sur le site de Vöringfossen.

Là, un beau spectacle nous attend sous la forme de deux cascades qui tombent au fond d’une gorge, l’une d’une hauteur de 180 mètres et l’autre de 300 mètres.

Our next stop is at Vøringfossen with 2 enormous waterfalls (180m and 300m).

41 Vöringfossen 40 Vöringfossen

Nous passons la nuit au bord de la rivière et après une nouvelle visite matinale aux chutes, nous poursuivons notre descente vers le fjord Hadanger.

Le projet du jour est de remonter la rivière Kinso .
C’est en effectuant ce parcours que l’on se rend compte de la richesse en or bleu que compte la Norvège car cette montée d’un peu plus de 500 mètres de dénivelé offre à notre vue une succession de cascades plus belles les unes que les autres.

We descent along the waterfalls to our first fjord. We slowly drive along the Hadanger fjord and enjoy the stunning views. Waterfalls that cascade down the mountains. Colourful houses that cling to the rocks along the waterfront. Apple trees that grow on steep slopes. Still, dark blue water.
We select a campsite at the little charming ferry harbour Kinsarvik from where our next hike starts along the river Kinso.

44 Kinso 45 Kinso 43 Kinso

Dimanche 12 juin
Nous disons au-revoir au camping de Kinsarvik où nous avons passé ces deux dernières nuits pour longer le fjord Hadanger en direction du sud, jusqu’à Tyssedal.

Là, nous visitons la plus vieille centrale hydroélectrique du pays, construite entre 1906 et 1918 pour assurer l’approvisionnement en électricité d’une mine de carbure de calcium, utilisé à l’époque dans les lampes à acétylène.

Elle a été en usage jusque dans les années 1960 avant d’être transformée en musée.

June 12
We continue along the Hadanger fjord to Tyssedal to visit the oldest hydro electric power station of Norway. It was built in 1906 and extended in 1918 to provide electricity for a carbide mine. Carbide was commonly used for lamps as it provides a significantly more intense light than gas. The power station was used until the 60s and is now a really well presented museum.

50 Tyssedal 51 Tyssedal

Après cette visite des plus intéressantes, nous remontons en direction du Nord, car nous avons rendez-vous avec notre ami Helge près de Voss pour passer deux jours ensemble.
Nous nous installons au camping d’Undredal, tout au bord du Aurlandsfjorden.

From here we continue further north to Voss where we meet Helge again for two days of hiking and biking in the beautiful area of the Auerlandsfjorden.

54 Underdal

Lundi 13 juin
Petit déjeuner sur une petite place équipée de tables et de bancs tout au bord du fjord. Lumière magnifique et atmosphère magique.

June 13
Breakfast right at the boarder of the fjord with beautiful weather and view (apparently it is raining in CH right now L)

53 Underdal

A 09h30 nous quittons le camping et suivons Helge jusqu’à Flam pour l’activité du jour.
Nous prenons un train qui va nous mener à Myrdal en 55 minutes pour 950 mètres de dénivelé.

Our train from Flam at the fjord to Myrdal a steep old train track 950m up the mountains.

55 Flam

A la station d’arrivée, nous louons des VTT……

We fetch our mountain bikes…

56 Flam

……. et entamons la descente de 21 km.
D’abord sur un chemin très raide et caillouteux, puis sur un chemin de terre plus agréable.

And of we go for the 21km steep and quite rough descent with splendid views.

58 Flam

Nous effectuons de nombreux arrêts pour admirer un paysage grandiose, agrémenté de nombreuses cascades se jetant du haut de falaises abruptes jusqu’au fond de la vallée, pour finir en un torrent tumultueux.

63 Flam 59 Flam 62 Flam

Une petite pause pique-nique s’impose pour s’imprégner de cette atmosphère paisible.

Lunch break included.

61 Flam

Mardi 14 juin
A 09h30 nous nous mettons en route et nous dirigeons vers le point de départ de la randonnée du jour.

Nous allons longer une partie du Noeröyfjorden, restée sauvage car seulement accessible en bateau.

Plutôt que de prendre le ferry comme indiqué dans les guides, Helge nous a organisé la traversée grâce à un pêcheur qui offre le même service pour le tiers du prix.

June 14
Today we will walk along the Nœrøyfjorden. There is no road and we have to access the path via the ferry. Or better, with a little fisher boat that Helge organizes for us.

65 Noeröyfjorden

66 Noeröyfjorden

Arrivés de sur l’autre rive, nous longeons un sentier qui servait autrefois au facteur qui allait livrer le courrier 5 km plus loin, dans un lieu appelé Styvi.

The path is the old kings postal road. It is very peaceful here with superbly views!

72 Noeröyfjorden

Le parcours nous offre des points de vue magnifiques sur le fjord.

69 Noeröyfjorden 70 Noeröyfjorden 73 Noeröyfjorden

A la fin de notre marche, le pêcheur vient nous rechercher afin de nous ramener vers nos véhicules.
Dans la discussion qui s’installe à bord durant la courte traversée, il nous fait savoir qu’il pêche aussi la langoustine et qu’il pourrait lever les casiers maintenant et nous les apprêter dans la foulée.

Trop contents de cette opportunité, nous acceptons immédiatement et c’est parti pour la relève des casiers.

For the return, we have an appointment with the fisherman and during the ride he mentions that he also fishes bay prawns and in case we are interested we could go and get what he has it his traps and his wife would prepare them for us. YES!! We said J J

77 Noeröyfjorden
76 Noeröyfjorden

La pêche est fructueuse et c’est avec près de 2kg de langoustines que nous rejoignons la rive.

A peine débarqués que les voilà déjà mises dans une marmite d’eau que la femme du pêcheur avait mise à bouillir à cette occasion et 15 minutes plus tard nous étions tous à table pour les déguster accompagnées de pain, beurre ou mayonnaise.

We end up with roughly 2kg of bay prawns and have a feast!

77a Noeröyfjorden

Comme le pêcheur est aussi fermier et possède 150 chèvres laitières, nous avons droit à une dégustation de lait frais et de fromage de ses biquettes.

Après le repas, comme il est l’heure de la traite, il nous invite à y participer et il nous propose même de lui donner un coup de main pour la pose des tire-lait.

As his main job the fisherman actually takes care of 150 goats and while we eat we hear all the work this represents. As the cherry of the cake we are allowed to watch the milking and taste fresh goats milk 😃

Definitely two great days. Thank you again Helge!

78a Bergerie 78 Noeröyfjorden

Une journée exceptionnelle à marquer d’une pierre blanche.

En fin d’après-midi, nous suivons Helge jusqu’à Laerdal et c’est là que nos chemins vont se séparer.
Il reprend le chemin de la maison et quand à nous, nous nous rendons au centre d’information du saumon pour en apprendre plus sur ce poisson.
Malheureusement, le centre est fermé. Nous reviendrons donc demain.
Nous longeons la rivière et trouvons une place sympa pour y passer la nuit, tout au début d’une route historique.

Mercredi 15 juin 2016
Comme prévu, nous commençons la journée par la visite du centre d’information des saumons et apprenons tout sur le cycle de vie de cet animal mais aussi pourquoi dans certaines rivières on en trouve de plus gros que dans d’autres.
Il est aussi intéressant d’apprendre que sur 1000 œufs éclos, seulement 2 arriveront à revenir sur le lieu de ponte pour assurer la survie de l’espèce.
Les 998 autres seront soit victimes de cannibalisme, de la pêche industrielle en mer, de parasites transmis par les saumons échappés de fermes d’élevage, des pêcheurs en rivière etc…

Tout ceci explique qu’il soit très difficile de trouver du saumon sauvage en Norvège.

We spend the night along a historical road close to Leardal where we visit a very interesting information center about salmon and know now all about its growing cycle, why some rivers produce bigger salmons than others and the numerous threads for the species natural survival like intensive fishing in the northern sea, an accidentally introduced parasite and fish farming in the fjords. We now understand why it is practically impossible to buy wild salmon in Norway. The best you can get is salmon from ecology fish farms and this is VERY tasty!

Nous poursuivons notre journée en reprenant le cours de la route historique et nous rendons à Borgund où se trouve une autre église construite en bois debout.
Parmi les 1000 églises de ce type érigées entre 1130 et 1350, il n’en reste que 28 en Norvège dont celle de Borgund est la seule qui ait conservé son état d’origine.

Afin que le bois utilisé pour sa construction résiste aux intempéries durant plusieurs siècles, les Pins étaient dégarnis de leur écorce et ainsi séchés sur pied pendant une dizaine d’années afin que la résine migre vers l’extérieur. Ils étaient ensuite abattus et débités afin de fabriquer les 2000 pièces nécessaires à la construction de ce type d’église.

Along the historical road at Borgund we also visit another beautiful wooden church with a great museum where we finally learn all about this type of churches:
The so called Stave Church is a medieval wooden Christian church building once common in north-western Europe. The name derives from the wooden framing used for its construction. To make the wood particular long lasting the bark was taken off specially selected pine trees 10 years before actually cutting them down.
Around 1000 were originally built between 1130 and 1350 (then the Black Death stopped everything) but only 28 of its kind still stand in Norway of which the small Borgund church is the only one in its original state.
This time we are able to enter and admire the 100% wooden building with its beautiful carvings and the intense pleasant wood smell.

79 Borgund 80 Borgund 81 Borgund 82 Borgund

En fin d’après-midi, nous reprenons la route en direction de Bergen, ce qui nous fait traverser toute une série de tunnels, dont un de 12 kilomètres et le plus long du monde actuellement de 25 kilomètres.

From here we take the road direction Bergen. One of the tunnels we gave to take is the currently world longest with 25km. To keep the drivers awake (we suppose) several parts of the tunnel are illuminated in bright colour and in one of the others we even drive through an underground roundabout!

64 Tunnel

Jeudi 16 juin
Nous sommes au « Lone Camping » à Hardangerveien, près de Bergen.
Nous allons passer là plusieurs jours afin de visiter cette ville.

Bergen est la deuxième ville du pays avec 272 520 habitants. C’est également une ville portuaire, une ville universitaire, et un évêché.

Nous commençons la visite par parcourir les rues du centre ville à pied afin de nous familiariser avec les lieux.

June 16
Bergen is the countries second biggest city with 270’000 inhabitants and important harbour and a big university.
In the past Bergen grew and earned its wealth mainly due to the trading of dried codfish that came from the north. The dried fish and the cod liver oil (for lamps) were highly demanded in 1300-1700. Today fishing, petroleum and tourism are the main sources for income.
There is a lot to see in Bergen so we decide to stay several days an thanks to TripAdvisor we find the super nice campground « Lone » a few km outside the town.

We start with a stroll through the city center at the old residential quarter with its lovely white washed wooden houses.  

83 Bergen 84 Bergen

98 Bergen

Samedi 18 juin
Nous prenons le bus de 08h30 pour nous rendre à Bergen et de là, prendre le funiculaire Flöibanen qui va nous monter au début de la randonnée du jour qui nous conduira sur un parcours de 14 km, tracé entre trois des 7 montagnes entourant Bergen.

De la station supérieure s’étend un panorama grandiose sur la ville et les fjords.
Dommage que ce soit couvert.

June 18
Bergen is surrounded by 7 mountains and we take a 14km hike that half circles the town including some of them. From the town center we start with the funicular Fløibanen that brings us to the first spectacular view point. Today no sun for us 😕

86 Bergen

Tout au long du trajet, des paysages très variés s’offrent à nous.
Super jolie randonnée !

Very quickly the hike brings us away from the city but provide constant great panoramic views over the fjords and Bergen.

87 Bergen 88 Bergen 89 Bergen

De retour au camping, le soleil a refait son apparition et notre petit lac nous offre un très joli spectacle.

We finish the day with sun at the lake of the campground.

90 Bergen

Dimanche 19 juin
La journée commence par un bain, histoire de bien se réveiller.

And start the next one with a swim in the rather cold lake (18C).

Allez les canards ! Venez me rejoindre.91 Bergen

Voilà qui est mieux !92 Bergen

Aujourd’hui est la seconde journée que l’on consacre à la visite de Bergen.

Nous nous inscrivons pour une visite guidée de la partie de la ville nommée Bryggen, qui est le seul lieu au monde à posséder encore des bâtiments en bois originaux de la période hanséatique.

On our second day at Bergen we visit the famous Bryggen quarter.
Bryggen is the only location globally where original wooden building from the Hanseatic League still exist.

97 Bergen

Ruelle entre les maisons
The old wooden constrictions are well visible between the houses.

95 Bergen

La ligue hanséatique présente à Bergen était une communauté allemande dédiée au commerce entre les années 1343 et 1650.
C’était principalement le cabillaud, à raison de 3000 tonnes par années qui était séché dans ce quartier, devenant ainsi morue et était ensuite exporté.
De grandes quantités d’huile de foie de morue étaient aussi produites et utilisées comme combustible dans les lampes à huile.

The Hanseatic League was a German trading organization that dominated trade in the Northern and Baltic Seas between 1150 and 1650. Bryggen was in modern terms an expatriate quarter where dried codfish, cod liver oil and fur was traded. The language in this quarter was German and « interactions » with the locals were not allowed. The buildings and the museum illustrate well the hard living conditions of that time.

96 Bergen

Notre guide en pleine explication.

Our « holy » tour guide in action 🙂

93 Bergen

La cuisine commune de l’époque.

The community kitchen. Any fire or candle was forbidden outside the community building to minimize risk of fire. Imagine how cold and dark it must have been during winter in offices and houses!

94 Bergen

Après cette visite très instructive, c’est retour au camping pour se laisser dorer par un soleil radieux et c’est dans une lumière féérique que nous prenons notre repas du soir à 22h00, presque les pieds dans l’eau.

And again back to our sunny camp site for a late dinner in the sun at 10pm.

99 Bergen

23 juin 2016
Après 7 jours passés dans cet agréable endroit, nous passons une ultime soirée à Bergen afin d’assister à la fête de la mi- été qui est celle de la St. Jean.

La fête consiste principalement en un grand feu.
Pour cela, deux pyramides de tonneaux de pin sont mises en place.
Une petite pour le feu des enfants et une grande pour tout le monde.
Celle des enfants sera allumée une heure avant la principale qui culmine à plus de 20 mètres de hauteur et nécessite plus de 500 barils.
Le feu est mis au tonneau supérieur et descend progressivement jusqu’au pied, sous l’œil et le contrôle vigilent des pompiers.

Un nombreux public vient y assister, confortablement installé sur les pelouses environnantes.

Midsummer is an important day in Norway, where the « mid-summer » (summer solstice) and St Johns birthday are celebrated with a bonfire on the 23rd of June.
A great finish for our visit to Bergen!

100 Bergen 101 Bergen 102 Bergen

Our Norway Insights:
Spectacular country. Everybody wants to have a cabin in the wilderness (up in the mountains or at a fjord). The mountains are full of little cabins that are beautifully maintained but only used a few days during the year. Lakes are there for swimming no matter what the temperature. Road conditions are excellent independent from how far you are away from civilization. Size and number of tunnels, bridges and ferries are impressive. The country is super clean. Camping and outdoor sport are very popular.

Vous êtes arrivés au terme de la lecture de cet épisode qui nous espérons vous a plu et nous vous donnons rendez-vous autour du 20 juillet pour le suivant.

Passez toutes et tous un bel été d’ici là.
Amitiés de Milke

 

 

 

 

 

VOYAGE EN SCANDINAVIE – Danemark côte ouest

  29 avril 2016
Nous quittons Montagny pour la Scandinavie

April 29 2016,

Finally everything is ready for our departure (at least technically, mentally I am not so sure ). The Azalaî went through last technical checks and is fully packed (including some boxes of cereals ☺ ). Last details with insurances, bank etc. are worked out, house and garden are handed over.

Our trip to Scandinavia starts with a week in Bavaria visiting family and friends. First stop at Garmisch- Partenkirchen where we visit Irmi and spend 2 lovely days with a lot of great food, talking and site seeing.

A Carte Danemark

Notre première étape nous conduit chez Irmi, amie d’enfance de Sylke, à Garmisch-Partenkirchen.
Nous profitons de ce séjour pour visiter les points clés de cette région de Bavière.

Nous commençons par l’Abbaye d’Ettal et sa Basilique construite en 1370 par
le Roi Louis IV de Bavière et réputée pour être la plus belle église Rococo d’Allemagne.

We first visit the Abbey Ettal. Constructed in 1370 by the emperor Ludwig the Bavarian. Its church has the reputation to be the most beautiful rococo church in Germany.

1 Ettal Basilique 2 Ettal Basilique 2

Un peu plus loin, le château de Linderhof construit par le roi Louis II de Bavière en 1870 était sa villa préférée.
On se contenterais de moins!

A little further lays the small but beautiful castle Linderhof in a huge park. It was built in 1870 and is (we find) over richly decorated inside. Its creator the Bavarian King Ludwig II was a fan of the French absolutism and wanted to copy Versailles style. Tucked away in the Germany pre-alps it became his favourite residence where he also constructed the first man built cave to create an authentic space for Richard Wagner’s operas.

3 Linderhof

Sur le chemin du retour à Garmisch, un petit crochet à Mittenwald, très belles maisons peintes bordant la rue principale.
Mittenwald est célèbre dans le monde entier comme un centre important de la lutherie du violon.

On the way back to Garmisch we stop at Mittenwald, a beautiful typical village for this area.

4 Mittenwald

4a Mittenwald

De Gamisch nous nous rendons ensuite à Nüremberg où nous passons 1 semaine à visiter la famille de Sylke et quelques amis.

The next day we drive to Nürnberg where we spend a fantastic week with Family and friends. We were so busy with it that we forgot to take any pictures

Le lundi 9 mai, nous partons de Nuremberg et remontons jusqu’à Kulmbach pour visiter la brasserie du même nom avec Simon, directeur technique et ami d’études de Sylke comme guide.

Our next destination is Kulmbach where we visit Simon and Andrea, friends from university. Simon is Technical director of the big local brewery “Kulmbacher” and he gives us a personalised tour of the impressive and highly automated site.  

4a Kulmbach

En attendant l’heure du rendez-vous, nous profitons de visiter la ville et montons jusqu’au Château de Plassenburg qui domine la ville.

Above the pretty town of Kulmbach sits the impressive medieval castle Plassenburg. Again we forgot to take any pictures with Andrea and Simon ☹. But we spent a great evening together and yes we had some beers from his brewery ☺.

4 Plassenburg

Le château de Plassenburg fut cité pour la première fois en 1135 sous le règne du comte Berchtold II d’Andechs.
Dès 1340, les membres de la Maison de Hohenzollern résidèrent dans ce château.
En 1554, le château fut détruit et reconstruit par l’architecte Caspar Vischer.
En 1810, la ville de Kulmbach échut à la Bavière.
Ce château fut alors utilisé comme prison, puis comme hôpital militaire.
C’est devenu aujourd’hui un musée et un lieu d’événements culturels.

C’est maintenant l’heure de quitter l’Allemagne et de rejoindre le Danemark.

From here we drive straight to Denmark, our entry point for Scandinavia.

5 Carte Danemark

Bordé par la mer Baltique et la mer du Nord, le Danemark est situé au nord de l’Allemagne, au sud de la Norvège et au sud-ouest de la Suède.

Le Danemark est constitué d’une péninsule, le Jutland (Jylland) et de 443 îles, dont 72 sont habitées.

We have to admit that we hardly know anything about this country. Ok, we know that it is a small country, Hans Christian Andersone and his ferry tales come from here, Copenhagen is the capital, the Vikings were important in its history and everybody knows Smørrebrød from the Sesame Street, that’s about it. So a great opportunity to learn more!

For the basics (short summary ex Wikipedia): Denmark is as big (or rather as small) as Switzerland but with fewer inhabitants (5 instead of 8 mio). It is one of the richest countries in Europe with a relatively high income per capita. In its most glorious, long gone times (in around 1400) Denmark reined over Sweden, Norway, Greenland, Iceland and parts of northern Germany (impressive, no?). Today it is much smaller and consists of the large peninsula Jutland and 443 islands of which 72 are inhabited. Direct neighbors are Norway in the north, Sweden in the east and Germany in the south.

We cross the border on May 11 and our Scandinavian adventure begins!! ☺

Nous passons la frontière le mercredi 11 mai dans l’après-midi.

5 Entrée en Sccandinavie

5a Milke

Nous allons maintenant vous conter notre impression sur ce pays tout plat que nous allons parcourir durant ce mois de mai.

Nous allons principalement nous inspirer du guide de randonnées Rother pour partir à la découverte de la nature de ce pays et bien sûr y visiter les villes les plus significatives.

C’est la côte Ouest de l’Atlantique Nord que nous allons favoriser, sachant qu’au retour d’Islande, nous allons visiter la côte Est et Copenhague.

Notre première impression est que ce pays est peuplé de gens qui aiment le propre en ordre.
Les villages, constitués de maisons individuelles, souvent construites en briques rouges, ont toutes un petit jardin très bien soigné.
La propreté règne partout.

Our plan is to visit now the peninsula Jutland up to its northern tip from where we will take a ferry to Norway. We will see some of the Islands and also Copenhagen once we are back from Iceland beginning of September. We will mix hiking and sightseeing, which from experience works well for us to explore a new country.

Our first impression: Denmark is a very peaceful, green and clean country. The beautiful little houses are mostly build from red brick or colourful painted wood and are surrounded by a neat flowering garden. People are friendly and very welcoming. It feels like the perfect place to slow down and connect with nature. The endless sandy beech west coast is rough and beautiful with almost permanent strong wind and see, whereas the inside and western coast of the peninsula is agriculture, forests and very lush green. Huge wind turbines are almost omnipresent and remind us of the countries strong green orientation.

12a Maison typique

Notre première visite sera pour RIbe.
Après avoir retrouvé des pièces de monnaie datant de l’an 705 après JC, Ribe a été déclarée ville la plus ancienne de toute la Scandinavie.
C’est aussi l’une des plus belles d’Europe du Nord avec ses jolies maisons à colombages dont plus de cent sont inscrites au patrimoine de l’UNESCO et par conséquent protégées.

Our first destination is Ribe, Denmark’s oldest town and a truly beautiful place (now protected by UNESCO).

10 Ribe 8 Ribe portrait

10a Riebe

Le plus bel édifice reste cependant le Dom de Ribe dont la flèche de la tour, avec ses 52 mètres se voit loin à la ronde.

7 Dom de Ribe

Dans l’après-midi, nous décidons de rejoindre la côte.
Bormose Strand et son camping vont nous accueillir pour la nuit.

In the evening we find a camping right next to the beautiful beach of Bormose. It is just a little too cold and windy to sit down and watch the sunset 🙁 .

11 Bormose Strand 12 Bormose Strand

Dimanche 15 mai.
Un soleil radieux nous accueille au réveil.
Petit déjeuner bronzette est la meilleure façon d’en profiter.

But protected from the wind we enjoy a very sunny breakfast the next morning ( guess who is serving ☺.

6a Rando

 

Nous quittons l’endroit vers le midi pour nous rendre au départ de la randonnée du jour.
La N°32 dans le guide du Rother, a travers Kaergard Klitplantage.

We start our very first hike in Denmark right afterwards through the Kaergard Klitplantage.
With this we start a long series of beautiful hikes (no matter what the weather), visits of little charming towns and of cause exploration of the local food (can’t deny our passion for this 😊).
The area is apparently one of the last refuge for the black grouse (Birkhuhn) but we probably don’t get up early enough to see them. Instead we see some more common game…

6 Rando 1

Prochaine étape, la région de Ringköbing.
Le camping sauvage est en principe interdit au Danemark mais nous avons remarqué que les parkings de départ de randonnées se prêtaient à merveille à cet usage et que personne ne nous trouvait à redire de passer la nuit dans ces endroits.

Nous allons donc prendre l’habitude de procéder de cette manière.
C’est donc sur le parking de la randonnée n°27, toujours du guide Rother que nous allons passer cette prochaine nuit.

Ce matin du lundi 16 mai, afin de nous mettre en jambes, nous effectuons une partie de cette randonnée n°27 (8km) Strasö Plantage et Lille A.
C’est à travers de belles forêts, de lande et d’étangs que nous progressons.

16 Struer et Klosterhede Plantage 15 Strasö Plantage et Lille A

Cet endroit est parait-il peuplé de coqs de bruyère, que nous ne verrons pas, car il faut se lever tôt pour les surprendre.
A défaut, nous surprenons quelque lièvre bien dodu ainsi qu’un groupe de cerfs.

13 Kaergard Klitplantage 14 Kaergard Klitplantage

Départ pour Struer, un peu plus au nord, qui se trouve être le siège de Bang & Olufsen, la crème du HiFi.
Là, nous effectuons une balade sur la promenade du port en passant par l’emblématique Sarpsborg-Pigen, statue qui représente une femme nue trônant sur son piédestal, donnant son envol à un goéland .

17 Struer - Sarpsborg-Pigen

Le vent traversant toutes nos couches, nous n’insistons pas trop et retournons assez rapidement à l’Azalaï pour trouver un endroit pour passer la nuit.

Fidèle à notre stratégie, nous consultons notre guide Rother pour voir quelle rando se trouve dans les environs.
C’est à la n°25, Struer et Klosterhede Plantage qui se trouve à une quinzaine de kilomètres que nous nous rendons et qui nous offre un endroit idéal, comme à l’accoutumée, pour passer la nuit.

Ce matin du 17 mai, pour la première fois depuis notre départ, le ciel est gris et il menace de pleuvoir.
Nous décidons quand-même de partir en balade autour du lac Öster Ölbi.

Après 3 km, une petit pluie fine nous enlève toute motivation d’effectuer tout le tour du lac qui prend entre 4 et 5 heures et rebroussons chemin.

18a Michel pluie

De retour à l’Azalaï, un petit creux à l’estomac nous donne envie de déguster la spécialité du pays, le Smörrebröd.
En fait, un sandwich à une face. Si, si, il y a une tranche de pain dessous !

Smørrebrød: our first contact with the Danish cuisine. A slice of coarse rye bread beautiful decorated with lots of tasty stuff! It seems key that you don’t see the slide of bread anymore 🙂

32 Smörrebröd

Après cet en-cas, nous reprenons la route afin de nous rendre près du départ de notre prochaine randonnée.
La n°42 « Naturpark am Hald Sö.

L’idée est de passer le reste de la journée dans un camping proche afin de se prendre une bonne douche bien chaude et aussi d’avoir un accès à internet pour voir l’évolution de la météo.

Le GPS nous amène sans que nous le sachions dans un camping pour naturistes.
Le FKK Vedsölejren à quelques kilomètres de Viborg.
Bon ! S sera une nouvelle expérience 🙂

Nous profitons de l’après-midi pour aller visiter Viborg et tout spécialement la vielle ville.

Viborg, avec ses 38’000 habitants et ses vestiges vikings datant du huitième siècle en  font l’une des plus anciennes villes danoises. Sa localisation centrale fit d’elle un point stratégique du pays, tant sur le plan politique que religieux.

Le nom « Viborg » provient de la combinaison de deux mots : Vi qui veut dire « lieu sacré », et Berg qui veut dire « colline ». Viborg signifie donc le « lieu sacré sur la colline ».

We are now at Viborg close to the south end of the enormous Lim-fjord that cuts all the way through the upper part of the Jutland peninsula. The town itself is one of the oldest towns Denmarks and has a lovely old center.

19 Viborg 20 Viborg

Ce soir, nous sommes invités par Ursula et Lars dans leur caravane pour passer la soirée à papoter et à déguster un excellent gâteau nommé (Traumkuchen : Gâteau de rêve) fait ce matin par Ursula.

At the camping we meet Ursula and Lars (a real Viking!) who give us a lot of recommendations for sightseeing and invite us for coffee and cake. So we taste another Danish specialty: “Dream Cake”. Super tasty! (unfortunately no picture, but we will do one ourselves soon!).

21 Ursula et Lars

Jeudi 19 mai
Ce matin, le soleil brille mais il fera quelques gouttes cet après-midi.
Le vent est nul et la température 14°C / 20°C

Nous disons au revoir à Ursula et Lars et nous rendons sur le départ de notre randonnée du jour, la n°42, Naturpark am Hald Sö qui fait partie des 10 préférées du guide Rother.
Le parcours de 14km s’avère effectivement très varié et très joli.

Thursday May 19. Still in the area of Viborg we do yet another hike (number 5 on day 8 in DK! Our iPhones tell us that we are “very active” ☺). This time we wander through the beautiful Nature park « Hald Sö ». The super weather and the great views make it so far our favorite tour.

22 Rando 42 23 Rando 42a 24 Rando 42 25 Rando 42

C’est maintenant au tour de l’île de Fur de recevoir notre visite.

Fur est une petite île danoise dans le Limfjord.
Elle compte environ 900 habitants.

L’île est une des rares places au monde avec des dépôts d’une argile particulière, le moler, qui constitue la formation géologique dite Formation de Fur.

La chasse aux fossile, lesquels ont plus de 55 millions d’années, est une activité populaire et le moler, très tendre, rend plus facile cette recherche.

Cette argile a été de tout temps largement exploitée pour la confection de briques isolantes au début et pour du sable à chat aujourd’hui, du fait de son haut pouvoir d’absorption. Les excavations ont mis en évidence les couches successives de Moler, de couleur claire et de cendre de volcan, de couleur foncée. Les falaises ainsi formées présentent des dessins très artistiques que la poussée des glaciers à encore modulé.

From here we join the little Lim-fiord island Fur that is famous for its ash and « moler » clay layers. The layers were formed through sedimentation and frequent volcano eruptions 55 mio years ago. During ice age these layers were pushed and folded by the glaciers and appear today in creative forms.
We stay 3 days on the lovely little island and vary our activities depending on the weather: reading, Internet, washing, baking, hiking, etc.
On the next island called Mors the little local museum teaches us that the Moler clay layers also contain a big amount of fossils apparently easy to recuperate due to the soft texture of the clay. Opposite to the museum there is a pit where everybody is invited to hunt for fossils. It is cold, very windy and a little rainy today so we don’t give it a try. Not a bad thing we find, imagine we would find a big fossil, where would we keep it?

31 Fur

Nous passons la nuit en bord de mer et profitons de la belle météo du soir pour aller faire un petit tour dans le coin.
La chance nous est même donnée d’apercevoir un couple de faisans sauvages.

26 Fur

Le crépuscule approche et c’est tout naturellement que nous allons admirer le coucher de soleil sur cette plage du nord de l’île.

27 Fur
29 Fur

Samedi 21 mai
Comme la journée s’annonce maussade, nous nous rendons au seul camping de l’île et dès notre arrivée nous nous équipons pour aller faire un tour le long de la falaise qui borde le littoral sur toute la partie Nord de l’île.

De retour, la pluie s’est mise de la partie. Nous allons mettre à profit cette mauvaise météo pour utiliser les infrastructures du camping.
Douche, lessive, cuisine, mise à jour du brouillon du blog, lecture etc…
Sylke a envie d’être créative et nous confectionne de délicieux crakes avec les ingrédients du bord.

32a Crakers

Mardi 24 mai
Malgré la météo peu engageante, nous décidons de quitter Fur et d’aller sur l’île de Mors.

Un petit arrêt à Nyköbing pour quelques courses et c’est vers le nord de l’île que nous nous dirigeons, afin de repasser sur Jütland, rejoindre le départ de la randonnée n°12, où nous prévoyons de passer la nuit.

Arrivés à la pointe de l’île de Mors, un ferry devrait nous aider à effectuer la traversée mais,
arrivés au point d’embarquement, nous nous rendons compte, en lisant le panneau d’information que nous venons de rater le dernier de 2 minutes.

Bon, pas grave ! Un joli restaurant, certainement planté là pour des cas comme le notre, nous tend les bras.

Nous y passons la soirée à déguster des spécialités locales comme l’anguille grillée pour Michel et la Plie panée pour Sylke.

On our way further up north we miss the last ferry that connects Mors with the mainland by literally 2min! This turns out to be a good thing since it makes us to go to the cozy restaurant right at the little ferry harbor. We eat fried eel and breaded flounder (the local specialties we are told). Both are very tasty but a little heavy so we have to taste another local specialty « Akvavit » to help us digest J.

34a Resto Ferry Fur

Le vin local n’étant pas à la carte, nous nous rabattons sur un Chardonnay d’Australie.
Un petit verre d’Akvavit, alcool de pommes de terre ou de céréales tiré à 45° va nous aider à la digestion.

Nous demandons l’autorisation de dormir sur le parking du restaurant, vu que nous n’avons plus envie de bouger. Autorisation accordée et nous passons une nuit avec le toit de l’Azalaï baissé, vu la force du vent qui est quasi tempétueux malgré le fait que nous soyons parqués à l’arrière du bâtiment.

For the night we are allowed to stay on the restaurant parking and try only half successful to hide from the strong wind. So we close the roof during the night to avoid any damage.

47 Ferry Mors

Le lendemain matin, nous profitons de la proximité du musée historique de fossiles de Moler pour le visiter avant de retourner prendre notre ferry.

Après la traversée, nous nous rendons vers l’endroit de notre prochaine balade, la n°12 Bulbjerg.
Une jolie clairière, située sur son parcours représente l’endroit parfait pour passer la nuit.

The next day is still very windy but sunny so we take the ferry and drive to our next hike. The tour leads us along the coast to a special cliff called Bulbjerg where thousands of seagulls nest. The place is beautiful and we decide to spend the night right there.

46 Bulbjerg

C’est maintenant le moment pour démarrer cette sortie.
Nous effectuons 14 km entre dunes et plage en passant par la Roche de Bulbjerg qui est un gigantesque nichoir pour les mouettes.

38 Bulbjerg 35 Bulbjerg 37 Bulbjerg 41 Bulbjerg

La nature, sous forme de pins en fleurs nous fais cadeau de belles images.

39 Bulbjerg

En fin d’après-midi, après notre tour nous nous déplaçons avec l’Azalaï sur le sommet de la roche de Bulbjerg pour profiter du beau panorama.

45 Bulbjerg

Juste avant le coucher de soleil qui a lieu maintenant à 22 heures, nous descendons sur un site un peu plus discret pour y passer la nuit.

43 Bulbjerg

Une dernière visite aux mouettes au crépuscule…..

44 Bulbjerg

Et le soleil nous tire sa révérence.

46b Bulbjerg

Le vendredi 27 mai s’annonçant ensoleillé, nous allons le mettre à profit pour une promenade qui se situe à une trentaine de kilomètres plus au nord.

Cette balade nous conduit d’abord le long d’un joli ruisseau puis dans une gorge, ce qui dans un pays plat comme le Danemark est assez rare.

The next destination brings us to a hike that leads through a gorge which is rather rare if not unique in Denmark. It is a very peaceful and green area and allows us to observe animals and flours.

Une hirondelle nous fait la grâce de poser pour la photo.

33 Mésange

Ca butine dur !

33a Bourdon

Un jeune cerf, fait la sieste dans un champ.

34 Cerf

En fin d’après-midi, c’est Lönstrup que nous choisissons comme destination finale de la journée.
Un joli camping nous attire pour passer une journée de repos, avant la suite de la découverte de cette côte danoise fort variée.

Une fois installés, alors que nous sommes en train de frire des filets de soles, deux Danois viennent sympathiser et nous apprennent qu’un pêcheur passe de temps à autre au camping pour vendre son poisson.

Nous leurs demandons s’il serait possible d’en obtenir demain.
L’un des deux nous dit qu’il va se renseigner et 5 minutes plus tard revient avec un autre individu nous disant qu’il a 10 limandes pêchées ce matin à nous offrir.

Après quelque hésitation nous finissons par accepter et le nouvel arrivant qui s’avère être un copain du pêcheur du nom de Svonnie nous propose de les nettoyer pour nous.

Au vu de la quantité, vient maintenant se poser le problème de les congeler.
Nous avons bien un petit compartiment de congélation dans le frigo de l’Azalaï, mais de là à pourvoir assumer une aussi grande quantité, c’est pas gagné.
C’est alors que Svonnie nous propose de les congeler chez lui et nous les récupérerons avant de quitter le camping.

Our next stop further up the coast is Lønstrop, a former fisher village which is now full of little artist shops. I immediately regret that the Azalai is not bigger! we still end up buying two handmade tee coups J and hope to find a space where they will travel safely!
We then check into a little campsite and arrive just in time for a spring cleaning grill event with free bear and « polser » (a sausage the Danish eat with fried onion at every possible occasion) . We arrive too late for the cleaning but are warmly welcomed to join for the party (perfect J
).

During one of the discussions (and after some beers) we are offered 10 flounders for only 10 CHF. It is the rest of the days catch from the local fisherman. Since it becomes obvious that we don’t know how to clean/prepare the fish and our tiny freezer will not be able to freeze all the fish, we get expert help for both!

47 Limandes Lönstrup

Le travail terminé, Mogens, le propriétaire du camping nous invite à participer à la petite fête qu’il a organisé pour récompenser les bénévoles qui lui ont aidé à nettoyer le camping.
Bière et saucisses à gogo!

48 Fête camping Lönstrup

Dimanche 29 mai
Soleil et douceur 14°C / 21°C

Météo idéale pour faire notre rando : Rubjerg Knude à Lönstrup.

Une dizaine de kilomètres qui nous fait visiter tout d’abord la jolie ville de Lönstrup, ancien village de pêcheur de 600 habitants, devenu un repère d’artisans spécialisés dans la céramique.

We start a little later the next day and visit the local highlight, a very long and 70m high traveling dune that has half swallowed the light house and fully buried the attached buildings (ironically including a museum for the actual phenomenon of traveling dunes).

49 Lönstrup

Le chemin progresse ensuite le long de la côte, au sommet de la falaise, pour nous amener sur le site des vestiges d’une vieille église, Mårup Kirke, autrefois à plus de 1 kilomètre de la plage et aujourd’hui engloutie par la mer.
Toujours le long de la falaise, nous atteignons, après 2 km, un phare, qui en 1996 culminait à 90 mètres du sol, entouré de maisons.
Aujourd’hui, la dune a englouti l’ensemble des maisons et plus de la moitié de la hauteur du phare.

52 Phare Lönstrup

50 Lönstrup 51 Phare Lönstrup

Nous atteignons maintenant la pointe nord du Danemark.
Nous passons Skagen et nous rendons directement à Grenen.
Là, nous effectuons la randonnée n°1 qui fait une boucle en passant par la pointe du même nom, où les eaux de l’Atlantique Nord rejoignent celles de la mer Baltique.

Our last stop in Denmark is Skagen, its northern tip and at the same time the location where the Northern see meets the Baltic see. The weather is fabulous and the little wave front that is created by the two opposing swells is quite intriguing to see. This phenomenon creates a 4km long and ever changing sand bank (reef), where apparently many shippers were wracked during the last centuries.

53 Grenen 54 Grenen

Jeudi 2 juin
Nous sommes de retour à Hirtshals.
Dès huit heures ce matin, nous embarquons sur le ferry qui va nous mener à Langesund en Norvège.

C’est ainsi que se termine la première partie de notre visite du Danemark.
La seconde aura lieu lors de notre retour d’Islande au début du mois de Septembre.

Nous quittons ce pays dont le vent est le principal fournisseur d’énergie à travers les éoliennes qui font partie intégrante du paysage danois.
Le 43% de la consommation du pays est assuré par ce moyen.

The 2nd of June we take the ferry over to Norway. It is 27C and the weather forecast announces 18h of sun per day for most of the next week. Sunrise at 4am and sunset at 10:30pm.
Life is good ☺☺☺

One more thing worth mentioning: with its long western coast Denmark is a very windy country and wind generators cover 43% of the countries electrical energy needs. These modern windmills are (we find) rather elegant and their size is Impressive (up to 180m). The Danish are convinced that this is the right way forward and nobody complains about potential noise or optical disturbance. The rest of Europe can certainly learn from this.

42 Eoliennes

EPILOGUE

Ce premier mois de voyage s’est vu accompagné d’une météo assez surprenante pour un pays scandinave.

Le soleil nous a montré son visage rayonnant quasi tous les jours du mois avec seulement 7 jours un peu maussades qui ont vu quelques précipitations intermittentes émerger d’un ciel devenu gris.

La température assez fraîche au début avec 7°C le matin et 14°C l’après-midi est progressivement montée pour atteindre cette dernière semaine les 14°C à l’aube et jusqu’à
27°C en fin d’après-midi.

Nous approchons maintenant du solstice d’été et comme nous sommes au delà des 57° de latitude nord, nous bénéficions de journées de plus de 18 heures d’ensoleillement.
Même lorsqu’il fait nuit, le ciel reste bleu et les étoiles n’arrivent pas à faire leur apparitions.

Il faut vraiment se motiver pour aller au lit avant minuit.

EPILOGUE

We really enjoyed this peaceful and green country with its friendly people and low population density. It is ideal for camping and great for hiking!

What we felt is typical Danish: Everything is very neat and tidy. People are very open, friendly and welcoming. Coffee and very tasty cakes are served in the afternoon (or any other time of the day). Cars are permitted to drive on the beach. Horseback riding and camping are very popular. Almost everybody speaks English and many speak German. Wind generators are ubiquitous.

PS: in case you ever wondered: Danish pastry is actually called Vienna Bread (wienerbrød) in Denmark, since they were first made in Denmark in 1840 by a Viennese chef.

Voilà !
Nous espérons que vous avez eu du plaisir à nous lire et nous vous donnons rendez-vous à fin juin pour le deuxième épisode qui traitera de notre visite de la Norvège.

Amitiés de Milke

 

 

CAMBODGE

Du 23 mars au 11 avril 2016
LE PAYS

Carte Cambodge

Le Cambodge, avec ses presque 16 millions d’habitants est grand comme 4 fois la Suisse.

Entouré du Laos au Nord, du Vietnam à l’Ouest et de la Thailande à l’Est, le Cambodge, après avoir été de  tous temps en guerre avec ses voisins a connu l’apogée de l’horreur avec l’arrivée au pouvoir des Khmers rouges en 1975.

Pendant 4 ans, ce gouvernement communiste dirigé par Pol Pot va réduire le pays à néant en procédant au génocide de 2 millions des 7 millions d’habitants  que comptait le Cambodge à ce moment là.

Les Vietnamiens mettent fin à l’horreur en 1979 et peu à peu le pays retrouve la paix.
Il faudra cependant attendre 1998, année de la mort de Pol Pot pour signer la fin de l’ère des Khmers rouges.

Le pays s’est ouvert au tourisme depuis 2004 et procède progressivement à sa reconstruction économique.

Notre périple commence à Siem Reap, berceau des temples d’Angkor.

Ce qui surprend d’entrée de jeu c’est la température qui avoisine les 38°C durant l’après-midi.
Heureusement, l’humidité reste assez basse avec ses 50 à 60%, ce qui rend l’atmosphère supportable.

Rue de Siem Reap où les mobylettes et les Tuk-Tuk assurent l’essentiel du transport.

Siem Reap rue

Dès notre arrivée, nous nous baladons en ville et passons par l’inévitable marché central.
Siem Reap marché

C’est ensuite le tour du fameux temple d’Angkor Vat.
Construit par le premier roi du Cambodge Suryavarman II au début du XIIe siècle en tant que « temple d’État » et capitale.

Angkor Wat extérieur Angkor Wat intérieur

Nettoyeuse en pause dans le temple d’Angkor Vat.
Angkor Wat - nettoyeuse

Nos amis Paul et Kathrin avec qui nous allons passer 4 jours nous ont organisé deux jours de vélo à travers la campagne dans les environs de Siem Reap.

Notre guide nous amène tout d’abord dans le site des temples d’Angkor Thom (La grande cité).
Angkor Thom est la cité royale construite par Jayavarman VII (qui régna probablement de 1181 à 1220-

La porte d’entrée.
Angkor Tom

La nature reprend ses droits.Angkor Tom - la nature reprend ses droits Angkor Tom - la nature reprend ses droits bis Angkor Tom - la nature reprend ses droits 3

Les Chinois sont de la partie. Cherchez l’intrus !
Angkor Tom - cherchez l'intru

Nous quittons maintenant les temples pour parcourir la campagne, toujours en vélo.
C’est l’occasion de traverser de petits villages éloignés des voies touristiques et qui vivent encore de manière ancestrale.

Le pompage de l’eau du puits se fait souvent encore au moyen d’un seau mais la modernisation fait gentiment son apparition.
pompage de l'eau

C’est le moment de passer à table.
La salle à manger

La cuisine.
La cuisine

Le salon.
Le salon

C’est le moment de faire la lessive.
La lessive La lessive bis

L’atelier de fabrication des étoiles pour le nouvel-an Khmer qui a lieu du 13 au 14 avril.

Fabrication des étoiles de nouvel-an

La préparation du filet pour la pêche.
Réparation des filets de pêche

L’équipe des cyclistes au repos.
En vélo à travers la campagne

La dernière étape de notre tour de 42 kilomètres nous amène sur un site en bordure de lac, très fréquenté par les locaux.

Les stands de nourriture se côtoient et offrent des choix divers pour tous les goûts.

Un stand de poisson.
Poissons grillés

Pour ceux qui préfèrent les scarabées grillés aux piments…..
Cafards aux piments

En attendant notre Tuk-Tuk qui va nous ramener à Siem Reap, un petit coup d’œil sur le lac Tonlé Sap s’impose.
Le Cambodge étant un grand producteur de riz, ils en plantent même dans le lac.
Lac rizière

Ca y est, le Tuk-Tuk est là!
On s’arrête en chemin pour faire le plein.

La station d’essence.
La station d'essence On fait le plein

Une soirée tranquille au bord de la piscine de l’hôtel s’impose après ces deux jours intenses.
l'hôtel à Phnom Penh

Paul & Kathrin et leurs enfants vont maintenant nous quitter.
Quand à nous, nous allons continuer notre visite du Cambodge en nous rendant dans la capitale Phnom Penh.

Nous commençons la visite de la ville avec un chauffeur de Tuk-Tuk qui nous propose un circuit des principaux pôles d’intérêts de la capitale.
Nous acceptons son offre et c’est parti pour le premier site qui se situe un peu en dehors de ville.

La pagode Botum Kongkea.
Botum Kongkea -escalier

La même à l’intérieur.
Botum Kongkea - intérieur

La cérémonie de purification.
Botum Kongkea - purification

En route pour le prochain site, nous dépassons une maman amenant sa progéniture à l’école.
Les règles de sécurité ne sont pas les mêmes que chez nous !
On va à l'école

Notre chauffeur nous amène à nouveau au centre de la ville pour y voir…
Le Wat Phnom (khmer : វត្តភ្នំ, « colline du temple »), de son vrai nom Wat Phnom Daun Penh est une des plus anciennes pagodes bouddhistes de Phnom Penh.

Pagode Wat Phnom b Pagode Wat Phnom

Devant la pagode, une jeune fille plie des fleurs de lotus.
Pliage des fleurs de lotus

Notre tour s’achève par la visite du Palais Royal,
Palais royal Palais royal - la pagode d'argent

De retour à l’hôtel, après un bon massage khmer, repas et détente au bord de la piscine de l’hôtel Pavillon.
l'hôtel à Phnom Penh

Aujourd’hui, nous avons rendez-vous au restaurant Frizz pour y suivre un cours de cuisine Khmère.

On commence par aller au marché local accompagnés de notre prof. Lucky pour y faire les courses.
Notre prof fait les achats

C’est dans une cuisine tout à fait bien équipée que nous apprenons comment confectionner des rouleaux de printemps.
Rouleaux de printempsDélicieux !

C’est une non moins délicieuse spécialité cambodgienne que Lucky nous  aide à réaliser.
Le « Fish Mok ». Poisson en sauce cuit à la vapeur.
Fish Mok

Après le cours de cuisine, nous nous baladons à travers les rues de Phnom Penh pour y découvrir la vie de tous les jours.

Une rue parmi tant d’autres.
Rue de Phnom Penh

Le salon de coiffure.
Chez le coiffeur

Les moines gagnent leur vie en prodiguant la bonne parole à ceux qui leur offrent un petit billet.
Moines en action

Après trois jours passés à Phnom Penh, nous prenons le bus pour nous rendre à Kep, près de la frontière vietnamienne.

A la recherche d’une activité originale, Sylke tombe sur un Français, prof de sport, qui propose de grimper sur un Ficus géant (l’arbre magique comme il l’appelle) en passant par l’intérieur du tronc.

Ni une, ni deux, nous nous inscrivons pour le lendemain et c’est en compagnie d’un autre couple de Français Aurelia et Samade que nous retournons en enfance pour grimper à l’arbre.

L'arbre magique 4
L'arbre magique L'arbre magique 2 L'arbre magique 3

Ce matin, nous louons une mobylette pour la journée et partons visiter un élevage de papillons.
Sylke mobylette
Papillon a

Papillon

Papillon c Papillon b

La journée se poursuit par la visite d’un plantation de poivre.
La « Sothy’s pepper farm » produit le poivre de Kâmpôt, réputé par les grands cuisiniers pour être l’un des meilleurs au monde.
Guidés par Gérôme, stagiaire Français, nous découvrons tous les secrets de la production du poivre noir, rouge et blanc, tous issus du même grain de poivre vert que la plante produit.

  • Le poivre noir est produit par le séchage au soleil du poivre vert durant 7 jours.
  • Le poivre rouge est lui produit par le poivre vert arrivé à maturation et dont la couleur devient rouge. Il est ensuite séché au soleil durant 10 jours.
  • Le poivre blanc est quand à lui issu du poivre rouge que l’on a trempé dans l’eau tiède pour ramollir la peau qui est ensuite enlevée pour mettre à nu le noyau du fruit qui est blanc.

Plantation de poivre a Poivre gros plan 2 Poivre gros plan Poivre séchage
Poivre 3 sortes

Pour terminer notre journée, nous nous rendons en bord de mer pour y visiter un village de pêcheurs.
Village de pêcheurs c Village de pêcheurs b Village de pêcheurs a Village de pêcheurs d

Sur la route du retour, nous croisons de nombreuses mobylettes chargées plus que de raison, que les propriétaires utilisent pour exporter leurs divers produits (fruits, légumes etc.) au Vietnam.
Exportation Vietnam

Retour à l’hôtel pour nous reposer un peu de cette journée bien remplie.
Notre hôtel à Kep Notre hôtel à Kep - piscine

Nous avons maintenant envie de quelques jours de « farniente » en bord de mer.
Nous trouvons notre bonheur à Sihanoukville dans un hôtel les pieds dans l’eau du nom de Tamu.

De notre chambre, nous longeons la piscine, traversons le restaurant qui est sur la plage et sautons dans la mer dont l’eau doit bien atteindre les 30 degrés en fin d’après-midi.
Hôtel Tamu a Hôtel Tamu c Coucher de soleil Sihanoukville

Sylke en a profité pour démarrer les journées avec un peu de yoga sur la plage.
Yoga

L’hôtel pousse même le luxe au point de compenser l’effet de marée 😉

Hôtel Tamu d

Voilà, c’en est terminé avec notre voyage au Cambodge.
Dès demain, nous prenons un bus qui va nous ramener à Phnom Penh.
De là, nous allons prendre l’avion destination Singapour où nous allons passer les derniers 3 jours chez Paul et Kathrin avant de rentrer en Suisse.

De l’aéroport, nous prenons un taxi pour « Gardens by the Bay » pour une visite de la « Cloud forest ».
C’est une immense serre dans laquelle a été créé un microclimat simulant les conditions climatiques d’une forêt tropicale.
On y trouve de ce fait quasi toutes les espèces de plantes et de fleurs présentes de manière naturelle sous ces climats.

SIN cloud forest SIN fleur d SIN fleur c SIN fleur b SIN fleur a

Nous retrouvons aussi Marc et Katharina pour deux soirée que nous passons l’une au restaurant…..
SIN équipe

L’autre à Marina Bay et profitons de ravir nos mirettes avec un spectacle son et lumière de toute beauté.
SIN Bay of Gardens c SIN Bay of Gardens b SIN Bay of Gardens a

Il est temps maintenant de prendre congé de vous et nous vous donnons rendez-vous dans le courant du mois de mai pour un prochain article sur la Scandinavie, notre prochaine destination de mai à octobre de cette année.

AU REVOIR ET PRENIEZ BIEN SOIN DE VOUS !

Aurevoir

MILKE

 

 

 

NOUVELLE-ZÉLANDE / ÎLE DU SUD

NZ île du Sud

Bienvenue dans ce nouvel article qui cette fois n’est pas en Amérique du Sud mais en Nouvelle-Zélande, île du Sud.

Avec mon ami Gilles, fraîchement retraité avec cinq ans d’anticipation nous sommes partis  à la découverte de cette partie du monde.
L’idée est venue de Gilles, écrivain de son état et dont son cinquième livre va voir une partie de son intrigue se dérouler à cet endroit.
http://lelivresurlesquais.ch/auteur/gilles-de-montmollin

Nouvelle-Zélande, situation géographique

carte_nouvelle-zelande_fr-copie-1

Te Wai Pounamu – La rivière aux pierres vertes
Tel est le nom donné par les Maoris à cette île en raison de la néphrite qu’ils y avaient découverte.
Cette île, grande comme presque quatre fois la Suisse était, avant l’arrivée des Maoris au 13ème siècle, couverte de forêt primaire à raison de 80%.
Elle n’en compte aujourd’hui plus que 20%, principalement sur sa côte ouest.
Elle a été progressivement défrichée par les indigènes puis par les Anglais afin d’en faire des prairies à moutons, qui est de loin l’animal le plus représenté.
Entre Christchurch et Dunedin, la seule partie plate de l’île sert à la culture des céréales et arbres fruitiers.

NZ île du Sud 1

Nous commençons notre périple par la visite de la partie Sud/Est de l’île.

Au lendemain de notre arrivée, nous allons chercher notre bus-camping près de l’aéroport de Christchurch.

IMG_2099

Au départ de Christchurch nous prenons la route pour la première destination de notre périple,
le lac Tekapo.

IMG_1980

Après un peu plus de 200km de route, nous arrivons au camping du lac et nous installons pour y passer notre première nuit.

Réveillés par un soleil radieux, après un copieux petit-déjeuner, nous nous mettons au volant et c’est près du lac Pukaki que nous faisons notre premier arrêt de la journée.

IMG_1981

Après ce crochet, nous retournons à la côte que nous longeons de Dunedin à Bluff,
Les prairies à moutons font la part belle au paysage.

IMG_2007

Cette partie de la côte Est présente une alternance de paysages de prairies fleuries, de falaises et de plages.

IMG_2009 IMG_1987 IMG_2015

à Surat Bay. dans la région des Catlins, Une promenade le long de la plage nous permet d’approcher une famille de lions de mer se dorant au soleil.

IMG_1995 IMG_1994

Le Carpophage de Nouvelle-Zélande  surveille la scène du haut de sa branche.

IMG_2005

Une balade sur Nugget Point nous permet d’admirer un autre aspect de cette jolie côte.

IMG_1988

Prochaine étape, l’île Steward.
NZ île du Sud 2

Arrivés à Bluff, le point le plus austral de l’île du Sud, nous prenons le ferry pour rallier
Halfmoon Bay (Oban) le port d’accès à l’île Steward.
De là, nous faisons une randonnées sur le circuit de « Ryans Creek Walk » en poussant jusqu’à « Fern Gully ».
Ce sentier, qui anciennement menait à une scierie nous fait cheminer sous le couvert de la forêt primaire avec ses fougères arborescentes et ses arbres centenaires.
Il se poursuit ensuite en partie dans la forêt puis le long de la côte.
Nous découvrons la baie de Thule, Golden Bay, Deep Bay et Ringaringa Beach. Après 4 heures de marche, nous rejoignons Halfmoon Bay et y dégustons une bière bien méritée.

IMG_2019IMG_2020

De retour sur l’île du Sud, nous nous dirigeons maintenant dans sa partie Sud/Ouest, plus précisément dans la région des fjords.
NZ île du Sud 3

En progressant vers Milford Sound, l’un des hauts lieux touristique de la Nouvelle-Zélande, nous parcourons une vallée très sinueuse bordées de montagnes boisées jusqu’à leur sommet et zébrées de nombreuses cascades.

IMG_2021

Les Keas sont à l’affût d’un peu de nourriture facile.

IMG_2022

Nous découvrons lors de nos balades une forêt primaire d’un autre genre.
Les fougères arborescentes ont laissé place à des arbres moussus.

IMG_2026 IMG_2029

Après avoir parcouru une centaine de kilomètres dans la vallée, nous atteignons enfin Milford Sound.
Nous profitons de la belle météo pour le visiter à bord d’un bateau et ainsi profiter d’une variété de paysages magnifiques.

IMG_2040 IMG_2043  IMG_2051 IMG_2057 IMG_2054 IMG_2068 IMG_2071

Même les cigales sont colorées.

IMG_2067 IMG_2065

La croisière terminée, nous décidons d’effectuer une randonnée nous menant au « Marian Lake ».

IMG_2079

Nous quittons maintenant la région des fjords et continuons notre progression le long de la côte ouest en direction du nord.
NZ île du Sud 4

En arrivant au Parc National Paparoa près de  Punakaiki, nous y découvrons les
« Pancake Rocks and Blowhole ».

IMG_2124 IMG_2123

IMG_2125

Il est temps maintenant de faire une pause apéro au bord du lac Wakatipu.

IMG_2085

En prenant un peu de hauteur, le panorama s’ouvre majestueusement sur ce même lac.

IMG_2090

Tout en longeant cette côte Ouest réputée la région la plus pluvieuse au monde avec ses
7 mètres de précipitations annuelles, nous bénéficions d’un magnifique soleil et de surcroit sans vent.
Ces conditions sont idéales pour créer l’effet miroir sur le lac Makaroa que nous longeons en parcourant la « Havea Road » dans la région de l’Otago.

IMG_2092 IMG_2095 IMG_2096

Encore une journée agréable dont nous profitons pour faire une balade dans le
Parc National Tai Poutini.

IMG_2102 IMG_2105 IMG_2107

La journée se termine par un joli coucher de soleil.

IMG_2113

Toujours sous un radieux soleil d’été nous atteignons le « Cape Farewell« , tout au nord de l’île.
NZ île du Sud 5

Là aussi, la nature à sculpté la côte en de superbes panoramas.

IMG_2131 IMG_2132 IMG_2140 IMG_2141 IMG_2142 IMG_2143

A marée basse, les bébés phoques jouent dans les retenues d’eau.

IMG_2152 IMG_2150

Cape Farewell et son arche.

IMG_2157

Un petit passage sur la péninsule Abel Tasman au long de la route qui nous ramène vers la côte Est.

IMG_2158 IMG_2159

C’est au tour des Marlborough Sounds de nous accueillir.
NZ île du Sud 6

Cette région, parsemée de fjords est aussi propice à la production du vin dont le plus connu est un Chardonnay du nom de Cloudy Bay.
Après avoir longé divers fjords sur une route très sinueuse nous arrivons à Elaine Bay.
L’endroit se prête de manière idéale à la pratique du canoë.

IMG_2162

 IMG_2160

Nous arrivons gentiment à la fin de nos 5 semaines de voyage et profitons de ces derniers instants pour parcourir la Péninsule de Banks, à l’Est de Christchurch.
NZ île du Sud 7

Là aussi nous découvrons quelques jolis panoramas au grés du parcours.

IMG_2163 IMG_2168 IMG_2172

Voilà, la boucle est bouclée !
Nous allons maintenant rendre notre véhicule et nous préparer à affronter les 24 heures de vol que nécessite notre retour en Suisse.

Amitiés à tous et rendez-vous pour le prochain voyage !
Michel

CARACTERISTIQUES AZALAÏ

Wohnmobil
AZALAÏ

       009

Fahrzeug :
Toyota Land Cruizer HZJ 79
Jahrgang 2011
43‘000 km

Wohnkabine:
Azalaï fertig montiert in Ins bei Pascal Pfister in 2012

Bezeichnung


Fahrzeug:

  • Toyota Land Cruizer HZJ 79
  • Farbe Weiss
  • Euro 4 Partikelfilter
  • Motor: Diesel 6 Zylinder, 4200 cm3, 131 HP
  • Klimaanlage
  • Differential Sperre hinten und vorne
  • Fahrwerk OME
  • Reifen 285 75 R 16 TL 122R BFG AT
  • Felge 8×16
  • Schellmann Sitze
  • Tempomat (Geschwindikeitsregler)
  • GPS
  • Zusatztank 90 lt. mit Tankuhr
  • Manuelle Freilaufnaben
  • Hohlraum und Unterbodenkonservierung
  • Xenon Zusatzscheinwerfer
  • Lautes Klanghorn
  • Wegfahrsperre
  • Radioanlage Pioneer DEH-8300SD mit Fernbedienung
  • Zusätzliche Schlösser an Führerhaustüren

Wohnkabine:

  • AZALAÏ Wohnkabine zu Toyota Land Cruiser HZJ79
  • Geteilte Hecktür mit Unterfahrschutz
  • Heckenfenster
  • Rückfahrkamera
  • Zurrschienen auf Dach über Fahrer/Beifahrer
  • Solar Panel
  • Kühlschrank
  • Zweiplatten Gasherd mit 6 Liter Gasflasche
  • Thetford Toilette mit SOG Kassette
  • Fanello Bett mit Latten 135 x 195 cm
  • Dusche mit Warmwasser
  • 80 Liter Brauchwasser Tank
  • 40 Liter Trinkwasser Tank
  • Zwei Wasserkreisläufe für Trennung Brauch/Trinkwasser
  • Warmwasser auf Brauchwasser
  • Kabinen Heizung
  • Isolationsmatten für Hub Dach
  • Einbruchschutz bei seitlichen Fenstern
  • Einbruchschutz zwischen Führhaus und Kabine
  • Kederschiene seitlich und hinten

Michel Perrin
Tel: +41 (0) 79 262 04 48
e-mail: milke@bluewin.ch

IMG_1540 IMG_1541 IMG_1542 IMG_1543 IMG_1544 IMG_1545 IMG_1546 IMG_1547 IMG_1548