Zambie & Botswana 1

La Zambie / Sambia

Le pays
Initialement peuplé par les Bochimans, peuple de chasseurs-cueilleurs, le territoire zambien est investi par les Bantous au IVème siècle de notre ère.

Majoritairement recouvert par la savane, le pays abrite encore une riche biodiversité, avec une faune et une flore typiques de paysages et milieux variés, tout en étant le théâtre d’une urbanisation croissante, ainsi que d’un développement d’une augmentation des surfaces cultivées.

Les frontières coloniales ont pour résultat une grande diversité de groupes culturels, qui sont partiellement reconnus par l’État par le biais de l’officialisation de rois et de chefs locaux. 

Héritage colonial, l’anglais est la langue officielle et doit aussi favoriser l’unité de la nation.

Grand comme 18 fois la Suisse, la Zambie jouit d’un climat tropical, quoique plus tempéré en altitude. Il y a deux saisons principales, la saison des pluies qui commence en novembre et se termine en avril, correspondant à l’été, et la saison sèche de mai à octobre correspondant à l’hiver. 

Le fleuve principal est le Zambèze, qui trouve sa source dans le nord-est du pays, dont le barrage de Kariba fournit le pays en hydroélectricité.

Parmi les ressources naturelles se trouvent le cuivre, le cobalt, le zinc, le plomb, le charbon, les émeraudes, l’or, l’argent et l’uranium. L’économie du pays reste néanmoins essentiellement agricole.

La Zambie compte 17 millions d’habitants dont les 2/3 vivent sous le seuil de pauvreté.

La moyenne d’âge y est de 17 ans et l’espérance de vie de 51 ans.

Aujourd’hui encore, 1,6 millions de zambiens par année succombent au sida.

Sambia is 16 times bigger than Switzerland with a very young population of 17 million people. The average age is 17 and the life expectation is 51. Although Sambia has one of the fastest growing economies of Africa and the nations PIB has doubled since independence in 1964, 2/3rds live under the limit of poverty mainly due to high birth rates and AIDS (1.6 million Zambians die of AIDS each year!).

The climate is tropical with two main seasons: summer from November to April is also the rainy/hot season and winter from May to October is the dry/cooler season. The country is predominantly covered by savannah.

We are here in July and really enjoy the moderately warm and dry weather (day: 24 to 30C, night: 5 to 13C). The cold nights reduce the mosquitos and with this the malaria risk goes down significantly.

British colony from end of 18 hundred (Northern Rhodesia), Sambia became independent in 1964. English is still the official language to help communication between 80 different local languages. Sambia is recognized for its political stability and peace orientation. However despite efforts made corruption remains a serious issue.

The countries economy is mainly made of mining (mainly copper) and agriculture.

The Zambezi is the biggest river of the country famous for the biggest tourist attraction of the country, the Victoria falls.

Samedi 29 juin
On se présente à la frontière Namibie – Zambie au poste de Sesheke peu avant midi.

Côté namibien ça va très vite, à peine un quart d’heure.
Côté zambien, va falloir apprendre comment les pays en voie de développement aiment l’administration.

On commence par être harcelés par une nuée de Zambiens qui ont des liasses de Kwachas (monnaie zambienne) dans les mains et qui veulent absolument nous faire du change au meilleur taux.
Nous déclinons toutes les offres mais ils nous suivent comme des mouches jusqu’à l’entrée du bâtiment douanier et ils restent plantés là.

Maintenant commence la valse des guichets avec les files d’attente.

1er guichet pour le contrôle des yeux qui démontre que nous ne somme pas atteints de ????.

2ème guichet pour l’assurance RC qui coûte 750 Kwachas ( entre 60 et 100 CHF selon le change).

3ème guichet pour l’Immigration et l’obtention d’un Visa pour 90 jours qui va nous coûter 50 $US par personne.

4ème guichet pour la taxe CO ( 275 Kwachas – 35 CHF ) et tamponner le Carnet De Passage.
Là se présente le problème qu’ils acceptent seulement de des Kwachas en liquide comme payement.

Nous somme donc obligés de faire du change avec la meute qui attend à l’extérieur.
Ils nous convainquent qu’ils nous font presque un cadeau en nous offrant 800 Kwachas pour 100 $US.

5ème guichet pour le payement de la taxe routière de 20 $US.

6ème guichet pour le payement de la taxe de District de 30 Kwachas ( 2,40 CHF)

C’est donc presque 3 heures plus tard que nous pouvons passer la frontière en nous faufilant à travers 2 files de camions qui bloquent partiellement le passage et nous obligent à monter sur le talus pour atteindre enfin la route qui nous mène à Sesheke.

To us, after well organized, clean and little populated Namibia, Sambia appears to us like the more traditional Africa: Smiling faces, lots of kids in the streets, no white people, slightly chaotic towns, big administrative procedures, hardly any cars on the road and straw hut villages all along the country roads.

We dive right into this atmosphere at the border post:

15min and we are done with the Namibian side. One the Sambia side things are less straight forward. To start with we are welcome by a crowd of money changers and each of them ensures us to have the best rates. 😉
We ignore them politely and enter the customs building.
After desk 1: eye health check (not quite sure what fore…), desk 2: visa and passport control, desk 3: road tax, desk insists that we have to pay the carbon tax in local currency “Kwachas” (all the others are ok with US$ !). So we have to go back and change money with one of the guys that offers a supposedly good rate: 800k for 100US$ instead of 1300k which is the official exchange rate 😡 we have no choice!
We go back and continue for 3 more desks to stand in line, to fill in papers and to pay for road and district tax. 😐

3 hours and 255 US$ later, we slalom through long, chaotic lines of lorries that wait on both sides of the border post to finally arrive a bit exhausted in Sesheke the first town in Sambia.

Nous arrivons donc à  Sesheke, ville de 43’500 habitants, en fin d’après-midi et découvrons ainsi l’ambiance de notre première ville Zambienne.

We do a tour through the town of 43’500 inhabitants. There are only one story houses and only the main road is tarred. Michel gets a chip for phone and Internet with lengthily assistance for installation and activation.  I buy tomatoes, onions and lemons from the friendly ladies at the market 😀

En périphérie de la ville Harry, médecin hollandais marié à Brenda qui est zambienne, a joliment aménagé un territoire en bord de rivière pour en faire la Brenda’s Best Baobab Lodge, qui accueille aussi les voyageurs en camping-car comme nous.

Nous passons là, de manière fort sympathique et agréable, notre première nuit zambienne.

We camp for the night at Brenda’s Best Baobab Lodge right at the Zambezi. The place is owned by Brenda and her Dutch husband Harry who has worked in Sambia as a doctor and medical advisor for the government before retiring here. He ensures us that he is the only white person in the whole town and also that traveling in Sambia is not dangerous since the people here are very friendly and peaceful. 

We continue to chat with him in the morning and learn a lot about life in Sambia. He also mentioned that his nickname in town is Mr. 100% since for example he insists that all lamps and water taps in the lodge function. Apparently nobody here really understands why this is important or even useful … 🥴

Dimanche 30 juin
Nous commençons aujourd’hui notre petit circuit qui va faire une boucle par Mungo, le Parc national Liuwa Plains, le parc national Kafue et rejoindre Livingstone.

En route vers Mungo, nous nous arrêtons à mi-chemin pour voir les chutes Ngonye.

On garde ce spectacle pour demain et en attendant, nous nous installons au bord du fleuve Zambèze au Ngonye River Camp avec ses plages de sable blanc.

Mentally prepared by Harry 😉 we start our roughly 2 weeks loop through the western part of Sambia. First north to the Ngonye waterfalls, the remote town of Mungo and the Liuwa Plains NP. Then West to the Kafue NP and then back south to Livingstone, where the Zambezi roars through the Victoria falls.

We drive north along the Zambezi to the Ngonye river camp and enjoy the beautiful white beaches at sunset.

Lundi 1er juillet
A peine sonné huit heures, nous nous rendons sur le point de vue des chutes Ngonye afin de profiter de la lumière matinale.

Dès l’entrée dans le parc, nous sommes accueillis par un groupe d’impalas et un peu plus loin par quelques zèbres.

Early next morning we visit the falls. On the way we pass impalas, zebras, and two villages.

Nous rencontrons aussi quelques villages qui nous laissent imaginer la manière dont vivent les indigènes.

Arrivés aux chutes, le spectacle est imposant et il est intéressant de savoir que celles-ci existent seulement en situation de sécheresse, lorsque le niveau de l’eau est bas.

Après la saison des pluies, pour autant qu’il pleuve, le niveau du fleuve monte considérablement et l’endroit se transforme en rapides et la chute disparaît.

The view and the noise of the falls are very impressive!
It is interesting to know that the falls are more spectacular at lower water level. During the rainy season the water rises almost up to the cliff and turns the falls into less spectacular rapids.

Nous y retournons encore une fois en milieu d’après-midi pour les voir sous une autre lumière.

Late afternoon we come back to see the falls with the sun at the other side.

Mardi 2 juillet
C’est la saison des tomates !
Au bord des routes, dans les marchés et supermarchés, c’est rouge de tomates.

Un arrêt s’impose pour acquérir la quantité quotidienne.

We continue our road direction north.

It is tomato season ! 😀
Almost every day we buy 3 to 5 tomatoes for 5 Kwatcha = 30 € cents.
A good compensation for the fact that we don’t have our own garden tomatoes this summer 😀

Tous les villages que nous rencontrons le long de la route proposent  des bottes de charbon de bois.

Big bags of charcoal are for sale along the road.

Contrairement au nord de la Namibie où les locaux ne font pas l’effort de cultiver quelque chose alors qu’ils disposent de suffisamment d’eau, les zambiens eux plantent du manioc devant leurs villages qui sont souvent ombragés par de gigantesques manguiers et aussi par de papayers et quelques bananiers qui ont eux plus de peine à s’épanouir.

Manioc plantations, big mango trees and occasional banana and papaya trees surround the villages.

Arrivés à Mungo nous passons par le marché haut en couleurs pour faire quelques emplettes ….

We do some last chopping at the local market and supermarket in Mungo knowing that his will be the last opportunity for a good week.

…..et terminons pour aujourd’hui dans la petite ville de Kalabo, qui marque l’entrée sud du parc national « Liuwa Plains »

We then turn west to the very remote Liuwa Plains National Park and spend the night in Kalabo at the entrance of the park.

Mercredi 3 juillet
Liuwa Plains, immense plaine de 70 x 30 kilomètres a la particularité de se couvrir d’eau à la saison des pluies entre les mois de janvier à mai.

Cette période marque aussi la deuxième plus grande migration de gnus après le parc de Serengheti en Tanzanie avec pas moins de 43’000 têtes qui viennent du nord pour se nourrir et procréer.

Pour accéder au parc, il faut commencer par traverser la rivière Luangiga au moyen d’un ponton flottant à propulsion humaine.

Liuwa Plains are a vast area of 70×30 km in the west of Sambia that covers with water during each rainy season from roughly January to May. When it slowly dries-up it turns into a rich, enormous grazing field. This phenomenon leads to the second largest animal migration after the Serengeti. Over 40’000 wildebeests migrate to the south to feed and to calf and return to the north for the rest of the year. Unfortunately we are not in time to see the migration and in addition the planes are very dry this year. 

We had still decided to give it a try to feel the atmosphere of this vaste plain and to see what animals we can find. So we get on the manually operated ferry across the Luangiga river. Not without confirming with the ferryman that our Azalaï is not too heavy. 😰

Quelques passagères allant travailler aux champs nous accompagnent.

A bunch of locals hops onto the ferry and enjoys the ride with us. We probably pay the ferry for everybody but that’s ok.

Les muscles des 2 passeurs n’ont pas failli !

C’est ensuite un vrai terrain pour véhicules 4×4 que l’on affronte avec une piste de sable profond sur plusieurs kilomètres.

Luckily the travel guidebook had warned us of the very soft deep sand on the other side of the river and we continue with reduced tyre pressure and in 4×4 gear, a little wobbly but without problems.

Notre Azalaï s’affranchit sans problème de cette difficulté.

Cet obstacle passé, nous nous retrouvons dans la plaine proprement dite et notre horizon se transforme en un lac d’herbes dorées.

We do see little animals during the day but the atmosphere when the wind runs through the high endless grass is still magical. 

Au fil de la journée, nous rencontrons assez peu d’animaux, dû à nouveau à cette sécheresse qui sévit dans toute cette partie d’Afrique et assèche les points d’eau.

 Nous avons toutefois la chance d’apercevoir quelques grues dorées, gnus bleutés et antilopes Oribis.

We see some beautiful golden crested cranes, a few blue wildebeests and some cute small Oribis antelopes.

Nous rejoignons le camp Katoyana en fin d’après-midi pour y passer la nuit et sommes impressionnée d’y trouver non seulement des places très bien aménagées mais surtout des sanitaires avec douches chaudes solaires.

In the middle of the park on a forest covered island we find our campsite Katoyana that is beautifully and ecologically integrated into the natural surrounding. 

Un forage avec pompe immergée assure l’alimentation en eau et pour actionner celle-ci, de bonnes jambes sont nécessaires.

Water is pumped from a deep well with a foot operated pump and then solar heated for a hot shower. Awesome !

Au milieu de la nuit, nous sommes réveillés par des jappements d’un groupe de hyènes que se baladent autour de l’Azalaï.
C’est pas le moment de sortir pour aller admirer les étoiles !!!

During the night we hear a pack of hyenas. We would love to see them but heard that they can attack humans especially during the night. Ok we don’t go and look.

Jeudi 4 juillet
Au nord du parc se trouve un emplacement officiel du nom de Sikale que l’on peut utiliser pour passer la nuit.
Pas d’eau ni de sanitaires.
Garantie d’être seuls au monde, au milieu de cette immense plaine.

Quelques dizaines de gnus paissant tranquillement dans la prairie comme toile de fond.

The second night we sleep at the northern end of the park at a designated area that is basically the ground under a big tree. Perfect for us. We have everything we need with us and love being out in the bush. 😀

The view from our camp:

Vendredi 5 juillet
Aujourd’hui, il s’agit de rallier la petite ville de Lukulu qui se trouve de l’autre côté du Zambèze, à un peu plus de 80 kilomètres de pistes difficiles.

Le GPS ne nous est d’aucune utilité car il ne trouve rien à se mettre sous la dent dans cette région du parc.

Nous allons donc naviguer à l’estime et surtout demander aux habitants des villages que l’on croise si l’on est sur le bon chemin.

Today we will leave the parc via the northern route. The track looks like it s mainly used by ox carts or pedestrians. The first locals we meet ensured us that we are on the right way to Lukulu and that we should get there today. We are reassured!
 (we estimated the distance to roughly 80km, no visible track on our GPS 
though). 

The road itself is actually not so bad but the woodlands we travers slows us down big time. The trees left and right the track are not cut for the width of our Azalaï and we have to slalom very slowly to keep the scratches along the vehicle sides to a minimum. 😬 If a tree is too low over the road we go off road and improvise wildly! Sometimes Michel can lift them up and we just squeeze through.

A peine arrêtés pour une petite pause, en pensant être à l’écart d’un village, que toute une famille surgit de nulle part.

Tout le monde à droit à sa barre céréale avant de faire la photo.

There are many very basic little villages along the track and every time we take a break whole families come and great us. The children look at us as if they have never seen white people. This is probably the case but nobody speaks English. 😟 So we hand out some cereal bars, take a photo and continue.

Ce peuple zambien, d’origine Bantoue, se divise en deux groupes de 7 tribus.

Le premier groupe, sous régime matriarcal construit des huttes carrées ou rectangulaire et s’occupe plutôt d’agriculture alors que le second groupe, sous régime patriarcal construit des huttes rondes et pratique l’élevage.

Nous n’allons croiser aucune voiture durant tout ce parcours mais quelques chars à boeufs qui sont le moyen de transport le plus courant dans la région.

One of the very few ox carts we meet. (Not a single car in sight the whole day!).

Nous arrivons en fin d’après-midi sur la rive ouest du Zambèze qu’il s’agit maintenant de traverser.

Renseignement pris auprès des locaux, il suffit de descendre sur la plage à un point précis qui varie en fonction du niveau du fleuve et de klaxonner afin que les gens de l’autre côté sachent que quelqu’un aimerait traverser.

Nous suivons ce conseil à la lettre et voyons des gens sur la rive opposée soudain s’animer et se rendre vers un ponton flottant dont ils vont démarrer les deux moteurs et entamer la traversée du fleuve pour venir nous récupérer.

Tout cela fonctionne à merveille et de manière toute naturelle.

Late in afternoon we are at the Zambezi at Lukulu (just as the locals told us 😉).
The “ferry landing” that the people indicate to us is a simple spot at the beach where we turn on the headlights to call the ferry over.
Magically it works! A bit later the ferry crosses over and lands in front of us. 
It is a little bigger than the one we took further south and it has two motors. It still looks very improvised to me!

Arrivés sur l’autre rive, il faut encore grimper la pente abrupte avant d’arriver à Lukulu et de trouver un endroit pour passer la nuit.

The river bank on the other side is very steep but once again no issue for our Azalaï!


Pour cela, nous nous rendons à la Mission Sainte Marie afin de demander l’hospitalité qui nous sera chaleureusement accordée par le révérend Kennedy.

Il va même nous donner la clé de l’une des chambres d’hôtes afin que nous puissions profiter de la salle de bain.

Nous surplombons le fleuve et terminons la journée par un magnifique coucher de soleil.

There is no camping facility in Lukulu but the mission Saint Marie apparently accepts camper.
The reverend Kennedy indeed welcomes us warmly and even allows us to use a bathroom in the little guest house that belongs to the mission. 

Everything here makes us feel like in the 19th century! What a great day!
Completed by a splendid sunset that we watch from the missions garden.

Samedi 6 juillet
Dans les marchés, les poissons séchés sont à l’honneur.

Dried fish, tomatoes, peanuts and Manioc predominate at Lukulus market.
We don’t really dare to by some of the fish, but apparently it is a staple food here. 

On se met en route pour Kafue, avec quelques arrêts pour acheter des tomates et des bananes sur les stands disposés tout au long du parcours à chaque emplacement de village.

Le grand régime de banane que vous voyez sur la photo se vend 30 Kwachas, c’est à dire 2.40 CHF

From here we head east to the Kafue National Park. 
On the way we buy bananas, peanuts and yes tomatoes!

The big bunch of bananas on the photo costs 30 kwachas = 2.40 CHF

Après avoir parcouru 250 kilomètres de piste et de route dite goudronnée, avec plus de trous que de goudron permettant une moyenne d’à peine 50 km/h, le soleil se couche lorsque nous atteignons enfin l’entrée du Parc National Kafue.

Nous nous rendons au Roy’s Camp tout proche pour y passer les 2 prochaines nuits.

A la nuit tombante, un groupe d’une dizaine d’hippopotames s’ébattent dans le fleuve juste devant notre nez.

Juste avant de nous mettre sous la couette, un bruit de pas lourds nous intrigue.
Nous saisissons la torche électrique et apercevons une femelle éléphant et son rejeton passer à 3 mètres derrière l’Azalaï pour aller cueillir les fruits d’un arbre tout proche.

The road to Kafue is first gravel with some holes and then tarred with more holes than tar. The latter is by far the worst we have seen so far and often it is faster to drive next to the road!. 
The 250 km take us 5 hours of concentrated driving. We finally get to the Kafue park entry at sunset and enter Roy’s camp at nightfall. 

We camp right at the river Kafue with view onto a group of 10 hippos, 😀
and a little later a big elephant feeds noisily on a tree right behind us. 😀

———————————————————————————-

Dimanche 7 juillet
Journée détente au Roy’s Camp, assis au bord de la rivière Kafue à lire et regarder les hippos après une petite séance de nettoyage de l’Azalaï qui en avait bien besoin après ces kilomètres de pistes sablonneuses, cahoteuses et poussiéreuses.

Soirée Rösti au feu de bois.

Wood fire Rösti for dinner 🤩

Baignade interdite car les prédateurs sont à l’affût.

No swimming allowed as there are hippos and crocodiles! 

Lundi 8 au mercredi 10 juillet
Nous allons passer ces 3 jours à Kaingu Rapid Campsite, en bordure du Parc National Kafue car Sylke doit finaliser l’un de ses projets de volontariat qu’elle gère dans le cadre d’une aide à une entreprise de moulins de farine située au Kenya.
Afin d’assurer une bonne qualité de conférence téléphonique,  une bonne connection internet est nécessaire, ce que nous trouvons ici.

Nous profitons aussi de ce séjour pour faire une sortie en canoë d’une demi journée sur la rivière Kafue.

Nos guides Israël et Daniel préparent les embarcations et nous informent sur les comportements à adopter en cas d’attaque d’hippopotames ou de crocodiles. 

We spent the next three days a little further south still at the Kafue river that builds the eastern border of the Kafue NP. It is a lovely place and they have a good internet connection. The latter is important. I have a conference call for a volunteering project coming up and there is nothing more frustrating than continuously being cut off or to only understand every 3rd word!

We enjoy the time at the beautiful lodge and also do a half day canoe trip down the totally untouched river. We are far away from civilization and the hippos here are not used to canoes, so we have to go with a guide we are told. Ok we thing, it will be interesting for all sorts off information the guide can give us but they probably overdo the safety aspect…

We finally leave with two(!) guides, Israel and Daniel, that give us a detailed safety introduction for hippos and crocodiles just before we start.

Très vite, nous sommes confrontés au danger des hippos qui n’aiment pas du tout être dérangés.

En voilà un sur la rive qui s’est très vite mis l’eau dès qu’il nous a aperçus et nous à chargés jusqu’à n’être qu’à quelques mètres de nous.

Once started we indeed realize very quickly that the hippos are quite alert. Israel anticipates every bent of the river to not catch any of them by surprise.
But soon one hippo on the far riverside storms into the water swims to us very (!) quickly and charges us with his big mouth wide open. 😬
Not very elegantly Michel and I row super fast to the shore where the hippo does not follow us.
Uf! good thing we listened to Israel’s explanation at the beginning who told us to always avoid a hippo direction shore, never go into deeper water!
No need to say that there are no photos of this incident and that we looked at the next hippos with much more comprehension!

Pas de photo de cet instant car nous étions occupés à souquer ferme en direction de la rive pour nous mettre en sécurité.

Encore un passage délicat ici avec ces 5 hippos qui nous barrent le passage.

Here a picture of a more organized hippo-passage. (See the 5 heads in the water?). 
We squeeze our canoes along the beach at a maximum distance!

Cette fois, tout se passera bien car nous allons frôler la rive opposée pour les contourner.

Il faut le dire, nous avons rarement vécu une sortie en canoë avec autant d’émotions.

Jeudi 11 juillet
Nous pénétrons aujourd’hui dans le parc et nous rendons jusqu’à Hippo Bay Campsite, au bord du lac de barrage Itezhi-Tezhi. 

Quelques huttes de roseaux nous accueillent mais pas âme qui vive,

Les sanitaires n’ont pas d’eau et visiblement le camping n’est pas ouvert.

Nous nous rendons à la lodge toute proche afin d’avoir quelques précisions et tout de suite ils nous disent que tout va être en service dans l’heure qui suit.

We continue to explore the park further south with a stop at Hippo-Bay camp at the Itezhi-Tezhi dam.
A lovely African style campsite welcomes us:

Nous profitons de l’après-midi pour nous approcher de la rive du lac et admirer le troupeau d’antilopes qui se gave d’herbe fraiche

We decide not to go on game drive but to spend the afternoon with view over the lake. We are told that all animals are close to the lake anyway since the bush is very dry here as well.

De retour au camp, nous voyons 4 employés qui finissent de tout mètre en ordre et même de ratisser le sable pour en faire un joli motif.

Soirée feu de camp avec en fond sonore quelques hippos qui s’ébattent au loin, et soudain un troupeau d’une trentaine d’éléphants qui passent à quelques dizaines de mètres de notre emplacement pour aller s’abreuver.

We are the only ones here for the night and spend the evening around a warming camp fire with African night sounds. The nights get cold now with temperatures around 5 degrees! 😨 
At night fall a big group of elephants comes passes our camp on their way to the river. 

Vendredi 12 juillet
Progressant sur une piste tantôt sablonneuse à travers la savane, tantôt un peu plus dure à travers le bush, nous rejoignons les plaines de Nanzhila et la loge du même nom.

A quick stop at the Nanzila plains and a pleasant camp ground with view over a water hole.

Samedi 13 juillet
Départ aux aurores afin de rejoindre Livingstone.
Passage au supermarché pour y refaire le plein de nourriture.

A la recherche d’un camping pour la nuit, le Maramba River Lodge nous paraît la solution idéale.

La question qui se pose maintenant est de savoir où l’on va pouvoir laisser notre Azalaï durant la pose d’été, d’octobre à mai.
Il semblerait qu’il y ait une possibilité au garage Foley’s à Livingstone.
Le destin, encore une fois, va s’occuper de nous fournir une meilleure solution.

Sur le site, nous apercevons un camping-car portant des plaques lucernoises.
Nous nous approchons de leurs occupants pour faire connaissance et sommes aimablement invités par Peter et Claudia à nous joindre à eux pour un café.
Au cours de la discussion, nous abordons le sujet du parcage longue durée et ils nous disent que les Frères Foley’s qui avaient bonne réputation sont partis s’établir en Afrique du Sud et que la personne qui a repris l’affaire ne fais pas preuve du même sérieux.

Par contre, ils connaissent une lodge située à quelques kilomètres de là, Kayubu Estate, tenue par Karien, une Hollandaise, et qui dispose d’un grand hangar qui permet d’héberger les véhicules de voyageurs rentrant au pays.

Peter et Claudia y laissent eux-même leur véhicule depuis 4 ans sans aucun problème. 

Nous allons par conséquent nous y rendre lundi afin d’arranger la chose.

Karien assure en plus le transfert à l’aéroport de Livingstone, autant à l’aller qu’au retour.

Voilà une solution qui nous paraît idéale !

We finish our first visit to Sambia at Livingstone where the famous Victoria falls represent one of Africa’s biggest tourist attractions. 
Nevertheless, we will not go and see the falls this time but when we come back next April after the rainy season. Now we are rather looking for a place to leave our Azalaï when we go home in October.
 
Sambia is one of the few countries in Southern Africa where the temporary import of a car is not linked to the tourist visa. So you can leave your car behind when you go home. 
We read about a trustworthy garage in Livingstone where they keep your car and are planing to meet the owner Tomorrow.

By chance we learn from a Swiss couple in the campground that the garage has changed owner and seems to be less reliable now. BUT! they tell us that they leave their car since 4 years already with Karen at Kayubu estate without any problems. Karen also offers transfer to Livingstone airport.
Sounds even better! We change plans and decide to visit Karen on Monday.

Dimanche 14 juillet
Journée détente passée au bord de la piscine et sur la terrasse de la loge.

Nous la mettons aussi à profit pour faire une lessive complète du lit et des coussins de l’Azalaï ainsi que de nos vêtements.

It is Sunday today and we use it to bring the bedclothes and seat covers to the laundry. This is enough work for a Sunday we decide and spend the rest of the day reading at the pool area followed by an early dinner at the restaurant.
Life is good 😁

Lundi 15 juillet
On commence par aller trouver Karien au Kayubu Estate afin d’organiser la mise sous abri de notre Azalaï pendant les 6 mois de notre retour en Suisse.
Nous sommes chaleureusement accueillis et tout est très vite arrangé.
Nous nous quittons en nous donnant rendez-vous pour le 6 octobre.

nd if all is good to reserve a space for the Azalaï from mid-October to mid-April.

C’est notre dernier jour en Zambie pour cette fois, car nous y reviendrons l’année prochaine.

First thing Monday we drive to Kayubu estate a bit outside of Livingstone to meet Karen. Everything looks perfect here for the Azalaï and Karen takes note for our booking from mid-October to mid-April.
Now we can buy our return flight from Livingstone to Geneva with a 2 days stop in Johannesburg!

Now comes the border crossing to Botswana at Kazungula a little west of Livingstone. The Zambezi represents the border here and a ferry connects both countries. 

Nous nous rendons au poste de frontière de Kazungula qui permet le passage de Zambie vers le Botswana.

Cette fois, une difficulté particulière nous attend.
Il faut traverser le Zambèze pour entrer au Botswana et il n’y a qu’un ferry (on devrait plutôt appeler ça « ponton flottant ») qui assure le passage.
Afin de compliquer la chose, sa capacité n’est que de 2 véhicules à la fois !!!
En arrivant sur site, nous constatons que c’est à nouveau le chaos total.
Des camions partout qui attendent leur tour pour passer le fleuve.
Il semble que l’attente soit de 2 jours avant de pouvoir accéder au ferry.

Mmmm pas bien tout ça !!!

We read that the organization on Sambia side is a little messy but this is actually a big understatement. 
One thing is that there is no indication on where to do the paperwork (there is a small hut with a dense crowd of people around it, but no written sign at all). The other thing is that the small ferry can only take one truck at a time (and maybe one small car) and there is already a long line of trucks waiting. We heard that they wait up to 2 days to get across
😱

Comme nous ne sommes pas un camion, nous remontons la file jusqu’au portail d’accès  à la plateforme d’embarquement.

C’est alors que se présente une personne, t-shirt rouge rayé blanc, qui nous propose de nous aider à accélérer toute la procédure pour effectuer les formalités douanières et aussi de nous faire passer en priorité sur le ferry.

On ne parle même pas de ce qu’il veut en contrepartie.
Allons-y, on verra bien ce que ça donne !!!

Michel prend les documents nécessaires et accompagne ce guide improvisé.

Tout va alors aller très vite. 

Mon guide passe devant à chaque guichet (il y en a à nouveau 6, comme lorsque nous sommes entrés) discute un petit coup avec le préposé qui prend mes papiers, tamponne ce qui doit être tamponné et c’est parti pour le guichet suivant.

Les papiers étant en règle, nous allons ensemble acheter un billet pour le ferry et c’est alors qu’il me dit qu’il faudrait que je lui donne 100 Kwachas (8 CHF) pour graisser la patte de celui qui contrôle l’embarquement des véhicules, afin de passer en priorité.

Ceci étant fait, la portail d’accès s’ouvre comme par miracle et à peine 5 minutes plus tard nous suivons notre guide qui nous mène jusqu’au ferry.

En route pour le Botswana !

A guy comes to us and proposes his help to get us through all this. Michel accepts and I stay in the car (not a good idea to leave the car alone in this mess). While I wait plenty of people come and offer again their help and others offer money exchange but the atmosphere stays friendly even though they are insisting a lot…
15min later Michel comes back with all papers done (6 different papers!). He also has a ferry ticket!
We pay 100 Kwatcha (= 8 CHF) to the guy and another 100K to bribe the ferry captain and then are rushed onto the ferry cramped behind a big lorry with a load of big raw copper plates.


D’ici 2 ans, un pont actuellement en construction devrait simplifier tout ça.

During the transfer we can see the bridge that is under construction (since 2014). Apparently there was some discussion around where exactly Sambia meets Botswana. We are at the exact point where 4 countries meet (Zimbabwe, Namibia, Sambia and Botswana) and the precise borders inside the river was not 100% clear. Not really a problem for the ferry but it is for a bridge 🤨

Notre guide reçoit aussi 100 Kwachas pour sa prestation des plus efficaces, car depuis notre arrivée à la douane jusqu’à l’accès au ferry il n’a pas fallu plus de 35 minutes !!!

Encore un coup de notre ange gardien !!!

Nous voici arrivés au Botswana !

Nous remercions notre guide, qui nous avait accompagné pour la traversée afin d’être sûr que tout se déroule bien, et accédons à la douane, qui présente un aspect beaucoup plus organisé que dans le pays voisin.

Hello Botswana!
Here everything is orderly. There are well signposted buildings, counters and seriousness. No “African atmosphere”. Very efficient.
Great if you are in a hurry! but somehow also less fun
🤔

C’est vite confirmé par la simplicité des formalités qui vont prendre à peine un quart d’heure.

Nous n’allons plus aller très loin aujourd’hui car nous sommes déjà en milieu d’après-midi, et c’est une petite vingtaine de kilomètres plus loin, juste après Kasane, que nous trouvons une place à la Chobe Safari Lodge. 

C’est au bar du camping, en bordure de la rivière Chobe, que nous allons terminer notre journée. Quoi de mieux que de savourer un bon Gin-Tonic tout en admirant le magnifique coucher de soleil qui darde ses derniers rayons dorés sur un groupe d’éléphants occupant la rive opposée.

We finish the day not far from here in Kasane at Chobe Safari Lodge with a Gin Tonic and a splendid sunset view over Chobe river and a group of elephants on the other river side.

Quelques mots sur le Botswana dont voici la carte.

Here the map of Botswana.
For now we will only travers the country from Kasane in the north to Gaborone in the south on our way to eastern South Africa and southern Mozambique. We will come back in September for a full tour of the National Parks here.

Faisons d’abord une petite comparaison avec les 3 autres pays visités:

L’Afrique du Sud: 
– Un contact très chaleureux avec la population blanche mais difficile avec la noire.
– Des paysages extrêmement variés allant des régions agricoles vertes de l’ouest, au désert du Karoo au centre nord et aux régions tropicales de l’ouest.
– Une grande facilité d’accès à nos standards de confort et de nourriture.

La Namibie :
– Un contact chaleureux non seulement avec les Blancs mais également avec les Noirs.
– Un paysage plus uniforme fait d’un mélange de désert et de savane.
– De grands espaces non habités permettant d’apprécier la nature à l’état pur comme si l’on était seul au monde.

La Zambie:
– La première chose qui vient à l’esprit est celle d’un peuple souriant et très accueillant ayant maintenu une manière de vie ancestrale qui donne une note d’authenticité à laquelle on s’attend en venant en Afrique.
– Le paysage est composé principalement de savane boisée avec une touche tropicale.

Le Botswana: 
Terme signifiant « le pays des Tswanas » du nom de l’ethnie principale est 14 fois plus grand que la Suisse mais compte seulement 2,2 millions d’habitants.

Il a la réputation d’être le pays le moins corrompu de tout le continent africain et on le nomme volontiers « le miracle africain », « l’exception du continent » ou encore « la Suisse de l’Afrique ».

C’est grâce à Seretse Khama, premier président du pays à dater de 1966, année de son indépendance que le ton a été donné.

Les richesses du pays ont été utilisées à l’éducation et à la formation du peuple en investissant massivement dans la construction d’écoles et d’universités.

La population favorise l’échange avec la petite majorité blanche (3% de la population) afin de profiter de l’expérience de ceux-ci dans les divers domaines.

Autre particularité, hormis le long des grands axes principaux, le pays est exempt de clôtures, contrairement aux trois autres.

Dès que l’on quitte ces routes, on y aperçoit chèvres et vaches en nombre mais aussi éléphants, girafes, antilopes etc. qui se déplacent en toute liberté, ce qui nous oblige à ouvrir l’oeil car ceux-ci peuvent traverser la chaussée quand bon leur semble.

Le pays ayant une  densité de population de seulement 3,8 habitants au kilomètre carré, il est très facile de se retirer dans le bush pour y passer une nuit tranquille, en toute sécurité.
Il faut juste faire un peu attention aux animaux qui chassent durant la nuit.

C’est avec ce bon sentiment que nous commençons notre première visite de ce pays.

Nous aurons l’occasion de le découvrir plus en profondeur durant les 6 semaines que nous avons prévu d’y passer entre les mois de septembre et octobre.

Botswana:
is
14 times the size of Switzerland with only 2.2 million inhabitants. It has the reputation to be the least corrupt country in whole Africa. It has high educational standards, violence or crime are not part of its people culture. It has a fast developing society and with 2.3 children per women the birth rate is very low for the continent. It is also called the Switzerland of Africa
😊

It is our 4th African country. A good moment to give you the top lines of our impressions per country.

South Africa:
We love the easy and warm contact with the locals (mainly with whites, not so easy with blacks). The vast diversity of the sublime landscapes is captivating. The climate is very pleasant and standard of living is comparable to Europe. Food is great! (if you have the money). 
If there wasn’t the misalignment between white and black population this would be my country of choice to live in.

Namibia:
Stunning desert and semi desert landscapes that you can enjoy in total solitude since very scarcely inhabited. Contact still great with the white locals and easier with the black population than in S.A.

Sambia:
Outside of the few towns the population has maintained an authentic, traditional lifestyle that we associate with central Africa. A unique experience for us! The people are gentle and very friendly (a little less in towns).

Botswana:
Makes an impressive effort to maintain fauna and flora at its original state in a big part of the country, and it intelligently profits from the tourism this attracts. On the other side it is a fast developing society with a desire to co-operate with the white population for progress. 

Mardi 16 juillet
Une partie de la matinée est occupée à réserver les vols de retour en Suisse, prévu pour le 8 octobre et aller faire l’acquisition d’une carte SIM afin d’avoir accès à internet.

Nous prenons alors la route en direction du sud vers la ville de Nata et longeons à cette occasion de grands champs de sorghum bordant la route de chaque côté.

There are large fields of sorghum along the road. Maize and sorghum are staple food in Botswana.

En chemin, l’idée nous vient de changer notre plan et nous décidons de profiter de cette nature sauvage.

C’est ainsi que nous nous enfilons sur un petit chemin qui mène dans le bush et qu’un petit kilomètre plus loin nous tombons sur un endroit bien dégagé, idéal pour une nuit de camping sauvage.

A notre arrivée, un groupe de girafes occupe la place, mais s’en vont tranquillement pour nous laisser le champ libre.

In Botswana the parks are not fenced and while we drive south we see elephants, antelopes, giraffes and warthogs along the road but also cows and goats. Better not to drive to fast and watch out for animals on the road!
In this environment wild camping is easy. You only need to be a bit careful at night when the predators hunt. 😧
And this is how we spend this night. We share the spot at the beginning with a little group of giraffes until they slowly move on. 

Soirée cervelas au programme.

Nous faisons un bon feu à la tombée de la nuit, d’une part pour nous permettre de les griller (on en a trouvé qui ressemblaient aux nôtres) et aussi pour tenir en respect les lions que l’on entend rugir dans le lointain.
Pas envie qu’ils viennent nous piquer nos saucisses !!!

Perfect setting for a camp fire and to grill some sausages the Swiss way 😁 (cut crosswise on both ends, so they turn all crispy 😋).

Un superbe couche de soleil….

It is full moon and we see sunsets and moonrise at the same time on the opposite side of the horizon, accompanied by all sort of noises from the bush and the smell of the fire. 😍

….immédiatement suivi par l’émergence de la pleine lune pour continuer cette belle soirée au coin du feu.

Mercredi 17 juillet
Tiens ! En voilà un qui aimerait bien s’inviter è bord.
Close inspection:

Après cette première merveilleuse nuit dans le bush, nous retournons à la civilisation en passant par la petite ville de Nata puis nous nous rendons directement au « Nata Bird Sanctuary » pour une visite de ce parc situé au bord du Sowa Pan (lac salé) dont les eaux se sont retirées de plusieurs centaines de mètres, laissant place à une immense désert de sel.

The next day we arrive at Nata a small town that sits located next to a series of huge salt pans. 
We visit the Nata Bird Sanctuary that is part of the Sowa Pan. At the rend of the rainy season when there is much more water in the pans thousands of flamingos and other birds come here for breeding. Unfortunately we are too late for this and we only see some small groups of gulls and ducks.

But the pans are a stunning sight also without the birds and the remaining water attracts other animals like wildebeests.

Un troupeau de gnus migre au soleil couchant pour rejoindre un endroit propice pour passer la nuit.

Un chacal nous fait aussi l’honneur de se laisser observer d’assez près.

And for once we are able to take a photo of a jackal that we usually only see in a far distance.

Nous profitons d’observer l’astre du jour passer sous l’horizon avant de rejoindre nous aussi nos quartiers de nuit au camping du parc.


Jeudi 18 juillet
Ces prochains jours, nous allons faire route vers le Sud en vue de rejoindre la capitale du Botswana, Gabarone.

Les villages que nous rencontrons ne sont pas très différents de ceux des pays voisins, hormis peut-être le fait qu’étant dans une région riche en baobabs, c’est assez courant d’en voir un au centre de ces lieux d’habitation.

We continue to Kubu Island at the border of one of the big salt pans.  

La première étape va nous conduire à un endroit nommé « Kubu Island », petite île située en bordure du lac salé, accessible seulement en saison sèche.

Il nous faudra 4 heures pour parcourir les 70 kilomètres nous séparant de notre but car la piste est dans un état déplorable.

The island is only accessible during dry season but even then the 70km access road are hard work. 4 hours of deep sand, slaloming between bushes, uncountable potholes, etc.

Etant autorisés à camper sur le côté nord de l’île, nous en profitons pour y passer la nuit.

Vendredi 19 juillet
La température agréablement fraîche du début de journée nous incite à faire un peu d’exercice.

Nous optons pour un tour de île.

Balade de 7 kilomètres qui nous permet de prendre conscience de l’immensité de ce lac qui fait une centaine de kilomètres de long.

Early morning hike around the island: 7km total flat 😁

En tournant notre regard vers l’intérieur de l’île, nous remarquons qu’elle donne refuge à des centaines de baobabs.

Quelques images de ceux qui nous ont particulièrement plu.

The island is covered in enormous Baobabs.

Durant la saison des pluies, ce désert de sel se remplit d’eau et devient le refuge de milliers de flamands roses qui migrent jusqu’ici pour nicher.

Nous quittons l’endroit en milieu de journée….

We continue south partly across the salt pan (very pleasant drive compared to yesterday!).

….pour descendre jusqu’à Letlhakane pour y effectuer quelques courses, puis prenons l’option de nous arrêter au camping de Tuuthebe tout proche.

Food shopping stop at Letlakhane and camping close by at TuuThebe lodge.

Samedi 20 juillet
L’endroit nous plaît bien, ce nous décide à y passer un jour de plus en toute tranquillité.

Dimanche 21 juillet 
Et encore un jour de vacances dans cet endroit paisible.

The lodge is an ideal spot for me to catch-up with blog writing and to bake another sourdough bread (mmhh!😋);
and for Michel to joyfully give the Azalaï a thorough wash
😁 followed by long reading sessions.

Lundi 22 juillet
Bon! On va quand même pas rester là toute une semaine !!!

Toujours sur la route qui mène à Gabarone, il y a un parc de la taille du canton du Tessin qui a été créé en 1992 avec l’idée de venir en aide à la population de rhinocéros blancs et noirs qui est en sérieux déclin.

Le Khama Rhino Sanctuary, comme il se nomme, est l’un des seuls endroits du Botswana entouré d’une clôture électrifiée, non pas pour garder les rhinos prisonniers du parc mais pour empêcher les braconniers de venir les tuer pour leur prélever leurs cornes.

Le parc est d’ailleurs sous haute surveillance et est parcouru en permanence par des patrouilles de l’armée botswanaise.

Lors de la création de celui-ci, seulement 5 rhinocéros le peuplaient.
Aujourd’hui, leur nombre s’élève à plus de 50.

A quatre heure de l’après-midi, nous partons en safari avec l’espoir d’en apercevoir quelques uns.

Pour augmenter nos chances, nous nous faisons accompagner par Lance, ranger du parc.

Nous avons été comblés au delà de nos attentes en débusquant pas moins de 12 rhinos blancs durant les deux heures et demie de notre sortie.

The Khama Rhino Sanctuary was created in 1992 with 5 animals. The park is as big as the Swiss canton of Ticino and today comprises over 50 black and white rhinos and many other animals. The parc is fenced not to keep the animals inside but to protect the very endangered rhinos from poaching. The Botswana military is also guarding it. 
Selves driving is allowed but to make sure we really see some of the rhinos we take a guide.

Definitely worth it! Despite the size of the park, Lance helps us to track down 12 rhinos during our afternoon game drive. 😃

Une mère à très longue corne accompagnée de son petit.

Here a female rhino with an unusual long horn and her 1 year old (rhinos leave their mother when they are 4 years old, only then will she have a new one).

Celui-là n’apprécie pas d’être dérangé et trouve que l’on est un peu trop près.

This one we caught by surprise and it doesn’t appreciate our presence

Il ne tarde d’ailleurs pas à nous charger …..

So it charges us!

…..mais heureusement, arrivé à 5 mètres de nous il change brusquement de direction.

But luckily a few meters in front of us it changes idea and leaves!

Juste avant la tombée de la nuit, une visite à la cabane d’observation nous permet d’observer 2 rhinocéros se partageant le trou d’eau avec 2 elands.

These ones we see from a bird watching hide just before night fall.
Magic 🤩

Mardi 23 juillet
Nous nous rendons aujourd’hui à Moremi, distant de 130 kilomètres en vue d’effectuer une randonnée dans la gorge de la rivière éponyme.

Verdure, fraîcheur et cascades nous accueillent dans cette gorge qui voit ses falaises se peupler de nombreux vautours qui nichent dans les anfractuosités.

Next stop is at the only mountainous area in Botswana. Not very high but still outstanding for the otherwise very flat and rather sandy country. 

Here we will do a little hike in the Moremi Gorge.
The unusual green and cool environment is a real pleasure !

  

Mercredi 24 juillet
Aujourd’hui, c’est le retour à la civilisation car nous arrivons en milieu de journée à Gaborone, capitale du Botswana.

Construite en 18 mois entre 1965 et 1966 et ne comptant alors que 5000 habitants, la ville se développe très rapidement pour atteindre aujourd’hui les 230’000 âmes.

Le contraste entre le centre très moderne et les quartiers périphériques traditionnels est assez saisissant.

Today we arrive in the capital Gaborone. 230’000 inhabitants, a LOT of cars, a very modern center and big shopping malls at every corner. 
What a contrast to the rest of the country!

L’ancienne ville comme à son origine…..

The difference between the outskirts and the center demonstrate well the fast development this town is going through.

….et la nouvelle en constante extension.

Le monument de la ville le plus visité est la statue en bronze des trois chefs de tribu Batswanais, Khama III, Sebele I et Bathoen I, responsables d’assurer l’indépendance du Botswana.

The most visited monument are The Three Chiefs that have negotiated Botswana’s independence in 1966. Sebele I, Bathoen I and Khama III. The latter was the father of Botswana’s very gifted first President Sir Seretse Khama. During his presidency the country underwent rapid economical and social progress.

Gaborone se situe à l’extrémité du lac de barrage qui lui a donné son nom et compte même un yacht club situé sur une île que l’on peut atteindre par un chemin de terre.

Nous ne manquons pas d’y aller pour prendre un verre et assister au coucher de soleil.

Next to Gaborone is a big damm that ensures the city’s water supply.  A small yacht club is situated on a little peninsular. 
Today no wind but a beautiful sunset
😊

Jeudi 25 juillet
A peine 15km à parcourir avant de rejoindre la frontière entre le Botswana et l’Afrique du Sud où nous sommes accueillis avec un grand sourire autant d’un côté que de l’autre et que nous franchissons très rapidement.

C’est donc ici que nous allons nous quitter pour cette fois et vous souhaiter une belle continuation d’été.

Nous sommes quant à nous au coeur de l’hiver et les températures au petit matin sont de l’ordre de 5°C mais montent à un agréable 25 à 27°C l’après-midi.

We smoothly cross the border to South Africa only a few km further south of Gaborone. From here we will visit the north-east of South Afrika and the south of Mozambique. We will keep you posted in our next blog article.

Au revoir  et à bientôt !!!

Happy summer holidays and Happy National Day for the Swiss!

Milke

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *